Une demande en panne… d’offre ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

Certains croient tout savoir de l’offre et de la demande.

Mais, si on vous demande, méfiez vous de l’offre.

Quand elle est trop faible, on vous en redemande ! 🙂

Si ! Sauf que, quand on n’a plus grand chose à offrir, l’élasticité de l’offre et de la demande devient un concept certainement très intéressant mais difficile à appréhender.

Et pourtant, en dehors de ce détail, c’est sympa, la vie de promoteur !
Tout le monde nous aime.

Autant d’amour offert. Que demander de plus ?
Un logement peut-être ? 😉

 

Autant de marques d’affection…

Les maires nous écrivent. Pour nous dire leur sincère attachement.
Et leur préférence pour le statu quo. 🙂

Les riverains des projets immobiliers nous interpellent. Leurs avocats nous le confirment.
Les prospects nous téléphonent. Comme les commerciaux. Ou les faiseurs d’images pour supports de vente. Ou les bureaux d’études.

Bref, ça grouille de vie dans le logement neuf ! 😉

Tout feu, tout femme ?

Certains me font parfois remarquer que les personnages masculins ont le beau rôle sur le blog.

Il faut dire que CRO est si masculinement délicat…

Mais, étant donné que Gérard Menvussa, Dimitri Sellektif, tout comme Albert Muda et Gilles Bertogranpié sont du même sexe (et que ce sont de vrais blaireaux en matière d’offre et de demande), il est effectivement temps de franchir le Rubicon.

Et de faire une certaine place aux dames ? 🙂

Faisons donc appel à deux magnifiques spécimens féminins, spécialistes de la vente et vedettes incontournables du prochain dialogue !
=> Amélie et Hermine. Tout feu, tout femme ! 😉

Amélie Deuxcamps : Salut Hermine, mais qu’est ce que tu fais là, tu as quitté ta bulle de vente ?

Hermine Héssotta : oui, mon patron l’a vendue. Et pas cher. Bref, le promoteur l’a vendue en promotion.

A : c’est moche, ça…

H : une pulsion ; il n’a pas pu résister. Faut dire qu’il ne savait plus sur quel terrain la poser, cette bulle.

A : c’est vrai qu’une bulle sans terrain, c’est comme un promoteur sans permis, un truc improbable et inutile, quoi ! T’as pas trop le spleen ?

H : mais non, tu sais quoi ? Depuis que je n’ai plus rien à vendre, les clients m’appellent ! Au bureau !

A : les clients ? Ceux à qui tu as déjà vendu ? Ou les prospects ?

H : heu, les prospects, en fait. Y a une dame qui m’a dit « j’ai vu qu’un permis était affiché rue du petit bonheur la chance, et je cherche un appartement pour ma maman. Avec ascenseur » .

A : et tu lui as répondu quoi ?

H : « il vaudrait mieux chercher pour vos petits enfants, ça va me laisser le temps de sortir le programme ! » .

A : non ? T’es con, toi !

H : j’avoue… mais c’était trop tentant ! Quand j’avais du produit, il fallait que j’achète des contacts pour voir le début du museau d’un prospect. Et maintenant que je galère pour avoir un permis et qu’il faut gérer des recours de tiers systématiquement, ils en veulent tous, de mes logements ! Enfin… de ceux que je rêverais d’avoir…

A : ah, mais ça, c’est la loi de l’offre et de la demande couplée à la poussée d’Archimède !

H : … ???

A : ben oui, tu noies un programme en le mettant sous l’eau, y a Archimède qui pousse, et comme y a la demande élastique qui tire, le prospect revient, attiré par le manque. Limpide. T’as jamais joué au Jokari quand t’étais gosse ?

H : hé bé ! Si c’est scientifique, en plus !

A : héhé, c’est du marketing, ça sert de faire des études !

H : peut-être, mais quelques logements de plus, ce serait mieux que de la théorie !

L’offre est là, demande !

Heu, enfin non, pas tout à fait…
En ce moment, c’est plutôt la demande hait l’offre ! 😉

L’histoire des amours contrariées de la pénurie immobilière et du désir d’habiter ?

Un truc glauque et sordide, en tout cas.

Du style, la demande est plus forte que l’offre, et l’offre n’en peut plus de ne pas satisfaire la demande.

Bref, c’est un coup à aller voir un spécialiste des relations de couple ! 😉

Ceci expliquant sûrement – sur la base du théorème « je t’aime, moi non plus » – pourquoi la reprise dans le logement manque de couple. 🙂

Pas assez de puissance dans les tuyaux, avec un compteur gradué en permis de construire accordés !

De toute façon, ne nous faisons pas d’illusions, dans un tel contexte, la production de logements, ça ne pouvait pas être excellent, en dehors des jeux olympiques, naturellement.

Vu qu’avec les JO d’hiver, même si c’était pas excellent, c’était ski (à répéter plusieurs fois lentement pour être sûr de comprendre ! 😉 ).

Or, en matière de ski et de capacité à ne pas manquer la cible, le promoteur CRO magnon des temps anciens s’y entendait comme pas deux !

Il va donc falloir à nouveau faire appel à ses capacités hors du commun, pas vrai ? 🙂

CRO en mode biathlon
Le BiaCROn, c’est une affaire de spécialistes, comme la promotion !!!

Car il faut vraiment avoir des capacités hors normes pour atteindre son objectif quand la logistique n’est pas optimale !

Hé oui. Un tireur d’élite pour un sport de masse… 😉 C’est ça, la solution !

 

Allez, c’est rassurant tout ça.
Offrez vous une bonne semaine, c’est  tout ce qu’on vous demande ! 🙂

Je m'abonne aux articles
(je recevrai un mail quand un article est publié (pas de spam)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.