DO DO, l’enfant D.O….

Actualités de l'immobilier, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

DO RE MI FA SOL LA SI DO, c’est bien connu.

DO DO, l’enfant DO, aussi. Et pour les adultes ?

DO tout court, ou D.O. plutôt, vous connaissez, pas vrai ?

Parce qu’en avoir plein le DO, c’est courant quand la D.O. déborde.

La goutte DO qui fait déborder la vase, quoi.

Manière de rester terre à terre, tout en étant sur un ras (le bol de la) DO ?

Ah, les joies de cette fabuleuse assurance Dommage Ouvrage, dont il est souvent dommage qu’elle nous pousse tant à l’ouvrage !

Encore heureux qu’elle nous fasse aussi sourire de temps à autre. 🙂

De désespoir ? 😉

 

C’est une visite récente dans un appartement livré depuis 3 à 4 ans qui m’a redonné un motif d’inspiration.

Une raison d’inspirer, dans un monde de brutes, afin de ne pas manquer d’oxygène.

Car certains ne manquent vraiment pas d’air, même s’ils ne s’en rendent pas tout à fait compte… 🙂

Quand l’ex père est ta mère ?

(zut de CRO : mais non, ce n’est pas une histoire de famille louche ! Bug de clavier 😉 ; le vrai sous-titre est « quand l’expert est amer » )

Les expertises déclenchées par des déclarations dommage ouvrage, tous les professionnels participant à l’acte de construire connaissent.

Il y a de vrais sujets, comme des carrelages qui fissurent suite à des défauts de chape, ou des infiltrations d’eau de pluie par les liaisons balcon-séjour, mais aussi des choses plus légères en y rajoutant des histoires de joints placo qui lâchent (et les gens croient que l’immeuble va s’effondrer) ou de micro-fissures non infiltrantes et non évolutives dans l’enduit en façade, ou de réseaux bouchés dans lesquels on trouve après un curage coûteux des chapelets d’ONNI (Objets Noyés Non Identifiés).

D’où le dicton de Sire Constance « ONNI soit qui mal y dépense ».
(CRO honte, mais ça fait du bien de craquer, et il y a tellement pire plus loin… non, ne fuyez pas encore ! 😉 )

Et bien sûr, en marge de tout ça, il y a aussi une part d’impondérable avec des déclarants (plus sinistres que ceux qu’ils déclarent pourtant à l’assureur 🙂 ) vivant dans un monde parallèle. Mais pas celui des Bisounours…

Faisons semblant d’imaginer (les exemples sont hélas réels…) une visite de ce type :

Un expert, accompagné de l’architecte, du bureau de contrôle, des entreprises mises en cause et du promoteur.
Et l’acquéreur mécontent, appelons le « M. Chuipacontant » , qui accueille tout ce petit monde ! 🙂

L’expert  (oups, mais c’est quoi, tous ces chats, il y en a au moins une quinzaine !) :
Bonjour, M. Chuipacontant, je suis M. Voitout, l’expert mandaté par la compagnie d’assurance.

M. Chuipacontant : j’m’en fiche.

L’expert : ça fait plaisir d’être bien accueilli… Vous avez donc déclaré un sinistre dans le cadre de la garantie Dommage Ouvrage, la fameuse D.O..

M. Chuipacontant : ch’suis pas content, c’est sûr.

L’expert : oui, oui, on l’a bien compris… Et à part ça, vous vous plaignez que vos bouches VMC font du bruit ?

M. Ch… : oui, et pourtant j’ai bouché toutes les entrées d’air pour limiter le bruit et les courants d’air !

L’expert : ouh, mais c’est très vilain, ça, M. Chuipacontant. Ch’suis pas content non plus là, vous voyez ! Vous allez nous créer des sinistres : qualité de l’air, hygrométrie, moisissures, plus fatiguer le moteur du groupe VMC, plus créer des entrées d’air parasites par les points faibles des menuiseries…

M. Ch… : vous avez bientôt fini vos reproches ?

L’expert : et vous savez qu’avec cet interrupteur là, vous pouvez gérer le débit d’air ? Si vous diminuez le débit, la vitesse de l’air diminue et le bruit dont vous vous plaignez aussi.

M. Ch… : ch’savais pas.

L’expert : et vous nous avez aussi signalé avoir des problèmes avec votre cumulus.

M. Ch… : non, j’ai pas de soucis avec mon cumulo-nimbus, juste des problèmes avec mon ballon d’eau chaude.

L’expert : ça tombe bien ; ce n’est ni un ballon d’eau chaude, ni même un cumulus ! Pas du tout la même étiquette énergétique ! C’est un CETD, un chauffe-eau thermo-dynamique, quoi. Le mariage d’une pompe à chaleur et d’un réservoir.

M. Ch… : ouais, bon, on s’en fout de l’étiquette du cunnilingus. Vous allez pas m’embêter avec la langue quand même ! Il fait aussi trop de bruit, il met des plombes à chauffer et mes factures d’électricité sont au max.

L’expert : (en se pinçant la cuisse pour rester sérieux et en extrayant avec 2 doigts et en 2 secondes le filtre du CETD, noir de crasse) Hé bien, votre filtre ressemble à une pizza « carbonisara » … Si vous aviez changé le filtre au bout de 6 mois, maximum un an, il ne serait pas carbonisé et vous auriez une machine plus silencieuse, une eau plus vite chaude et des factures moins élevées. Parce que là, comme la pompe à chaleur ne peut plus fonctionner correctement, c’est la résistance électrique qui prend le relais, M. Chuipacontant.

M. Ch… : ch’savais pas.

L’expert : vous avez aussi déclaré une porte d’entrée de mauvaise qualité avec le bas de porte déformé et la peinture qui s’écaille ? C’est bien ici ?

caverneM. Ch… : oui, j’en ai qu’une de porte d’entrée.

L’expert : mais vous savez, tout le plastique avec lequel vous avez enturbanné le bas de la porte, ce n’est pas trop bon. Et cette odeur d’ammoniaque…

M. Ch… : je vous avais dit qu’il y avait un problème.

L’expert : oui, mais il n’y a aucune présence d’eau ou d’autre liquide à proximité et le problème… c’est probablement le pipi de votre horde de chats. Bon, autre sujet, et pour votre souci de plomberie ?

M. Ch… : ah, non, c’est pas moi qui ai un problème, c’est mon voisin du dessous.

L’expert : bien. On va aller voir votre voisin du dessous, alors. Il s’appelle comment ?

M. Ch… : M. Senffrapper

L’expert : et son prénom ?

M. Ch… : André

L’expert (en descendant d’un étage) : ah, enfin un bon présage ! André Senffrapper, on ne devrait pas trouver porte close !

(toc toc)

M. Senffrapper : oui, c’est qui ?

L’expert : c’est l’expert, pour la fuite en plafond.

M. Senfrapper : entrez, entrez. C’est par ici.

L’expert : ah, quand même ! Splendide spécimen de moisissure et de chute de peinture en plafond avec des écoulements consécutifs sur le mur… Mais ça vient de chez vous, tout ça, M. Chuipacontant !

M. Senffrapper : ch’suis pas content non plus !

L’expert : M. Chuipacontant, ça vient bien de chez vous, c’est votre douche au-dessus, non ?

M. Ch : ben, oui, les appartements sont identiques.

L’expert : hé bien, on va remonter !

…….. 😉

L’amoral de l’histoire ?

Il y a des cas comme ça, qui relèvent plus de la psychiatrie humaine que de la pathologie du bâtiment.
Mais on ne dit jamais rien de désagréable au client, par respect et par principe.

Des fois qu’il ait raison 🙂 .

L’expert n’en pense pas moins quand il entend que l’acquéreur se plaint de poches plastiques portées par le vent, de pigeons qui viennent squatter la toiture, d’eau de pluie qui rentre quand il pleut et qu’on ouvre la porte-fenêtre (…hélas véridique et récent) et de mur tordu (alors que le mur est droit et que le plafond de ce dernier niveau d’immeuble est volontairement rampant à l’approche du mur de façade).

Et le coût de ces expertises inutiles vient grever les dépenses liées aux sinistres, ce qui pèse donc en cascade sur le niveau des primes d’assurance pour les nouveaux projets.

Bah, c’est aussi ça, le sel de la vie.
Pas du sel fin, d’accord, mais pas besoin de finasser en permanence ! 🙂

N’empêche… N’empêche qu’il arrive des fois où – devant tant d’incompréhension – on se sent vraiment seul. Sniff. 🙁
Isolé comme un CROboy solitaire du Far West. Re-sniff.

« I’m a poor lonesome CROboy, I’m a long long way from home » …

Lucky Luke en version CRO
Et le premier qui me traite de GROS-boy, je l’fume à coups de masse !

Enfin, maigre ou CRO, on est  trop Lucky d’être un CRO d’Europe ; on ne rencontre pas tous les jours des DALTON en expertise !

Quoique. Au détour d’un blog mal famé, on ne sait jamais trop à quoi s’attendre… 😉

 

Mais rien de grave, vous avez toute la semaine pour vous remettre !
Sinon ? Allez voir un expert ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *