Nouvel an 2021 : on souhaite ou on vœu ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

Le français est une langue complexe.

Prenez le cas du 1er de l’an : on ne sait pas s’il faut dire je veux ou je vœu !

Parce que, former des vœux qui ne s’exaucent jamais… autant dire directement ce qu’on veut plutôt que le souhaiter.

Donc, pour ce nouvel an 2021, on veut :

  • un virus qui se calme
  • un avenir collectif plus serein qui se dessine
  • un écosystème logement moins chaotique

Ah… ça fait du bien de savoir ce qu’on vœu ! 🙂

 

Ces débuts d’année, c’est toujours délicat.

Difficile de faire abstraction du millésime écoulé pour imaginer le déroulé d’un cycle nouveau.

Un cycle nouveau souhaitable et souhaité, car les mois échus (déchus ?) ont plus que de coutume souligné l’impérieuse urgence d’un vrai (re)démarrage de la vie et de ses fondamentaux.

Démarrer du bon pied ?

Alors, ça, ce n’est vraiment pas un problème sur ce blog, parce qu’entre les orteils qu’on idolâtre et les pieds qu’on collectionne… trouver le bon pied (celui qui a du goût? 😉 ) est un jeu d’enfant.

Quand on sait ce qu’on veut, autant mordre dans le sujet à pleines dents, n’est-ce pas ? 😉

Pour les plus précautionneux, ou les plus sensibles, il existe heureusement une version édulcorée de l’histoire…

Bref, l’essentiel est quand même de savoir ce qu’on veut pour bien entrer – avec du mordant – dans l’année !

Avancer à pas de vœux lourds ?

Oui, oui, il reste encore à déterminer si on veut se la jouer « mode furtif » ou « mode relou » , discret ou volontariste quoi !

Vous connaissez probablement déjà la préférence de CRO, toute en nuances et subtilité 😉 , fruit d’une évolution de sa lignée digne des meilleures théories darwiniennes…
(hé, ho, bien sûr qu’on se soigne, si on ne comptait que sur les vœux des autres… 😉 )

Donc oui, autant remplacer le velours par le vœu lourd, bien concret, bien affirmé, étayé, argumenté, ancré dans la réalité.

Laissons en 2021 la sémantique aux communicants datés, aux spécialistes des incantations sans lendemains (qui déchantent), aux illusionnistes de la solution facile et non pertinente.

La chasse aux bonimenteurs professionnels est ouverte ! 🙂

Mais là, va falloir faire appel à un spécialiste. Un spécialiste du lourd…
(mais pas des vœux)

Heureusement, on a ça en magasin… vous savez bien que dans les tribus multimillénaristes de l’univers CRO, on trouve toujours – ô bienheureux hasard 🙂 – un digne représentant de l’illustration opportune ! 😉

A l’aide, RambCRO !!!

RambCRO, alias RAMBO préhisto
Et j’ouvre le feu sur le premier qui dit qu’il vœu pas !!!

Raaaâaââaaâhhhhh…. ça fait tellement de bien de se sentir soutenu par tout un peuple ! 🙂
Une masse ardente, quoi ! 😉

L’humeur de la nouvelle année

Transformer l’ambiance pesante en bonne humeur, ça se proclame ou ça se programme ?

Dans le temps, ça se travaille, en mettant en haut de l’affiche des valeurs d’empathie, de bienveillance, de sens du destin collectif et conjointement de respect des aspirations individuelles à un avenir plus dégagé (non, pas se faire dégager de l’avenir, juste le contraire !!!) ; le tout combiné à une lucidité sans concession pour traquer la bêtise sous toutes ses formes.

Ah… mais on confine à l’utopie, là ! 🙂

Oui, oui, mais qu’est ce qu’une utopie, à part un vœu qui s’ignore ?
(hola CRO, attention à la migraine !)

Vouloir transformer l’utopie en début de réalité, c’est donc d’époque. Epique.
Et Pâques ? Non, pas encore, Pâques peut attendre… 😉

Et le logement dans tout ça ?
Super simple le logement ! Puisque tout est à revoir et réinventer !
Ce qui nous donnera certainement plus d’une fois motif à discussion, avec – tout de même et hélas – l’intime conviction que ce n’est pas encore cette année que le Big Bang systémique aura lieu.

Car il nécessite le respect de la nouvelle règle des 3 C :

Compétence – Convictions – Courage.

Et on n’y est pas encore !

Mais comme disait un illustre ancêtre : « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ! » .

 

Alors… une bonne année active à tous !
Et espérez quand même… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *