Quand le mètre carré ne tourne pas rond…

Billets d'humeur Laisser un commentaire

Le mètre carré, c’est l’unité de mesure préférée pour quantifier le logement.

Sa superficie, hein, parce que l’euro, c’est aussi une manière de quantifier. 🙂

Des mètres carrés, des euros, auxquels on rajoute parfois des hommes, des femmes, des enfants et toujours des règles.

Le tout dans un monde qui change à l’évidence et dont certaines prises de conscience s’accélèrent.

Ceci conduira-t-il enfin à arrondir les angles ?

Histoire de rapprocher le carré du rond ? 😉

 

Oui, oui, d’accord, gagner des ronds, c’est plus facile quand tout est carré. 🙂

N’importe quel promoteur débutant arrive à comprendre ça.

Mais faire rentrer des carrés dans des ronds, c’est nettement plus délicat.

Sauf à réduire la taille des (mètres) carrés, alors qu’à l’heure actuelle, il est plutôt demandé d’en rajouter (cf Pinel Plus) alors que les ronds sont en quantité limitée… 😉

Demandez aux portefeuilles des acquéreurs !

La quadrature du cercle des ronds !

Le hic, dans le logement en général et dans le logement neuf en particulier, c’est qu’on se préoccupe plus de l’objet logement et des règles qu’on lui impose, que de savoir à qui (et à quoi ?) on le destine et comment ces humains là (quoique… tout est fait pour favoriser les institutions plutôt que les gens depuis trop longtemps) vont pouvoir se l’approprier raisonnablement, y vivre décemment et l’associer étroitement à leur trajectoire personnelle (dont transmission familiale en bout de course).

Il est vrai qu’évacuer le fond du sujet permet de se concentrer uniquement sur la forme (les empilements de règles à la française), n’est ce pas ?
Mais alors, si c’est la forme qui compte, pourquoi est-ce qu’on n’arrive pas à faire rentrer ces (mètres) carrés dans le peu de ronds disponibles ? 😉

Parce qu’on tourne en rond au milieu de prés carrés.

Ce qui explique pourquoi on broute autant ? 🙂

La question du pourquoi avant celle du comment ?

Dans ce beau pays de France, l’inséparable duo politique-administration œuvre à travailler sur la perfection technico-juridico-administrative de règles définissant un horizon pourtant sans dessein.

On empile des règles, des corrections de règles, des adaptations de règles, le tout avec la parfaite bonne conscience de shadoks inconscients de l’enjeu global.

Ceci n’étant pas incongru, puisqu’aucun horizon, aucun idéal, aucun objectif global et cohérent n’est défini ou porté par une vision plus générale.
Ce qu’on pourrait appeler une politique du logement ? 😉

Bref, comme on n’est pas assez carrés, on va avoir un gros problème au niveau des ronds, et il va falloir réapprendre la frugalité (et pas uniquement la chasse au gaspi de saison devant la problématique révélée des approvisionnements en gaz au niveau international…).

Les facteurs de hausse des prix sont tellement nombreux (foncier, RE2020, hausse des critères Pinel Plus, inflation et pénurie des matériaux de construction post COVID, + crise ukrainienne) qu’il vaut mieux envisager de simplifier des règles que de les sophistiquer à outrance.

Un carcan administratif frugal… le rêve ? 😉

Le frugal, un régal ?

Mais bien sûr ! Et, pour s’en persuader, rien de mieux que de participer à une petite conversation…

Entre nos acolytes anonymes (enfin, presque 😉 ), bien sûr, j’ai nommé Gérard Menvussa et Dimitri Sellektif !

Gérard : oh, Dimitri, tu sais ce que j’ai appris ?

Dimitri : non, mon Gérard, quoi donc ?

G : il paraît qu’on va devoir réapprendre à compter !

D : ah, bon, ça tombe bien, je vais pouvoir utiliser la calculette de mon smartphone !

G : mais non, triple buse, il va falloir faire attention à ne pas gaspiller, s’appliquer à faire simple, frugal quoi !

D : ah… on va tous maigrir alors ? 🙂

G : si tu manges moins gras et moins sucré, peut-être, mais c’est d’une portée bien plus générale, un état d’esprit, tu vois ? Un changement de comportement, la compréhension que le monde dispose de ressources limitées et que tout coûte, en ronds d’une part, et à la nature d’autre part…

D : houla, mais qu’est ce qui t’arrive mon Gégé ? T’as avalé le prospectus électoral des écolos avant de venir ? T’es devenu intelligent ? 😉

G : c’est ça, fous toi de moi ; en attendant, depuis que j’utilise l’eau de la baignoire pour vider les WC, j’ai les toilettes qui sentent le shampooing au jasmin et je consomme moins d’eau !

D : ah oui, dans ce sens là, c’est pas mal, en effet ; sinon, c’est ta baignoire qui aurait senti la rose ! 🙂

G : t’es indécrottable, tu sais ? En attendant, je ne vais pas te laisser jouer le censeur !

D : la

G : quoi, « la » ???

D : l’ascenseur

G : la censeur ? Mais t’es pas une fille, Dimitri !

D : pourquoi ? Les filles n’ont plus le droit de prendre l’ascenseur ?

G : hein, mais si ! Mais je ne te parle pas de ça ! Je te parle du censeur de la censure.

D : mais moi, je me fiche de la censure, je te dis que l’ascenseur, je le sens sûr ! Frugal, mais très sûr !

CRO en ascenseur écolo
L’énergie animale, c’est tellement plus sûr !!!

G : ah, oui. Vu comme ça, c’est frugal, écolo et tout confort ; tu remplaces le diplo par une paire de bœufs ou par un pédalier avec un treuil et un enrouleur, et c’est parfait ! 🙂

D : euh, t’es conscient qu’il faut faire ça dans les normes, mon Gégé ?

G : mais j’y suis en plein dans l’énorme, Didi, en plein ! 🙂 Et les normes, c’est dépassé. Faut les réformer, les simplifier, les frugaliser !

D : y a quand même un minimum, tu ne crois pas, Gégé ?

G : si, bien sûr ; mais il y a déjà tellement longtemps qu’on l’a dépassé… Faut revenir à l’essentiel, mon Didi !

D : t’as raison, Gégé, faut vraiment rabibocher le carré et les ronds, dans l’hexagone… 🙂

*****

Quand tout est cher, compliqué, aléatoire et souvent arbitraire, que reste-t-il ?

L’imagination !

 

La vôtre. Laissez la vagabonder.
Jusqu’à la semaine prochaine ! 😉

Je m'abonne aux articles
(je recevrai un mail quand un article est publié (pas de spam)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.