Logement : une histoire d’espace ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

Allo, la terre ? Ici l’espace !

Ah, ça fait du bien de prendre de la hauteur.

Parce que vivre confiné, le nez au ras des pâquerettes, ça n’aide pas à avoir une vue d’ensemble.

On s’habitue trop vite à ce qui est proche, même si c’est très loin… de ce que cela devrait être. 🙂

L’esprit critique a du mal à prendre son envol quand les synapses sont molles.

Et dans le logement ? Il paraît que c’est une question d’espace.

Mais pas forcément celui auquel on pense, réflexion stratosphérique oblige ! 😉

 

Et dire que nous pensons être une espèce supérieure.

Alors que nous avons les deux pieds dans le même sabot.

Difficile de s’abstraire du quotidien et des fausses évidences de l’instant, pas vrai ?

Sauf à changer radicalement de perspective : géographique et historique ! 😉

Plat net ou mets sage crypté ?

Ok, ok, le sous-titre ressemble à un message codé ; mais ça vous fait du bien de réfléchir un peu.
Vous ne croyez quand même pas qu’une lecture déviante ne mérite pas quelque effort de votre part, si ? 🙂

Commençons à dériver ; imaginez un peu une bande d’extra-terrestres en voyage d’étude.

Sujet : la planète Terre.
Sous-sujet : le logement neuf.
Sous-sous-sujet : le logement neuf en France.

Oh, le truc flippant ! Les pauvres ! De quoi les dérouter, à coup sûr, même si une route, dans l’espace, c’est aussi peu probable que du lait dans une soucoupe ? 🙂

– Raconte, qu’est ce que tu vois et entends avec ta télésonde ?

– Zut, c’est une conversation cryptée, ils ont du nous repérer !

« PLH, PDU, PLU, PLS, PSLA, PINEL, PTZ, PLUiH, PLAI, PLUS, PC, PCM, PCVD, DAACT, H2, C.E.S., BRS, OFS, TAM, PFAC, RAP, VRD, GFA, LLS, ANRU, VEFA, RT2012, RE2020, SH, SU, SP, ALUR, SRU, TA, DPE, DO, TRC, CNR, RC, PDL, PCE, AEP, EP, EU-EV, ZAN, ASL, PUV, APL, USH, FPI, DREAL, QPV, HLM, SCCV, DIA  » .

– J’y comprends rien du tout, Disleksik, je croyais qu’on avait mis au point un traducteur automatique universel !

– Ca doit être une civilisation super évoluée…

– Sûrement, c’est pour ça qu’on n’y comprend rien ; ils brouillent les pistes.

– Alors là, ils sont très forts. Parce que moi, je les croyais vraiment couillons.

– Hein, mais pourquoi tu dis ça ? Un peu de respect, quand même !

– Parce qu’ils inventent des trucs super compliqués, pas logiques du tout et qui ne marchent pas pour l’habitat.

– Ah oui, mais ça, c’est probablement ce qu’ils veulent te faire croire, c’est comme la poésie, tu ne comprends pas tout mais ç’est super beau quand même.

– Ah oui, tiens, des poètes, je n’y avais pas pensé.

– Tu vois, ils sont plus forts que toi !

– Alors, ils sont vraiment très forts, parce qu’aller inventer un secteur de logement d’exception qui autorise près des 3/4 de la population à faire une demande, je ne vois pas bien la logique d’exception.
Surtout quand tu confies ce secteur à des spécialistes, avec des financements spécialisés, avec tout un système de contraintes, de plafonds, de contrôles, d’avant-contrôles, de programmations, d’affectations, de listes d’attente.
C’est comme essayer de réguler l’espace avec un aspirateur. Tu finis par manquer d’air.
Ou de sillonner les mers avec un pédalo.

– Oui, mais ça, ils savent faire aussi !

– Hein ???

– Trop forts, je vous dis !

– Oui mais c’est quand même bizarre ; avec leur système mal foutu, ils n’arrivent pas à endiguer la hausse des prix. Tout est inflationniste : les réglementations successives qui s’empilent, le toujours plus qualitatif normé et labellisé sans argent en face, les industriels et distributeurs qui s’entendent pour faire avaler des hausses de prix incompréhensibles, les pouvoirs locaux qui brident les capacités constructives, le privé qui se met des claques pour faire flamber le prix des terrains, tout est faux !

– Le pire, c’est qu’au lieu de lutter contre cette hausse du prix de revient, ils s’en accommodent tous et préfèrent gérer l’ingérable, les conséquences, en inventant des machines à gaz nées de l’imagination de leurs élites proclamées.

– Machines à gaz ? Oui, le cassoulet ! J’ai lu ça sur un prospectus de l’office du tourisme. 🙂

– Mais non, espèce d’alien, pas le cassoulet ! Ils imaginent des parcs résidentiels sous gouvernance publique pour y jeter sans fin les candidats au rêve de l’accession limitée, comme des poissons rouges dans un aquarium (un genre d’amour fou dans une réalité virtuelle, quoi 🙂 ). Et ils séparent le bâti du foncier, dont ils gardent la propriété pour conserver la gestion du parc, de l’aquarium, quoi ! Ils appellent ça des OFS et des BRS.

– Merde, OFS-BRS, c’est encore crypté, c’est pour ça que c’est si dur à comprendre ; je préfère les poissons rouges, c’est joli les poissons rouges… 🙂

– Tu n’es qu’un esprit rationnel et limité, Grobbetha !

– Oui, c’est sûrement qu’ils ont une préférence pour les poissons d’eau douce ; ça doit être une autre forme de poésie…

– Pfffff… Bon, récapitulons : des gens qui ne soignent pas la cause mais organisent la complexité des conséquences, qui préfèrent l’eau douce à la mer, qui gèrent de fausses exceptions au détriment du plus grand nombre, qui…

– Mais t’aurais fait quoi, toi, gros malin d’Hutoppiks ?

– Ben, a priori, j’aurais essayé de fixer un niveau de revenus minimal plus élevé, suffisant pour que la plus grosse partie de la population puisse se loger dans un habitat de droit commun ; et j’aurais créé un secteur de logement d’exception pour 15 à 25 % de la population, pas plus. Sinon, ça veut dire que c’est le logement qui vient compenser l’insuffisance des revenus. Avec des subventions et des allocations. Et un maximum de complexité. Ce qui n’est fondamentalement pas son rôle et lui fait porter bien plus de responsabilités.

– Je suis d’accord avec Hutoppiks ! Tu n’as absolument rien compris, Pandémix ; mais c’est parce que tu es rationnel et que tu fais fi de l’histoire et des prés carrés de chacun des acteurs ! Remets tout en perspective !
Vois tu, les terriens de France aiment manifestement quand c’est compliqué : ils adorent quand la situation est apparemment désespérée ; ils raffolent de règles débiles auxquelles ils finissent par s’habituer et que tout le monde trouve normales à la longue. Ce sont des marathoniens de la résilience, des triathlètes de la crétinerie conformiste et institutionnalisée. Et tu sais pourquoi ?

– Non ?

– Parce que c’est repoussant ! Imagine le porc-épic avec ses pics et ses puces. Personne ne veut s’y frotter. Le meilleur moyen d’auto-défense !

– Pouf pouf, alors là, vraiment hyper costaud, ce peuple… Non mais, les gars, s’ils sont comme ça, alors là, vaut mieux qu’on aille squatter sur Mars. Parce qu’ici, à mon avis, ils ont le gyroscope déréglé par rapport à nos critères. Sûrement un gaz rare qui leur fait perdre le sens commun. Et si on chope la même gyroscopite, on n’est pas près de rentrer à la maison !

Hiti, arrête de téléphoner, on rentre !

– Oui, mais Hiti téléphone maison… 😉

– OK, alors demande leur de nous préparer une décoction de rinçage de neurones, faudrait pas qu’on ramène une cochonnerie de couillonnavirus ou un variant encore plus exotique…

Les extraterrestres du logement
Observer, c’est comprendre ! En général…

De la sphère Logement à la StraCROsphère

Il y a des moments de grâce ( 😉 ) comme ça, quand on accepte de prendre du recul par rapport aux systèmes, aux institutions, aux méthodes, aux acteurs, aux réflexes conditionnés, aux champs de compétences des uns et des autres.

Des moments où l’on se dit que tout le monde marche sur la tête.

Et pourtant, chacun des acteurs de l’écosystème, respectable individuellement, s’accroche à son camp comme un morpion à une anatomie sensible, dans les circonvolutions (ou convulsions de fin de cycle ?) d’un carrousel invraisemblable où chacun pense avoir raison, entre gardiens du temple, chevaliers blancs, défenseurs des libertés, et autres bergers des âmes égarées en sous-sol. 🙂

Parce que garées à l’air libre, ce serait merveilleux ( 🙂 ), mais la sphère logement en France est d’abord un monstre de contraintes et de complexité.

Qu’on ne rencontre manifestement pas sous toutes les latitudes spatiales ! 😉

Enfin… il y a loin de la soucoupe aux lèvres.
Mais la dégustation n’en sera que meilleure !
Le jour venu… 🙂

 

Et pour l’instant, on laisse place à la semaine qui vient.
Qu’on vous souhaite CRO bonne ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *