Babel et la bête : quand le Pinel peluche ?

Actualités de l'immobilier, Investissement locatif, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Le dialogue est un exercice délicat.

Rappelez vous l’histoire de la Tour de Babel (non, pas les atours de Babybel, y a pas que le fromage dans la vie ! 🙂 ).

Toutes ces langues étranges et étrangères qui faisaient que personne ne se comprenait plus… Babel, c’est trop bête.

Et pareil pour le Pinel + (alias Pinel Plus) ; faites le dire par un Auvergnat pour voir  !

Le « Pinel peluche » … aahhh, c’est donc pour ça que ça part en quenouille !!!

C’est de là qu’est tissu le malentendu ! 😉

Le début d’une explication pour expliquer les errances de la ministre du logement ?

Question de texte : mais oui, le textile est pas bon ! 🙂

 

Et pourquoi il n’est pas bon le texte ?

Parce qu’il est naze. Simple et définitif, comme assertion ? 🙂

Certes. Sauf si ce texte fantasmé, appelé à se transformer en décret comme la chenille en papillon, venait à être modifié avant sa parution.

Un peu de compétence et d’intelligence ne seraient pas de refus.

Pour changer… 😉

Syncrétisme et crétinisme : à votre bon cœur !

Quand quelque chose n’est pas cohérent, on a parfois du mal à déterminer la cause du mal.

Une confusion mentale provenant du télescopage de plusieurs visions ou objectifs contradictoires ?

Une forme de bêtise ordinaire et trop répandue, bien que touchant des niveaux extraordinaires… de notre strate législative ? 🙂

Ou la montée en régime d’une nouvelle formule religieuse : Crétin pratiquant ? 😉

Car il n’est pas sûr, avec le traitement « bienveillant » dont il fait actuellement l’objet… que le Pinel se contente de pelucher : il pourrait aussi bien partir en lambeaux.

Notons au passage, à regret et une fois de plus, qu’il n’y a aucune cohérence dans la politique de Gribouille menée en matière de logement :

    • on voudrait des logements moins chers, mais on pousse sciemment les prix à la hausse en rajoutant de la surface et des contraintes coûteuses de conception + des performances thermiques et environnementales déraisonnables
    • à côté de ça, on dissocie foncier et bâti (BRS…) pour faire baisser artificiellement le prix facial
    • les contraintes de conception envisagées pour le Pinel + vont faire consommer / gaspiller plus de ressources (logements traversants, surfaces, etc) alors que le but du jeu serait plutôt de les économiser
    • on prétend vouloir relancer la production de logements, mais on refuse de contraindre un tant soit peu les maires par trop rétifs afin qu’ils signent des permis et on tire à vue sur le vecteur principal de production, le Pinel
    • on assure vouloir économiser la ressource foncière mais on ne surveille pas les évolutions des PLU et PLUiH en matière de densification (ou plutôt dédensification ?) et on ferme les yeux sur les oukases des édiles locaux les plus égoïstes (agissant sous couvert de qualité et d’intérêt général, bien sûr, what else ? 😉 ) pour qui un immeuble est toujours trop haut, trop gros, trop tôt.
      (devise olympouic très éloignée de l’officielle « citius, fortius, altius » 🙂 )

Alors, finalement, une peluche, dans un monde de brutes… c’est un peu le futur doudou des si doux promoteurs perdus ?

Mais qu’il est d’où le promoteur ? 😉

En face d’un profil en travers ?

Quels sont les faits ? Le probable profil du prochain Pinel + a été dévoilé par notre Emma Wargon nationale lors d’une conférence de presse le 15 novembre.

En gros, les prévisions seraient les suivantes, sachant que les paroles ministérielles ne valent pas décret et que bien des gens sensés vont demander à ce que le fardeau soit allégé. Seraient donc seulement éligibles au Pinel + :

En 2023 (critère : acte, en cas de VEFA) : les logements situés en QPV (Quartiers Prioritaires de la Ville) OU les logements satisfaisant cumulativement à :
des critères d’usage : présence systématique d’espaces extérieurs + surface minimale des logements (28 m² pour un T1, 45 m² pour un T2, 62 m² pour un T3, 79 m² pour un T4 et 96 m² pour un T5) + double orientation à partir du T3
ET des critères de performance environnementale : RE 2020 avec respect des seuils 2025 par anticipation + DPE de niveau B ou mieux

En 2024 : pareil, sauf DPE de niveau A…

Quand on lit ça, on le prend de face mais on l’a forcément en travers, ce profil… 🙁

Et on ne peut pas s’empêcher de penser qu’il faut être bien inconséquent pour demander de passer directement à l’étape 2 de la nouvelle RE2020 alors qu’on ne sait déjà pas comment amortir les surcoûts de l’étape 1.

Et, derechef, on ne peut pas éviter de se demander si le but n’est pas davantage d’économiser sur le Pinel et Pinel + pour faire plaisir à Bercy, en sacrifiant délibérément les besoins en logements et le pseudo totem (bien méprisé) de la relance des permis de construire (sans omettre la comique et inénarrable relance de la construction dont plus personne ne parle, après avoir si peu fait, sage indice de décence ! 🙂 ).

Reste à reparler de tout ça quand le décret – annoncé avant la fin de l’année – aura été officiellement validé !

Et auparavant adapté ? 🙂

La psychologie du Pinel pour les nuls

Pas toujours facile de comprendre ce qui se trame autour du Pinel, même si on en a déjà parlé.

Heureusement que nos copains du quartier, Gérard Menvussa et Dimitri Sellektif, passent opportunément par là !
Avec leur bon sens populaire… 😉

Dimitri : Salut Gérard, ah, ça faisait un bail qu’on n’avait pas causé !

Gérard : Ca, c’est sûr Dimitri ; ça fait plaisir de te voir !

D : Et de m’entendre ?

G : Ca, ça va dépendre de ce que tu me racontes !

D : Ben, ce qui me chagrine en ce moment, c’est la ministre du logement.

G : Wouarf ! Elle te chagrine souvent celle là, mon petit promoteur !

D : Oui, mais là, elle pinaille en Pinel ; tu peux pas comprendre ça, c’est trop compliqué pour toi. Déjà que moi…

G : Hé, traite moi d’andouille, tant que tu y es ! Tu ferais mieux d’expliquer !

D : Ok, ok. Imagine un peu une belle fusée. Le corps pèse 100 tonnes, le réacteur droit 10 tonnes et le gauche pareil.

G : Ouais ; 120 tonnes au total, quoi.

D : Oui !!! C’est bien, tu arrives à suivre.

G : Hé ho, tu me prends pour un intello ?

D : Le réacteur droit a une force de poussée de 150 tonnes et le gauche de 30 tonnes.

G : Impeccable ! Y en a un bien plus costaud que l’autre, mais avec tes 180 tonnes de poussée, la fusée va décoller !

D : Oui ; là, tu vois l’image, la fusée, c’est les besoins en logement, le réacteur droit c’est le dispositif Pinel et le gauche, le reste des dispositifs qui peuvent aider à la marge.

G : Et la ministre, elle veut que la fusée décolle ?

D : Bonne question. Je me demande parfois… Admettons que oui.

G : C’est du tout bon, alors.

D : Presque. Vu qu’elle alourdit la fusée de 20 tonnes avec la hausse des pix provoquée et qu’elle affaiblit la poussée du réacteur droit de 60 tonnes à cause des boulets qu’elle met aux pieds du Pinel.

G : Attends, je recompte : 120 + 20 = 140 tonnes de masse pour la fusée et pour la poussée : 180 – 60 = 120. Heu… y a comme un problème arithmétique, non ?

D : Mmmm. Oui, lequel ?

G : Si la poussée est moins puissante que la masse, la fusée ne décolle plus !

D : Ah. Et tu l’avais compris tout seul, toi ?

G : Ben, je t’ai bien dit que je n’avais pas fait de grandes études ! Mais quel rapport entre la fusée et la ministre ? Elle fait décoller les permis de construire ?

D : Pffff. C’est  tout le contraire ! Elle est en train de tout planter, avec une bonne conscience et une incompétence inouïes ! La fusée a le cul trop lourd et pas assez de muscles. Elle va rester au sol.

G : Mais c’est quoi ce phénomène ? Cette fusée serait-elle un feu d’artifice ? Une illusion ?

D : Pas un feu d’artifice, un artifice tout court : toutes les exigences supplémentaires pour le Pinel + vont diminuer le nombre de logements éligibles et faire grimper sévèrement les prix de vente. Et moins de logements vendus en Pinel ou Pinel +, c’est moins de programmes lancés vu que c’est le Pinel qui constitue le gros des ventes et la marge des programmes. Donc le carburant du réacteur principal.

G : Tout de suite… Tu dramatises ! Il reste bien le logement social, non ?

D : Mais non, grand couillon ! Les ventes en bloc par les promoteurs aux organismes sociaux représentent 50 à 60 % de la production de logements sociaux. Donc moins de Pinel = moins de programmes lancés = moins de logements sociaux. Le parfait cercle vicieux…

G : Oui, mais la ministre, elle pense peut-être que si elle vous force la main, le logement sera de meilleure qualité et que ça ne changera rien au volume de production et aux prix de vente ? Que les promoteurs se plaignent avant d’avoir mal parce qu’ils sont douillets…

D : Arrête tes couillonnades, Gégé ! Quand tu rajoutes des options à une voiture, elle coûte plus cher ou moins cher ? Et quand elle coûte plus cher, tu crois qu’il y a toujours autant de gens qui peuvent se la payer ? Ils sont douillets du portefeuille, les consommateurs !

G : Vu comme ça, effectivement…

Franchement, on ne peut pas empêcher ces deux là de discuter. Et d’essayer de comprendre à leur manière ! Modeste.

Modeste car ils savent qu’ils ne sont pas grand chose.
Pas comme leur arrière arrière arrière trisaïeule, bien au-delà des générations, la fameuse Daenerys de Game of CROnes.

Daenerys Talairderien, mère des dragons de la construction (oui, oui, ils rétrécissent un peu plus chaque jour, hélas… 🙂 ), égérie pervertie des rêves de promoteurs !

Daenerys Targarien en mode CRO
Arggghhhhh… Personne pour lui expliquer le principe d’équilibre des masses ?

Oups, mais… cette Daenerys…. on dirait le Pinel + sur un dos de promoteur !
C’est trop lourd !

Mais, bah, le principal c’est de garder le cœur léger et de s’inscrire dans l’air du temps.

Tiens, pour Nöel, une idée de cadeau à ceux qui ne pourront plus se payer un Pinel ?

Offrez une peluche ! Ou un doudou.
Le dragon, c’est dépassé… 😉

 

Et pour l’heure, profitez, y a pas l’feu.
Le dragon est essoufflé… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *