Logement neuf : ce qui est rare est cher ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Dans le logement neuf, de plus en plus rare et cher, la perplexité gagne les rangs des promoteurs.

Les sujets de réflexion se multiplient à l’envi. Même quand ils ne font pas envie.

Ni pitié :

Les chantiers ? Mais oui !

Les permis de construire ? Mais oui !

Les recours des tiers ? Mais oui !

La future réglementation environnementale RE2020 ? Mais OUI, OUI, OUI !!!

Promoteur : le pouvoir de dire oui ?

Mais non !!! 🙂

 

Le bonheur n’a pas de prix. Impecc ! L’argent ne fait pas non plus le bonheur. 😉

Et comment est-ce qu’on trouve son bonheur ?

En se tournant vers l’avenir ! Côté espoir.

Sauf quand on est promoteur. Parce que là, c’est la migraine qui guette.

Enfin, c’est plutôt la graine, parce que mi-graine, c’est pas assez fort. 🙂

Des motifs de réjouissance ?

L’état des lieux, ce n’est pas uniquement quand on entre dans ou qu’on quitte un logement.

C’est aussi quand on en parle… en tout bien tout bonheur, bien sûr ! 😉

A- Houhlala, mon pote, les chantiers, c’est un peu le yoyo, ces derniers temps : comme le lapin d’Alice au pays des Merdeilles

B- Des merveilles, tu veux dire ?

A- Non, j’ai bien dit merdeilles… parce que « en retard, en retard, je suis toujours en retard… » , ça commence à bien faire ! Un coup le confinement COVIDien, maintenant les ruptures d’approvisionnement de matériaux, pas moyen d’être à l’heure.

B- Ben oui. Mais faut pas regarder l’horloge ! Et faire montre de courage !

A- Tu sais que tu es presque drôle ? Mais le souci c’est que je suis aussi en retard sur mon budget ! Les derniers devis augmentent du fait de la hausse des matières : les ricains et les chinetoques achètent tout et les fournisseurs de nos entreprises ne sont pas tous fidèles…

B- Remarque, c’est pas très grave si tu n’arrives pas à construire. Vu que tu n’as plus de permis… C’est juste une question d’équilibre ! 🙂

A- Mais ne dis pas n’importe quoi, l’équilibre, c’est aussi précieux et fragile que de la peau de mérou !

B- Parce que c’est fragile la peau de mérou ? Quand on la sort de l’eau ?

A- Ignorant ! Tu ne sais pas que la peau de mérou pète !!!

B- Houla ! C’est du sérieux alors, on ne plaisante pas avec le mérou !

A- C’est trop évident ! Le mérou, le maire où, le maire où ; il est où le maire pour signer mon permis ? Hein ? C’est si fragile…

B- Ah, les idéalistes… le maire où, mais non ! Le requin, c’est quand même plus solide. Et c’est surtout la première idée qui vient. Fais un peu un sondage auprès des gens : demande leur quel est l’animal qui incarne le mieux les promoteurs. Ca m’étonnerait qu’il y en ait un seul qui te dise le mérou ! 🙂

A- Et pourtant c’est si tendre et fragile le mérou…

B- Oui, oui, tu l’as déjà dit ; alors que le requin, l’alligator, le vautour, le loup, le chacal, la hyène, le serpent, la…

A- Bouhouhou, bouhouhou…

B- Mais non, ne pleure pas, il y a sûrement des points positifs ? Tiens, parle moi des sous. Les prix de vente, ils augmentent bien en ce moment, non ?

A- Bouhouhou, bouhouhou…

B- ????????

Quoi de neuf du côté des prix ?

Du côté des prix ?

Mais c’est génial ! C’est trop top ! Une vigueur insolente ! 🙁

Les programmes immobiliers les plus récents commencent à arborer des prix de vente aussi débiles qu’indécents (pas tous, mais le virus se répand aussi vite qu’une pandémie sur des souffreteux).

Ca fait tellement de bien de se sentir riches avec une hausse des prix de vente en accélération violente…

Bon, ok, relativisons, un budget prévisionnel n’est qu’un embryon de lancement de programme,  lui-même n’étant qu’un test du marché, la prise de température d’une grille de prix venue de la lointaine planète EXCEL. 🙂

Et qu’est ce qui se passe quand on est en EXCEL de vitesse ? On se fait flasher et on perd des points sur son permis de construire 😉 conduire !

Promoteur est vraiment un métier peu ordinaire : on se dit entre soi que la hausse des prix dans les tuyaux est dangereuse et irresponsable, mais tout le monde y va. Magnifique. 🙁

Parce que plus personne n’a de produit, et qu’il faut croûter et payer les équipes.

Parce que tout le monde se met des claques sur le museau pour le foncier et que ses prix s’emballent en conséquence.

Parce que les maires ne signent toujours pas les permis qui permettraient de faire face aux besoins et de détendre le marché.

Pendant que la commission Rebsamen se demande si l’infusion à la verveine ou à la camomille sera la plus agréable ou la moins amère…

Tout va donc pour le mieux dans le plus inconséquent des mondes ? 😉

C’est précisément à ce moment là qu’on doit regarder vers l’avenir proche, tellement radieux et dégagé, illuminé par la certitude du progrès en marche.

Le nouveau phare d’Alexandrie : la RE2020 ! RE.  RE ?

Heureux ? Ahreu ? Fais R.E. à papa… 😉

Cette RE, c’est quelque chose entre l’état de le coup de grâce et le coup de crasse (pas tellement de manière absolue, personne n’en conteste le principe, mais un tempo inopportun dans le contexte ambiant), le truc super cool qui va mettre un de ces coups de boost à la relance… 🙁

Et qui va te faire grimper le moulin dans les tours…

Et te propulser les prix de revient à une vitesse… Un bon surcoût de 5 à 10 % pour les travaux. Avec les prix de vente dans le sciage (ah zut, c’est sillage le vrai mot, j’suis scié… 🙂 ).

La scie, chien fidèle ?

Bref, est-il possible d’enquiller indéfiniment les motifs de ralentissement de la machine et d’augmentation des prix de vente ?

La réponse est oui !!! (ah, surprise ? 🙂 )

Puisqu’on le fait sans sourciller.

Et vu que tout le monde semble se foutre des volumes, ce sera donc probablement la variable d’ajustement.

Car, de la même manière que les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, les acquéreurs peinent à atteindre le 7ème ciel de l’immobilier neuf.

L’extase se mérite, certes 🙂 , mais le prix n’est pas un détail et la sanction d’un scénario qui ferait fi de la solvabilité des acquéreurs serait celle d’une anémie de la production, qui ajouterait à la crise initiale de l’offre une crise de la demande solvable.

L’équilibre parfait ! Mais à bas niveau. Que demande le peuple ?
(de l’équilibre dans la pénurie à la mode « ce qui est rare est cher » ou des logements abordables ?)

Rien n’étant cependant inéluctable, une logique de relance vertueuse (celle qui pourrait contrarier le scénario récessif) serait, a minima :

    • une commission Rebsamen (suivie d’effets) qui conduise les maires à signer des permis pour de bon
    • la fin de la pénurie de matériaux (ou des comportements de rétention) qui renchérissent les prix de revient et retardent les chantiers
    • une RE2020 ne générant pas ou peu de surcoûts (hum, même pas en rêve)
    • des promoteurs collectivement intelligents (hum, même pas en cauchemar ?) pour cantonner les prix de vente en jouant sur d’autres paramètres (foncier, commercialisation etc) afin d’absorber les à coups de la transition écologique

Ca en fait des conditions, hein ? 🙂

M’enfin… avec une commission nouvelle de 32 membres, une administration régalienne (à quand le festin ?), des institutions toutes puissantes et compétentes, tous les feux sont au vert, non ? 🙂

Comme d’hab ? Qui a dit « Comme d’hab » ? Ca, c’est du mauvais esprit, cher CROnaute… 😉

Rappelez vous bien qu’il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre.

Ni de désespérer pour se faire prendre ! 🙂
(oui, bon, ok, ça aussi c’est un peu du mauvais esprit, mais bien gaulois ! 🙂 )

Un argument supplémentaire pour sortir de la crise ?

Dans des moments comme celui-là, il faut tenter des choses qui sortent de l’ordinaire.

Faire appel à des personnages capables de nous sortir de la crise.

Avec un nom et une gueule. Une présence.

Une vitalité venue… venue d’où d’ailleurs ?

Et un comportement de guerrier Ninja.

Allez, LéonarCRO, fais nous plaisir !

Léonardo, la tortue ninja en mode CRO, alias LéonarCRO
Houyyyiiiaaaa !!! Le premier qui m’pique une crise, j’lui montre la relance massive !!!

Montre nous la voie !

Mais non, pas celle de la pizza !

Celle de la relance équilibrée et rapide.

Comme une échappée du Tour de France. 😉

Et dire que c’est bientôt les vacances… obligés de ralentir avant d’avoir accéléré… le syndrome de la frustration saisonnière !

 

Pfff, j’abandonne.
Jusqu’à la semaine prochaine ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *