L’agent immobilier 007.0 ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

Tout va à une vitesse folle.

Regardez la technologie : 1.0 , 2.0 , 3.0 … et bientôt 7.0 à ce rythme là !

Et les films de James Bond, le 007 dont toutes ces dames feraient bien un 5 à 7 ?

Les acteurs se succèdent au rythme effréné des gadgets et autres équipements new tech.

Le point commun avec l’agent immobilier ? Facile !

Il a la carte ! « License to kill » pour ce cher James.

C’est pour ça que l’immobilier, c’est parfois d’un mortel…

N’est ce pas, monsieur l’agent ? 🙂

 

Oui, bon… « monsieur l’agent » , c’est manière de dire, on sait bien que la profession est féminisée.

Mais, « madame l’agent » , c’est moins connoté. 🙂 La gent féminine en revanche… 😉

Ah… on se sent tout de suite mieux avec son lectorat quand on crée les conditions d’une adhésion affective spontanée ! 😉

Au menu ou à la carte ?

Notez l’incongruité : à l’heure du GPS et de ses menus, l’agent immobilier navigue toujours à la carte.
Va falloir sérieusement moderniser la profession !

Ah, c’est en cours ? Ca fait du bien de le savoir, mais faudrait le faire savoir, parce que le grand public, lui, il a du mal à faire la part des choses !

La preuve par le dialogue… (imaginaire, certes, mais ceci n’est qu’un détail 🙂 )

AI (Agent Immobilier) : bonjour ma brave dame, je me présente, James, agent immobilier de mon état.

PLOUC (Particulier Légèrement Obnubilé par l’Utilité de la Carte) : moi, c’est Mélusine, et j’suis en bon état aussi… Parce que Mélusine en faillite, ce serait moins glorieux.

AI : Content de faire votre connaissance, Mélusine, que puis je faire pour vous ?

PLOUC : voilà, j’ai une petite bicoque à vendre, et…

AI : …et vous voulez en connaître la valeur ? Ne bougez pas, venez par là, un petit coup de scanner rétinien, votre carte vitale et hop je sors pour vous mon appli 7.0, je dégaine mon site comparatif, j’exhume les données fiscales publiques, je déverrouille pour vous le mystère de l’offre et de la demande à la sauce Big Data.

PLOUC : ooooh, un vrai magicien ! So sweet…

AI : n’est ce pas ? James est un agent sucré…

PLOUC : et un peu secret aussi, non, voire cachottier ?

AI : pourquoi dites vous ça ? J’éclaire le monde pour vous !

PLOUC : parce que vous prétendez être un agent mais comment je peux en être sûre ?

AI : et puis quoi encore ; vous voulez que je vous montre ma carte ?

A quoi rêvent les promoteurs ?PLOUC : oui, oui, monsieur l’agent, votre réputation ne suffit pas, montrez votre carte… Voyons, James Bondeux, carte d’agent immobilier n° 007, Mention… Ah, vous avez obtenu une mention ?

AI : hé ho, vous ne croyez pas qu’on devient agent sucré sans mention ! Faut d’la qualité, dans ce métier, Mélusine !

PLOUC : … mention T comme transaction ? Ah, mais y avait aussi une mention indic ? Pratique pour un agent !

AI : mais non, pas indic, Syndic ! Quoique… les indics pour l’apport d’affaires, c’est pas mal non plus…

PLOUC : alors là, une carte officielle, une mention, de l’intelligence artificielle : j’suis bluffée !

AI : normal ! Le bluff, ça fait aussi partie du métier ! On est pro ou pas, ma Mélusine…

PLOUC : bon, et pour ma bicoque, sa valeur ?

AI : mais facile, merci la data : 325 826.63 €, pile poil !

PLOUC : on peut arrondir à 325 827 ? S’il vous plaît ?

AI : houla, mais on est au-dessus de la valeur de référence avec l’arrondi ! Enfin, c’est bien parce que c’est vous, Mélusine ! Voilà le mandat prérempli ; vous signez en bas après avoir complété les mentions manuscrites.

PLOUC : la vache, c’est du rapide ! Et pour la vente, il faut compter combien de temps ?

AI : Oh, la nouille ! Pardon, ça m’a échappé… Mais c’est déjà vendu ! Chez les agents sucrés 7.0, l’underground c’est notre quotidien. On a l’acheteur avant le vendeur. Ca fluidifie les transactions ; notre slogan c’est « sans le mandat c’est caca, dès le mandat c’est déjà ! » .

PLOUC : c’est sûr, une vraie punchline 7.0… jamais vu ailleurs !

AI : hé oui, on stocke les profils, les demandes, on les catégorise, on croise les paramètres et les critères des candidats acquéreurs et zou, la demande est calibrée ! On sait les biens qu’on doit entrer ; le miracle de la data ! Donc quand je vois Mélusine qui pousse la porte, je lui scanne la rétine, je lui demande sa carte vitale, je récupère son adresse et je sais que sa maison intéresse un des prospects de ma base qui est en liste d’attente. La mandat signé, paf, le mail et le sms d’alerte giclent vers le prospect qui a maximum 15 mn de priorité pour signaler son intention d’acquérir. Et le « schting ! » que vous avez entendu il y a 30 secondes, c’était ça, déjà vendu !

PLOUC : y a pas un problème d’hyper rapidité, là ?

AI : Lequel ???

PLOUC : un agent en excès de vitesse, c’est autorisé ?

AI : ah, ah ! Vous ne voulez quand même pas me dresser un PV pour trouble à l’ordre privé ? Vous n’avez pas pas mandat pour ça, Mélusine !

PLOUC : mouais, j’ai quand même un regret, mon petit Jamessss…

AI : lequel ??? Les miracles de la technologie et des agents sous couverture ne vous suffisent pas ?

PLOUC : non, j’ai un faible pour l’humain ; je m’étais fait un film… Avec un prénom comme le vôtre, James, un agent sous les draps c’est mieux que sous couverture… et en se réclamant de l’AI (Artificial Intelligence), je m’attendais à bien mieux comme proposition malhonnête ! 😉

AI : mais ma probité est sans tâche et mon intelligence n’est pas artificielle, ma chère Mélusine !

PLOUC : oh purée, c’est mon jour de chance, je suis tombé sur un AI 7.0 bio !!! Pour une végane comme moi…

AI : je vous l’avais dit que j’étais plein de ressources… bio et locales, le circuit court dans sa splendeur ! 🙂

PLOUC : ben, vos ressources, va falloir les utiliser encore un peu avec moi, James, et éviter les courts circuits, vu que vous ne m’avez pas du tout expliqué le formulaire de l’Etat des Risques. Je me demande bien ce que j’encours comme risques avec vous…

AI : ah, ah, la paperasse, ma chère Mélusine, mais ce sont là les risques du métier !

PLOUC : alors, va falloir assumer les risques et payer un peu de votre personne, James… La techno, c’est bien, mais l’humain, ça n’a pas de prix !!! Jamessss…

Ah, les métiers traditionnels, quand la modernisation ne les dénature pas.
Finalement, agent immobilier, ça pourrait presque être le plus beau métier du monde, hein ?

Avec toute cette technologie… 😉

Mandat, mandat bis, mandat ter ?

Mandataire, mandant, mendiant ; toutes ces notions complexes à saisir… 🙂

Oh, le vilain jeu de mots entre mandant et mendiant, n’est ce pas ?

Mais c’est là toute l’ambigüité de la pratique du mandat, papier tellement indispensable qu’il faut absolument l’accrocher ou le quémander parfois.

Ce sésame de l’intermédiation doit-il être utilisé (en transaction) pour faire rêver le vendeur et accrocher le mandat, puis le décevoir après avoir évincé les copains ?
Ou bien doit-il prévoir une valeur sincère (oui, mais laquelle ?) et vendre au plus vite, au prix du marché et sans fausse manœuvre ni déception ?

Car quand il y a deux chaises et une seule paire de fesses, l’exercice de l’équilibre est délicat, voire périlleux ou quasiment artistique…
On fesse ce qu’on peut, c’est bien connu ! 🙂

Et à ce petit jeu, certains sont plus doués que d’autres.

Car certains individus, issus d’une lignée intemporelle, ont manifestement bénéficié d’une adaptation darwinienne bien plus efficace que celle du commun des mortels mandataires ! 😉

CRO évident, non ?

les contraintes de l'agent immobilier
Les exercices imposés, c’est dur. Vivement le programme libre. A la carte, quoi !!!

Cela étant, avec toutes les cartes en mains et la certitude que sa maman soit fière de lui ou d’elle, l’AI moderne est forcément super à l’aise… 🙂

Enfin… Rassurez vous, chers AI, ces histoires d’équilibre, on en retrouve un peu partout : James qui transige ou qui zigouille, le promoteur qui achète trop cher son foncier, le banquier qui tape fort sur l’assurance décès invalidité, le dentiste qui ramène trop sa fraise, l’assureur dont le niveau de prime vous déprime, la rentrée qui va multiplier les occasions de sortie etc.

Avoir le cul entre deux chaises est d’un banal… 🙂

Reste que le principal, quand on est agent immobilier, c’est d’y croire, de faire pour le mieux et d’assumer l’intégralité de sa mission (technologique et humaine 🙂 ).

A la carte ! 😉

Et si le dialogue du jour vous inspire des commentaires, ne vous privez pas d’en faire.

Un agent immobilier, ça aime bien convaincre, non ? 🙂

 

Pour l’heure, je remballe mon clavier sans me mettre sur la touche.
A vous de jouer, et bonne semaine à tous ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *