Le dépôt de bilan du logement ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

On a vu fleurir ici et là, dans la presse, plusieurs interviews récentes de la ministre du logement.

Un peu les mêmes thèmes et questions ; le bilan logement du quinquennat.

Et vous savez quoi ? La ministre est satisfaite. 🙁

Ah… ça fait du bien de savoir qu’il existe au moins quelqu’un de content ! 😉

Cela étant, quel dommage de ne parler que de ce qui a été fait et de ne pas envisager les fondamentaux du point d’arrivée.

Qui sera tout de même le point de départ d’une nouvelle période de 5 ans !

 

HEU-REUX ! 🙂

On ne peut pas faire moins que sa ministre de tutelle, si ?

CRO nage donc dans l’extase. Faut dire qu’il a appris la brasse coulée…

En même temps que la langue de bois, seconde langue.

Celle qu’on nous sert pour nous imposer une vision de bilan.

Noir c’est noir, mais bilan c’est bilan ? 😉

Quinquennat ou quinquina ?

Les bienfaits du quinquina, on ne les discute pas.

Mais en matière de logement… les bienfaits du quinquennat… là… on les cherche encore !

Il faut quand même une sacrée paire d’œillères pour affirmer être content du résultat (alors qu’on triture les chiffres pour l’affichage).
Vu que des volumes bien pourris et une situation dégradée, ça démange et ça demande recours à un tonique incontestable.
Le quinquina.

Alors que le quinquennat du logement, c’est plutôt :
1- pas de ministre du logement au moment de la formation du premier gouvernement (puis Richard Ferrand au bout de quelques heures)
2- puis un papi aussi languissant qu’éphémère (Jacques Mézard)
3- puis un viking / enfant de chœur en mission anesthésiante (Julien Denormandie)
4- puis une missionnaire de fin de cycle (coucou Emma !) sous surveillance de sa maman hiérarchique (Barbara Pompili)

Quant aux principales décisions structurantes et résultats :

A- pas de politique du logement et pas d’intérêt tout court pour la thématique du logement
B- suppression de l’APL accession
C- coup de pied dans la fourmilière de l’APL location du logement social
D- choc d’offre revendiqué mais jamais mis en oeuvre
E- chute consécutive de la production du logement social et du logement privé
F- renouvellement a minima des deux moteurs du marché (PTZ et PINEL)
G- promesse de relance du logement post COVID jamais assumée
H- aucune intervention sérieuse ou contraignante en direction des élus locaux pour la relance des permis de construire
I- faiblesse ou idéologie coupable pour l’accueil fait au rapport Girometti-Leclercq ou aux critères (dont on attend toujours le décret d’ailleurs) du futur PINEL PLUS, qui n’est en fait qu’un PINEL ordinaire mais plus cher à construire et dont les volumes seront plus faibles.
J- anticipation réglementaire coupable et floue sur la définition des futurs espaces urbanisables ramenés à la portion congrue (cette histoire de ZAN et d’ENAF, vous vous rappelez ?)

Mais tout ça, c’est déjà le passé, et on est tellement heureux qu’il soit (presque 😉 ) derrière…

Tellement qu’on va surtout penser à l’avenir ! 🙂

La bonne heure est dans le prêt ?

Le moment de vérité est celui de la période nouvelle.
Et comme tout le monde vit à crédit, donnons en un peu à nos nouvelles copines, Hermine et Amélie, on a fait leur connaissance la semaine dernière !

Elles vont tout nous expliquer du futur proche… 😉

Amélie : Coucou, Hermine, tu vas bien ?

Hermine : T’imagines même pas le bonheur, après un bon verre de quinquina !

A : Comme mon cousin, qui travaille dans les HLM, il est à deux doigts de mourir de plaisir. Il a du taf pour plusieurs siècles ! 🙂

H : Comment ça ?

A : Ben, on lui demande d’accélérer la production de logements locatifs sociaux neufs ; et en plus on lui demande de remettre aux normes vite fait une bonne partie de son patrimoine ancien. Une sombre histoire de passoires thermiques et d’étiquettes.

H : Hein ? Il achète des passoires ???

A : Non ! Il en fait la location et le problème c’est que l’état va proscrire les moins performants des logements. Avec une étiquette thermique de niveau F ou G, à l’avenir, impossible de louer sans rénover !

H : Tu m’en diras tant… Et on la colle où, l’étiquette, sur le logement ?

A : On ne la colle pas, idiote ! C’est l’étiquette du Diagnostic de Performance Energétique, tu sais bien le DPE ! Un décret de janvier 2022 prévoit que les logements dont la consommation énergétique dépasse 450 kWh par m2 par an (étiquette G) seront interdits à la location à partir du 1er janvier 2023. Avant l’interdiction de louer une passoire thermique de classe F et G d’ici 2028.

H : Et qu’est-ce qui le gêne, ton cousin ?

A : Il me dit que leurs équipes de maîtrise d’ouvrage vont avoir du mal à tout faire. Et que sa société HLM n’a pas assez de fonds propres !

H : Mais c’est pas grave, ça, avec tous les migrants de l’Est et l’argent sale des oligarques russes, on va combler les manques…

A : Horreur, tu sais que tu n’es pas drôle ???

H : Oui, séquence d’humour noir, mais l’approche politique de la situation de l’Ukraine pour l’Occident, c’est comme la politique du logement en France : pas de ligne directrice, pas de vision, pas d’anticipation, des démarches au coup par coup, et des mesures correctives tardives, souvent trop molles et pas toujours cohérentes. Avec un résultat très incertain.

A : Rien à voir avec la ministre du logement et ça ne concerne pas spécifiquement la France !

H : Tu as raison Hermine, mais les dénominateurs communs de lucidité et de courage sont trop visibles par leur absence !

A : Mon tonton dit la même chose.

H : Il est dans la politique, ton tonton ?

A : Non, il est promoteur immobilier.

H : Oh ! Condoléances ! Et qu’est ce qui le démange à lui ? Un petit verre de quinquina lui ferait du bien, tu sais ?

A : Lui, il s’intéresse à la suite, il se cale dans les starting blocks 2022-2027.

H : Et il est heureux ?

A : Mais oui, il a adopté la méthode de CROb Marley, mon autre cousin, celui des Caraïbes.

Il a partagé un moment de détente avec lui… Et il m’a tout raconté. Ecoute :

Quand je lui dis Pinel ou Pinel +, il me répond « Yeah, man ! »
RE2020 ? « What the fuck ? »
Permis de construire ? « Good job, man ! »
PLU ? ZAN ? Accession ? VEFA sociales ? OFS et BRS ? Accession sociale ? « It’s OK, babe… » .

H : Ben, il se fait moins de souci que toi, ton cousin ?

A : Oui, il a toujours réussi à relativiser…

H : Alors que toi, non ?

A : Moi ? J’ai toujours eu un petit faible, depuis des centaines de générations, pour le jeu de massacre. Du style CROCRODingo !

CROCRO Dingo et le jeu de massacre
Allez, on continue le massacre ? Ou on change les règles ?

J’essaie de me persuader que, pour partir sur de nouvelles bases, il faut démolir les anciennes. Et qu’une nouvelle période est forcément un espace de renouveau et d’espoir.

H : Ouarrfff. T’as raison ! Et l’espoir, ça conserve ! Au pluriel !!!

 

… Elles sont comme ça, Hermine et Amélie. Cash. Et pas conservatrices. 🙂

Cela étant, le point de départ de la nouvelle période, c’est l’état des lieux d’aujourd’hui :
– un foncier rare et cher
– peu de permis de construire
– des prix de revient de travaux qui grimpent en flèche (règles de construction, Pinel +, matériaux en pénurie et en tension)
des réglementations toujours plus contraignantes et souvent absurdes
– des prix de vente qui auront du mal à suivre au même rythme que les prix de revient
– une menace sur les taux d’intérêt à leur niveau actuel
– et l’incertitude sur la posture de la future équipe législative quant au logement, qui peut venir bousculer des règles que l’on croit définies

Donc, on nage bien dans le bonheur, mais selon CROb Marley ! 😉

 

Et bonne semaine à tous !
Bien décontractée, tant qu’à se faire enfumer… 🙂

Je m'abonne aux articles
(je recevrai un mail quand un article est publié (pas de spam)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.