Prendre de la hauteur pour atteindre ses objectifs ?

Actualités de l'immobilier Laisser un commentaire

Fait d’automne, mais d’abord fait divers.

Il arrive parfois, dans une vie de promoteur, que l’imprévu mette le nez à la fenêtre.

Oh, pas l’imprévu banal qu’on rencontre tous les jours, non.

L’imprévu réel, celui qui vous oblige à prendre de la hauteur et vous tombe dessus sans crier gare.

L’ennemi du train train, quoi ! 🙂

Mais quand c’est un imprévu avec un inconnu (et pas un nain prévu avec un nain connu, hein ! Ca, c’est trop passe-partout…) on est pris de court.

Et parfois, on est même pris de haut ! 😉

 

Quoique… être pris de haut rappelle opportunément que prendre de la hauteur présente quelques avantages.

On discerne mieux l’environnement, on identifie mieux les enjeux et on attire tout de suite l’attention des autres.

Si, si ! Promis ! 🙂

Faire le pied de grue ou grimper en flèche ?

Voilà donc que l’immobilier neuf sort de sa zone de confort.

Pas pour aller en zone ANRU, non, non.

Mais pour promouvoir la zone en grue.

ANRU, en grue, même combat : quand la règle est border line, on a forcément droit à un traitement spécifique !

Et c’est ce qui s’est passé sur un chantier de construction de logements CRO banal, un chantier de CRO tout court d’ailleurs.

En banlieue toulousaine, voilà-t-y pas que – pour le bien de son fils – un papa snobe le pied de grue pour lui préférer la flèche ?

Avec les honneurs des médias locaux !  🙂 Qui eux faisaient le pied de grue (chacun son rôle…).

Et le voilà installé en haut de l’engin de levage pour faire passer son message.

Comme quoi, quand on a une cause légitime à défendre, tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins.

A condition d’être un homme affable. Ou à fable ? 😉

La grue et le héron ?

Dans un ciel éthéré une grue est terrée.

Au sommet un monsieur de monter est sommé.

Parvenir à ses fins en grue, comme c’est fin,

En grue comme un héron sans dépenser des ronds.

Un héros sans ronds devenu « local héron » ?

Et quid du pauvre promoteur sans droits d’hauteur ?

Contraint à prendre le dessus sans ses deux sous…

Deux sous de table ? Rangés dans son cartable !

C’est qu’il faut faire attention quand il y a du monde, braves gens… 🙂

Ah ah, la bonne blague !

Alors CRO, encore une galéjade, une invention de fin de journée, un fait divers virtuel ? Comme d’hab ?

Ben non. Désolé. C’est vraiment arrivé. Sur un chantier de CRO.

CRO ? Non. On n’en a jamais assez ! 😉

Pfff, pour une fois qu’une grue sert à autre chose qu’à soulever des problèmes ou du béton…

Cela étant, faudrait éviter d’y recourir trop souvent, hein les amis, sinon les chantiers vont ressembler à une foire (déjà que…) ; on va être obligés de mettre au point des conventions de location de grue et gérer des files d’attente. 🙂

Autant aller dans un parc d’attractions, certaines sont aussi hautes, il y du monde en permanence et ils ont l’habitude de gérer l’évènementiel.
Ou l’évènement ciel ? 🙂

CRO in the sky with diamonds… 😉

Au secours ! Quelqu’un pour me faire descendre ????

Bien sûr, on ne pourra plus empêcher quelconque mauvaise langue de dire que CRO est vraiment perché. Haut nid soit qui mal y pense. 🙂

Mais sur ce coup là, il n’y était pour rien ! Il a simplement trouvé son maître…

La communication, c’est tout un art.
Mais quand on a renoncé à deux sous et qu’on n’est ni ministre ni désespéré, comment faire ? 😉

 

De son mieux. Comme vous et moi ?
Bonne semaine à qui mieux mieux ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *