Faire des logements depuis le logement ?

Actualités de l'immobilier, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Mais comment ne pas y avoir pensé plus tôt ?

Mais c’est bien sûr ! L’évidence même !

Le logement depuis le logement, c’est le circuit de production court idéal.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.

C’est comme les idées, tiens, tu prends une bonne idée, tu la transformes, ça devient potentiellement un concept naze dans un certain contexte. 🙂

Mais ça reste une idée ! Comme celle du télétravail.

A explorer pour en vérifier l’opportunité dans une vraie vie de promoteur ? 😉

 

Exemple, prenez un promoteur immobilier, mais un vrai, hein, pas un promoteur de salon ; celui-là, il est interdit de séjour. 😉

Le vrai promoteur, celui qui bosse en relation avec le réel tous les jours, le télétravail, ça l’interpelle (mécanique).

Parce qu’il va falloir calculer à qui ça peut s’appliquer en pratique ! 🙂

Les limites du télétravail

Dans la production et la vente de logements neufs, il y a quand même quelques spécificités.

Alors, il vaut mieux ne pas se tromper sur le choix des fonctions que l’on veut orienter vers le télétravail…

Demandez un peu à Max et Maxie ! Pour en rire, bien sûr ! 🙂

Max : tu sais, c’est pas évident, cette histoire de télétravail. Le plus grand nombre à distance et au moins 4 jours par semaine, la prise de tête !

Maxie : mais simplifie, mon poulet, fais le par fonction : qui fait quoi, quand, comment, avec quels résultats, c’est ça qu’il te faut envisager.

Max : ben, j’essaye, on n’est pas très nombreux, tu vois, alors j’ai pas intérêt à me louper. Regarde Lafouine.

Maxie : Lafouine, ton prospecteur foncier ?

Max : oui, celui-là même. Il avait l’habitude de tirer des sonnettes, d’aller voir les gens, de sentir les lieux, de humer le contexte, de boire un coup avec les vendeurs, de se colleter au réel, quoi !

Maxie : et alors ?

Max : ben là, il déprime, plus la moindre petite goutte, il carbure à l’eau minérale, il déambule sur Google Streets, il bouffe de la carte virtuelle, il a installé Skype, Zoom et Teams et il parle tout seul à son ordinateur. Un zombie total !

Maxie : c’est pas bien grave, ça, c’est passager, il s’en remettra, le principal, c’est qu’il soit efficace.

Max : alors là… Ca fait des mois qu’il n’a pas rentré un seul foncier. Il a du mal avec les hologrammes de terrains à bâtir. Il n’arrive pas non plus à conclure à distance, aucune certitude, aucune force de conviction. C’est un homme de terrain, pas un homme d’image. Lafouine est bloqué dans son terrier.

Maxie : bah, tu peux au moins mettre ton directeur technique en distanciel, non ?

Max : Bouchtrou ? Mais j’ai essayé ! Pas vraiment concluant.

Maxie : c’est à dire ?

Max : il a demandé des photos et des vidéos pour suivre l’avancement des travaux du chantier L’Apocalypse.

Maxie : mais c’est bien ça, c’est intelligent, non ?

Max : en théorie, oui, en pratique, c’est moins évident. Les gars se sont trompés sur la numérotation des appartements.

Maxie : pas grave, il suffira de faire changer les plaques.

Max : pfffff… le carreleur s’est basé sur les numéros de portes pour les choix de carrelages. Tout est décalé. Et Mme Pervenche a du rose dans son séjour, M. Lenoir du blanc dans son salon, Mme Safran a une teinte moins épicée que prévu. Et moi je suis vert…

Maxie : c’est un détail, Maxou, au moins commercialement, ça ne pose pas de problème, si ?

Max : on s’essaye à la vente virtuelle, avec signature à distance. On a donné une formation spécifique à Mme Déstoc.

Maxie : hé bien, voilà une bonne nouvelle !

Max : mouais, les ventes n’ont jamais été aussi virtuelles et on n’a jamais été aussi loin des signatures. Sans doute un effet secondaire de la vente à distance…

Maxie : ah… et pourquoi ?

Max : à cause des enfants réels.

Maxie : mais comment ? Les enfants de qui, de l’acheteur ? Je ne comprends pas !

Max : non, les enfants de notre conseillère ; ça court, ça crie, ça bouge, ça réclame. Impossible de faire passer un message serein au prospect. Et maintenant, elle est en arrêt de travail pour dépression.

Maxie : et le personnel d’entretien ?

Max : ils nettoient chez eux.

Maxie : et ton responsable informatique ?

Max : il a chopé le virus.

Maxie : et ta personne à l’accueil ?

Max : elle me téléphone pour me parler des appels manqués…

Maxie : ah oui, c’est quand même un peu compliqué. Il va te falloir y mettre un peu plus de bonne volonté ! 😉

 

C’est comme ça, la vie véritable, on dira ce qu’on voudra, mais le réel c’est quand même mieux en vrai, non ? 🙂

Et on ne s’étonnera plus de contempler la chute rapide et continue de la production de logements neufs.

Avec un autre regard. Distancié. 😉

Les joies (et dangers ?) du boulot à domicile

Heureusement, il y a des compensations.

Tout n’est pas si sombre dans le télétravail.
Et ce confinement de fait au domicile, quand deux conjoints y travaillent, est source de maints rapprochements. 🙂

C’est vrai, quoi, on évoque parfois une hausse de la maltraitance conjugale.

Certes.

Mais il existe aussi certains comportements empreints de complicité et de tendresse !

CROminatrix, une CRO dominatrice
En mode Sado-MasCRo, on donne un petit coup de fouet au quotidien du télétravail !

Car – si on veut avoir une chance de réussite – tout est affaire de bonne entente dans le travail à domicile ! 😉

Et c’est quand même rassurant de constater que certaines consignes officielles peuvent trouver à s’appliquer sans (trop de) dégâts ! 🙂

Bon, espérons que cet article vous aura un peu fouetté les sangs.

C’est le printemps maintenant, le retour de la sève ! 🙂

 

Alors, bonne semaine à tous !
Avec une belle énergie… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *