Logement : des finitions de définitions ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

On entend parler à longueur d’année de certains termes ou concepts.

Qu’on ne maîtrise pas vraiment ou qu’on interprète à la va-vite.

Logement comme urbanisme sont friands de ces objets mal finis ou mal définis.

Et en tout cas souvent mal compris. Car il n’y a pas que la face apparente de la lune !

La face cachée, pour obscure qu’elle soit, est souvent plus révélatrice de la réalité, avec un éclairage adapté.

Car vous savez quel est l’enjeu pour chacun d’entre nous ?

Comprendre la course des planètes ! 🙂

 

 

On nous raconte de ces trucs ! Avec des mots savants et des définitions officielles.

Des machins alambiqués et biquettes (pour nous rendre chèvres ? 🙂 ) qui nous laissent trop souvent perplexes. Voire incrédules.

Bref, tout un champ sémantique et codé pour la compréhension duquel il nous faudrait disposer d’un décodeur « hot hautes définitions » ? 😉

Lire en haute définition ?

L’été sert aussi à ça. Prendre le temps de se poser. Et de se reposer.

Prendre de la distance, de la hauteur, de la profondeur de champ.

Laisser vagabonder son sens critique.

Il paraît que « la critique est aisée mais l’art est difficile » ?

Ben, si c’est facile, ne nous en privons pas ! 🙂

Et attaquons nous en haute définition – pour mieux les (re)définir  🙂 – à quelques objets de pensée formatée.
Hop, on se lance !!!

Accession à la propriété : développement 4.0 de la politique virtuelle du logement venant se substituer à la poursuite du défunt rêve individuel d’ascension sociale. OFS, BRS, sauvez vos fesses… Problème : à la différence du kilogramme, l’hologramme de la propriété dissociée ne fait pas le poids. Et son (kilo)maître étalon ne tient pas la distance.
A quand le retour du réel intégral ?

Artificialisation des sols : la clé de sol doit être naturelle car la nouvelle et justifiée petite musique des politiques d’urbanisme tend à éviter la minéralisation et l’artificialisation des sols.
Chassez le naturel, il revient en goulot ? (d’étranglement, bien sûr) 🙂

ZAN : bonbon à la réglisse qui a du mal à passer. Trop forte en mauvais goût (contrairement à l’original 🙂 ), cette déclinaison de l’artificialisation des sols (Zéro Artificialisation Nette), principe européen abusivement surinterprété (comme d’hab… mais provisoirement ?) par notre trop chère administration reste à affiner pour harmoniser les logiques de développement durable. Théoriquement (mais qui dit la vérité ? 😉 ) vers moins de consommation d’espace, moins d’emprise et plus de hauteur.
Attention, sol (ré)glissant ?

Densité désirable : le concept de la densité sexy, dense mais pas trop ; la fiancée rêvée des maires pour le mariage du développement durable et de l’acceptabilité par les riverains. Mensurations mannequin en 90-60-90, à transformer en permis de construire désirable.
Qu’on se le dise, le développement du râble n’est pas permis ! 😉

Commission Rebsamen : docte assemblée digne du conclave avant l’élection du pape, sauf qu’avant de dire amen on a du mal à savoir ce que les sous papes ont dans le carburateur.
Fumée blanche ou enfumage pour les (trans)lucides ?

Relance de la construction durable : affirmation gratuite et isolée d’un principe cher à beaucoup.
On ne gagne pas à tous les coûts ?

Aide à la relance de la construction durable : accessoire anecdotique de la relance imaginaire.
A l’aide !

Chartes (d’urbanisme, de qualité, paysagères, de qualité d’usage et autres variantes avariées) : ce type d’OVNIobjet violent non identifiéne sait plus où il habite. Le principe d’adhérer à une charte suppose l’accord et la signature de tous les protagonistes. L’imagination de certaines collectivités les transforme en fantasmes qu’elles voudraient imposer aux acteurs, même en l’absence d’accord et même en cas de conflit avec les textes légaux le cas échéant.
Les chartes errent, mais c’est moins cher ? 🙂

Permis de construire : survivance administrative d’un passé révolu, qui prétendait donner à chaque citoyen l’autorisation de construire à condition de respecter les règles d’urbanisme officielles. De nos jours, il n’est plus permis de construire, juste permis de demander un permis.
Le permis sous conditions suspensives ?

Recours des tiers : généreux principe républicain donnant logiquement aux riverains d’un permis de construire le droit de le contester en cas de non respect des règles d’urbanisme ; le plus souvent égoïstement détourné pour faire échouer des projets conformes au droit ou en monnayer la poursuite.
Le racket a remplacé la requête…

Délai d’instruction d’un permis : concept excessivement flou vidé de tout sens et de possible exploitation statistique. Proche de celui de l’iceberg,  il faut en effet en distinguer la partie visible de celle invisible. La visible est officielle et normée, l’invisible est officieuse et énorme.
Tout le charme caché des toxiques ou funestes commissions d’avant-projet… sans support légal, mais létales.

Dispositif d’Investissement Locatif : le D.I.L. ? 🙂  Les DILeurs ont leur dose de Pinel. Bientôt coupé à la sucrette et sans existence légale après 2024. Mais 2022 est l’année d’un possible changement de boss. Et de remise en cause de l’euphorisant, tuteur (légal) de la construction.
Avertissement aux autorités futures : on ne dit pas « quand l’achat n’est pas là les souris dansent » , mais « à quand le new DIL ? » !!!

Comprendre l’univers qui nous entoure ?

Maintenant que vous avez les bases de ce qui se passe sur la terre (…?), vous allez pouvoir vous pencher sur le vaste monde, par delà l’atmosphère.

Scruter les objets célestes, suivre leurs trajectoires et – comme pour mieux percer à jour le macro système logement – comprendre la course des planètes ! (et de celles qui le sont moins aussi 😉 )

CRO s’y est souvent exercé et a développé une certaine expertise (pré)historique, dont vous nous confirmerez la finesse. 🙂

Jugez plutôt !

CRO et la course des planètes
Roooô… Et en plus, elles tournent !!!!!

Bien sûr, toute expertise demande un peu de temps… quelques millénaires ? 😉

… pour être sûr de ce que l’on observe et de la manière dont on doit s’y prendre ; mais une fois que l’on maîtrise son sujet, plus rien ne vous semblera obscur.

Pas même la face cachée du désastre des astres du macro système logement !

Quant à l’indispensable entraînement, quoi de mieux qu’un mobile pour garder son esprit d’enfant en éveil ? 🙂

 

Allez, à vous de jouer cette semaine.
Ou de travailler, si vous aviez besoin d’un mobile ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *