Quand la relance appelle à l’aide ?

Actualités de l'immobilier, Financement immobilier Laisser un commentaire

La relance de la construction durable, ce concept aussi virtuel qu’idéalisé, dispose depuis le 11 août d’un décret fixant les modalités de l’aide accordée aux communes vertueuses.

Pas vert tueuses, hein, on n’en est pas encore à l’écologie punitive ! 😉

Ce magnifique texte, en 8 articles et 3 pages, revêt ainsi des allures technocratiques dignes des plus belles envolées administrativo lyriques de notre inimitable pays.

Au plaisir évident qu’ont pris ses rédacteurs pour sa conception répondra sans nul doute l’enthousiasme de sa compréhension spontanée par ses lecteurs.

Oh, le grand pied que ça va être, dans les mairies !

Encore un effet secondaire positif de la pandémie : le bonheur communal…

 

Il faut en effet se rappeler que, si aide à la relance il y a, c’est à cause d’une relance de la construction revendiquée et rendue nécessaire par l’effondrement de la construction neuve.

Dont on a volontiers fait porter le chapeau à la pandémie covidienne, tandis que statistiques comme professionnels attestent d’une origine moins glorieuse.

Que les élus locaux soient frileux en regard des permis de construire aurait probablement pu se traiter en leur offrant quelques couvertures ?

Médiatiques ? 😉

Le retour de l’octroi, deux, un… partez ?

On avait commencé à déflorer le sujet en décembre dernier, mais on n’avait pas toutes les cartes en mains.

Ô joie, ce n’est plus le cas et ce magnifique décret du 11 août 2021 vient combler un abîme de perplexité transitoire.
(serait-ce un hasard que ce mot commence comme transit et finisse comme suppositoire ? Encore une couche… de perplexité ! 😉 ).

Quoi qu’il en soit, réjouissez vous braves gens, vous voilà instruits (comme la madame du cochon ?…) sur les tenants et les aboutissants de la fabuleuse aide de la relance à la construction !

Ou plus exactement, sur ses modalités d’octroi, grâce auxquelles on sait maintenant que la guerre d’octroi n’aura pas lieu.

Et encore une chance qu’il ne faille pas se battre pour l’obtenir !

Déjà que comprendre l’ensemble des paramètres n’est pas de tout repos... 🙂

Et ce décret, il dit quoi ?

Sous des dehors rébarbatifs, et à condition de ne pas être fâché avec Excel, ce décret n’est finalement pas si complexe au plan mathématique. 😉

5 catégories de communes et 5 paramètres de base pour les calculs ne sont pas insurmontables, n’est-ce pas ?
Même si en été on préfère déguster des glaces en terrasse que se faire terrasser par un truc dégueulasse, c’est vrai ! 🙂

Pour les réfractaires au calcul mental 😉 , la petite aide peut se télécharger ici.

En gros, le décret promet des sous (période de référence : déclaration de travaux ou PC délivré dans la période du 1-9-2020 au 31-8-2021) à toutes les communes non carencées du point de vue logement social, avec une bonification à celles qui ont contractualisé sur certains secteurs urbain à revivifier, à condition de construire plus dense et notamment plus intensément que le seuil de densité qui leur correspond (pour mémoire, catégorie de chaque commune ici).

Une subtilité dans le décret ; il y est question de SLaidé pour évoquer la surface de plancher des logements « aidés » , mais on ne parle pas de logements sociaux ici, uniquement des surfaces des logements susceptibles de bénéficier de l’aide à la relance.

Comme nous sommes tous un peu formatés (ou café pour les autres ! 😉 ), il n’est jamais CRO utile de le préciser…

Chacun se fera donc un avis personnel suivant les paramètres injectés, mais il est tentant de penser que ce ne sont pas les ordres de grandeur de 200 à 400 euros par logement, par exemple, qui vont déclencher, chez un maire antivax 🙂 anti PC, l’envie irrésistible de se faire des ennemis chez ses électeurs chéris… puisque ce sont ceux là qui sont la cible.

La probabilité la plus importante sera donc de récompenser par effet d’aubaine les maires qui jouent le jeu (tant mieux pour eux), mais qui l’auraient joué même sans l’aide (…), sans rien déclencher de la part des égoïstes.

Cogito egoisto sum ? 😉

Garde-fous pour gens raisonnables

Les articles 6 et 7 du décret sont les plus économes puisqu’ils prévoient qu’en cas d’aide inférieure à 1000 euros, elle sera ramenée à 0 (on ne fait pas l’aumône par ici !), mais aussi qu’en cas de différence entre les autorisations d’urbanisme accordées et celles effectivement engagées, le remboursement devra se faire par la commune.

Le virtuel a ses limites ! Ce qui paraît judicieux dans le cas d’espèce…

Ceci faisant penser aux travaux – mis sur pause le temps d’un repos estival bien immérité 🙂 – de la commission Rebsamen dont on craint de penser que trop de raison(s) vont l’emporter sur la vigueur d’une passion qui serait pourtant bienvenue.

Bien évidemment, la passion n’intéresse que les fougueux, ceux que leur ADN primitif et vigoureux pousse à la performance quel que soit le contexte, même et surtout quand il n’est pas CRO favorable ! 😉

La lignée immémoriale des CROs les plus sportifs en atteste ainsi depuis des millénaires, tout comme le niveau de leurs performances au Gigolympiques !

La foulée, les anneaux, le passage de témoin, toute cette dynamique rituelle et gestuelle en ont fait les champions historiquement incontestés de leur inénarrable catégorie…

CRO aux Gigolympiques !
Mmmmouais, les symboles sont un peu lourds parfois pour la performance ! Pouf, pouf…

 

C’est sûr, ce monde n’est pas parfait mais c’est le nôtre, comme dit l’autre.

Il faut donc faire avec, même les jours sans…

Avec un peu d’aide à la relance, ça pourrait accélérer, vous croyez ? 😉

Ouf, vous me rassurez, ça fait du bien quelques motifs d’espoir !

Bon, c’est pas tout, ça. Allons nous occuper de choses autrement plus sérieuses.

C’est l’heure de se payer une tranche de gigot. Ou une brassée de saucisses ?

 

Bon appétit !
Et à la semaine prochaine ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *