Pinel Plus ou bien Pinel plus ou moins ?

Actualités de l'immobilier 2 commentaires

Hé zut ! Ce serait trop simple si c’était moins compliqué.

C’est vrai quoi, toutes ces histoires de fin de règne, c’est difficile à suivre.

Prenez la reine d’Angleterre : God save the Queen.

Prenez son successeur : God save the King.

Prenez le Pinel : God save the Couine ! 😉

Et oui, parce qu’un Pinel en fin de vie, ça grince et ça couine.

Depuis le temps qu’il est dans l’arène, vous me direz…

Ce qui n’est pas une raison de manquer de respect aux petits vieux ! 😉

 

Et nous voilà repartis comme en quarante.

Ou en quarantaine, plutôt, vu le caractère viral de certaines informations.

« Covidio ergo sum » semble ainsi avoir remplacé le « cogito ergo sum » de base.

Va falloir se faire vacciner et en prendre une bonne dose pour lutter contre la rumeur ! 🙂

Pinel de pigeon ?

Oui, comme au foot, hop, un petit geste gracieux d’une gambette sur le côté et on ramène le ballon devant soi.

Enfin, uniquement quand ça marche, donc pas si souvent !

Il vaut souvent mieux être un poil plus sobre dans la gestuelle et tenter un contrôle moins hasardeux.

C’est pareil avec le dispositif Pinel ; les règles sont connues et sous contrôle depuis plusieurs mois.

Après le 31 décembre 2022, les taux du Pinel vont diminuer (date de signature des actes).

Pour en venir à ce qu’on pourrait appeler l’étau du Pinel Moins, donc.

Car moins que la normale, ce n’est pas plus, et ce n’est pas pareil non plus.

C’est donc moins. CQFD.

En 2023, les taux de la réduction d’impôt Pinel vont donc baisser et, en 2024, rebelote, ça baissera encore davantage.

Et comme le successeur du Pinel (Moins) s’appelle le Pinel Plus (alors qu’il n’est pas plus que le moins avant sa baisse, vous suivez ? 🙂 ) , et que le Pinel Plus ne commence sa vie fiscale qu’en 2023, les professionnels auraient bien aimé une période de recouvrement de quelques mois, pour sécuriser les réservations 2022 (freinées pour leur transformation en actes par les difficultés du secteur du crédit immobilier) et pour démarrer en douceur le règne du Pinel Plus.

3 ou 4 mois, c’est si peu, et ça ferait tellement plaisir ! 🙂

Le poteau d’arrivée est-il sur roulettes ?

C’est une méthode déjà souvent utilisée, en fin de vie d’un dispositif fiscal, que de prévoir une période de transition.

Et comme, en plus, le déplacement du poteau d’arrivée semble être une pratique en voie de démocratisation (…), nombreux se sont pris à penser que ce ne serait qu’une formalité.

Alors que c’est une forme alitée, au lit soit qui mal y pense, qui vient couronner cette histoire à dormir debout ! 🙂

Récapitulons : un dispositif qui s’essouffle, un petit nouveau qui arrive, une idée de période transitoire, un fol espoir dans les esprits de nombreux professionnels…

Là-dessus, le sénat qui est d’accord, ce que beaucoup trop de monde prend pour argent content et comptant, et la rumeur enfle.

« On aura 3 mois de plus pour acter à taux plein le Pinel 2022 » .

Et… pschiiiii, la baudruche se dégonfle avec un petit 49.3 de saison et une non reprise dans le nouveau texte de la libéralité si ardemment souhaitée.

Rappelons au passage que le Sénat n’a pas la main quand il veut modifier des textes et que c’est l’Assemblée Nationale qui gagne au bras de fer entre les deux chambres, sauf à se méfier du joker que représente le 49.3 !

Nous vivons des temps merveilleux, si vivants, si mouvementés, si bouleversants. 😉

D’une intensité à couper au couteau !

Vous imaginez la tête de tous ceux qui y ont cru ? 🙁

Ben, voilà, pour l’instant c’est non. Et le plus probable est que cela reste non.

Le poteau d’arrivée est bien fixé au 31-12-2022 pour les actes Pinel à taux plein.

Sauf ultime rebondissement sous le sapin pour lancer la nouvelle année ?
C’est dingue, les rumeurs… Noël, Noël… de pigeon ? 😉

Quand on connaît la musique…

Il est donc souvent tentant de prendre ses désirs pour des réalités, surtout quand on connaît approximativement le fonctionnement de nos institutions.

D’un autre côté, connaître vraiment la musique, ce n’est pas donné à tout le monde.

Il faut des aptitudes totalement hors du commun.
Heu, non du CROmmun ! 🙂

CRO musicien du Tyrol
Pouf, pouf, espérons que la musique adoucisse aussi les mœurs fiscales !

Et, pour tenir la note, un petit peu de souffle n’est pas superflu.

Surtout si on doit retenir la respiration jusqu’au 31 décembre pour connaître le mot de la fin. Et la fin de la rumeur !

Bah, par ici, on s’en fiche un peu des rumeurs.
Vous ne savez pas ? Il paraît que le Père Noël va bientôt faire son retour !

Sans les boules et sans nous enguirlander. 🙂

 

Tout ça va nous permettre de passer une super bonne semaine.
Tant que ça ne sent pas trop le sapin… 😉

Je m'abonne aux articles
(je recevrai un mail quand un article est publié (pas de spam)

2 réflexions au sujet de « Pinel Plus ou bien Pinel plus ou moins ? »

  1. En tant que marchand/promoteur je souhaiterais qu’on mette fin à ces dispositifs qui biaisent le marché… Un logement Pinel est vendu 20% plus cher qu’un logement équivalent… De plus il est très cynique de donner de l’argent pour investir aux personnes qui en ont déjà beaucoup? Les principaux investisseurs étant les professions médicales, cadres sup… Ils investiraient de toutes façon. Pourquoi ne pas diriger ces milliards du Pinel vers les primo accédants?…
    Je ne prêche pas pour ma paroisse car je vends un peu en Pinel mais l’important c’est la justice fiscale…

  2. @ Patrick : de par mon métier de promoteur, je peux dire que les logements vendus en Pinel sont au même prix (sur un même programme et en l’absence de contraintes réglementaires du type PSLA ou logements à prix maîtrisé) que les logements en accession (avec une faible variation possible – 1 à 5% – selon le niveau de rémunération de la structure de commercialisation). Donc pas 20% et heureusement. Et je ne suis pas d’accord non plus pour dire que les investisseurs achèteraient de toute façon : il suffit de voir la chute du volume des ventes quand le dispositif Duflot a été mis en place et la remontée ensuite avec le Pinel… D’autant plus maintenant, avec la remontée de l’inflation et des taux d’intérêt qui vont permettre aux investisseurs de choisir d’autres véhicules que l’immobilier en termes de rendement. Donc, il faut maintenir un dispositif favorisant l’investissement locatif, mais aussi, et là je vous rejoins, mettre en place quelque chose d’efficace pour redonner du pouvoir d’achat aux accédants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.