Tact, contact ou impact pour le pacte ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

Ca y est, on pactise ! Mais pas avec l’ennemi, hé, ho, vous nous prenez pour qui ? 🙂

On pactise entre amis, entre bien sûr !

Mais est-ce qu’un pacte est synonyme de pactole ?

Pour un carrossier, oui, le pack tôle, c’est bien le pactole.

Mais pour le secteur de la construction, les tôles froissées, ça cabosse sévèrement l’activité. Et on a largement dépassé ce stade.

Voilà donc le remède annoncé à tous les maux (ou à tous les mots ? 😉 ) : le Pacte National pour la Relance de la Construction Durable.

Sympathique et fort bienvenue initiative, mais faut-il y croire ? 🙂

 

Non mais, beurk ! Le PNRCD ??? C’est quoi, cet acronyme repoussant ?

Alors qu’on aurait pu attraper le pompon du logement ! Au vol !

Genre : Pacte d’Optimisation Magistrale des Procédures Oecuméniques Nationales du logement. Le POMPON, quoi ! 🙂

Parce que, tant qu’à tourner en rond sur ce grand manège, autant décrocher le pompon, hein ?

Et se manger une pomme d’amour avec de la barbe à papa ? 😉

Un pacte au dessus dessous de tout soupçon ?

Bon, on va essayer de faire court sur l’opinion CRO personnelle suscitée par ce Pacte National pour la Relance de la Construction Durable.
(construction du râble ? Alors qu’on en a déjà plein le dos ??? 😉 )

Hé bien, comment dire, sa principale qualité, c’est qu’il existe. 🙂

Et qu’il marque ainsi une inflexion dans la posture publique (et donc officielle) du gouvernement à l’égard du monde du logement neuf et de la construction.

Citation de la ministre du logement :

« Ce pacte est un acte politique fort qui traduit la mobilisation de tous les acteurs en faveur d’une activité intense de construction de logements dans notre pays, pour répondre aux besoins des Français, relancer l’économie et contribuer au développement des territoires. Ce pacte est ouvert et j’invite tous les acteurs concernés à le signer avec nous» .
Emmanuelle Wargon

On est super contents de la bonne nouvelle et du changement (climatique) d’ambiance. Si, si, juré ! 🙂

Parce que pour le contenu objectif du pacte, au-delà du signal et de l’impulsion psychologique… Bernique.

Disons que le match va continuer à se jouer sur le terrain, localement.
Mais au moins les supporters sont maintenant en tribune.

Ca motive ! 😉

Des axes sans cap et des mesures (très) mesurées

On savait bien qu’on était entourés de désaxés ! 🙂

Parce que si le ministère du logement se croit obligé de donner des axes, c’est bien parce que tout le monde avait perdu le Nord ! (et lui le premier).

Ce pacte (à télécharger ici pour les amoureux du détail) comporte donc 3 axes :

    • Axe 1 : simplifier et accélérer les procédures d’urbanisme
    • Axe 2 : accompagner l’émergence de projets de construction durables, en promouvant la sobriété foncière, la qualité des logements et du cadre de vie
    • Axe 3 : déclinaison locale du pacte national

Ces 3 axes comprennent une dizaine de « mesures » qui ne dépassent jamais la demi-mesure, se contentant humblement d’essayer d’imprimer un tempo.

La liste de ces vœux pieux, et leur contenu, à la limite de l’incantation, prête à sourire (même avec un masque COVID).

Il faut dire que le tact des gouvernants à l’égard des instances locales, qu’on ne veut pas froisser mais embarquer dans un mouvement en faveur de la construction, est un modèle du genre.

Pas d’ultimatum, ni de contrainte. Pour l’ultime atome, on laisse ça à ceux qui transpirent sur le terrain… 🙂

Allez, on fait le tour des mesurettes vite fait ?

Axe 1 Mesure 1 : mener à son terme et accompagner la dématérialisation des procédures
=> gentil rappel de ce qui est déjà prévu et on suggère aux seules collectivités volontaires d’anticiper de quelques mois le calendrier…
Waoouh, trop violent ! 😉

Axe 1 Mesure 2 : mettre en place des bonnes pratiques d’instruction des autorisations d’urbanisme
=> pommade rhétorique tendant à légitimer, avec la participation volontaire des maîtres d’ouvrage, les commissions illégales d’avant-projet pour inciter les mairies à dire oui aux projets.
Conclusion : rien ne change, avant on était contraint dans l’illégalité, maintenant on va se faire tordre le bras dans une collégialité concertée déconcertante. Les PLU et le droit républicain vous disent merci… 🙂

Axe 2 Mesure 3 : mobiliser les Etablissements publics fonciers et les Etablissements publics d’aménagement
=> pourquoi, ils faisaient la sieste avant ? 😉

Axe 2 Mesure 4 : mobiliser le foncier public
=> ressemble furieusement à la mesure 3, et sempiternelle tarte à la crème depuis plus de 10 ans, de portée très limitée en volume de toute façon.
Circulez…

Axe 2 Mesure 5 : optimiser les capacités des PLU(i)
=> mince, c’est un comique qui a rédigé le pacte !
Vouloir promouvoir dans les PLU(i) les dispositions (souvent inopérantes) permettant de déroger aux règles pour construire plus alors que les élus ne cherchent généralement que les prétextes pour ne pas faire ou faire moins, c’est soit du cynisme, soit de l’incompétence, soit du comique de répétition ! 🙂
(on l’a déjà tellement entendu…)

Axe 2 Mesure 6 : privilégier les projets sur des fonciers déjà artificialisés et limiter l’empreinte des projets en matière de consommation d’espaces
=> magnifique ! Encore une porte ouverte enfoncée ! Pour quel impact pratique ? Tout le monde est d’accord, encore faudrait-il que les permis soient signés, dans la vraie vie… 🙁

Axe 2 Mesure 7 : promouvoir des programmations mixtes, en adéquation avec les besoins des territoires
=> tiens, encore une porte ouverte qu’on veut martyriser ?
Mais c’est déjà pratiqué, tout ça ma bonne dame.
A quoi sert la théorie de la politique du logement et des programmes locaux de l’habitat, plus la programmation annuelle du logement social ? Ah, mais vous le savez déjà, Mme la Ministre ?
C’est une mesure rédigée pour faire plaisir aux maires ? Ah, mais fallait le dire ! 😉

Axe 2 Mesure 8 : promouvoir des logements et des constructions de qualité
=> merci à tous ceux qui font de la caca au quotidien sous l’impulsion des réglementations et normes techniques françaises en perpétuelle évolution (parfois contre-cyclique, mais on en parlera bientôt !)

Axe 2 Mesure 9 : associer efficacement les citoyens aux projets
=> en fait, il faudrait surtout faire gentiment comprendre à la population en place que d’autres veulent aussi se loger et qu’il faut donc que le tissu urbain évolue. Ceci passant d’abord par un courage politique national et local…
L’exemple est un ordre secret ! 🙂

Axe 3 : pas de numéro de mesure.
=> où il est question de décliner le pacte au niveau local par l’élaboration d’accords locaux de coordination, … 1- à l’initiative des collectivités souhaitant s’engager dans la démarche et 2- sous l’impulsion des préfets !
Ben, c’est pas gagné…(quel contenu pour les accords, volontaristes ou lénifiants, acceptables par toutes les parties, etc).

Et voilà, on a fait le tour !
Le tour de ronde, mais sans le pompon. On a compris le manège ! 🙂

Si vous regardez bien ce qui précède, sur cette dizaine de pseudo-mesures, la plupart ne sont absolument pas des mesures mais du tartinage de bonnes intentions et du lubrifiant sémantico-cérébral.

Et pourtant tout le monde signe le pacte ! Entre gens civilisés, c’est logique. 🙂

A- Le gouvernement veut indiquer une direction mais sans contraindre.

B- Les collectivités locales ne peuvent pas avouer qu’elles sont contre le fait de construire, et demandent des gages, pas de contraintes et un processus optionnel et sous contrôle.

C- Et les professionnels, le cul dans les ronces (mince, ça pique ! 🙂 ), aimeraient saisir la main qui se tend. Ou dont ils ont très envie de croire qu’elle se tend.

En résumé, tout le monde est officiellement content, il n’y a pas que la rénovation, le neuf a aussi droit de cité.  Mais sans objectif impérieux ni contrainte.
Le bonheur a toutes les chances de ne pas durer sans relais d’action. 🙁

L’action ? Mais on y arrive.  🙂
Le plus beau, c’est le moyen de faire ; la déclinaison du pacte au niveau local !
Aïe, c’est bien ça le problème. On décline beaucoup trop, localement. A force de s’incliner… 😉

Il faudra donc – pour réussir – compter avec des préfets impliqués, volontaires voire teigneux, et des collectivités bienveillantes.
Ce que l’on ne trouvera pas partout sur le territoire.

Conclusion (provisoire) : trop de tact dans le contact tue l’impact du pacte ! 🙂

Et zut. Ce qui est embêtant quand on est CRO magnon, donc forcément primaire et bas de plafond, c’est qu’on ne comprend ni la rhétorique des communicants (la théorie des vaseux communicants, vous connaissez ? 😉 ), ni la politique au petit pied.

Il y a de cela un petit millier de générations, un ancêtre fort aimable (et qui parlait fort bien aux masses, d’ailleurs 😉 ), un grand tonton du clan des CROrques, avait une opinion bien à lui sur le sujet…

un CRO Orque, alias CROrque
J’les attrape pas les pompons, moi, j’les éclate ! Arrêtez vot’ manège !

Devise qui, une fois traduite, signifie quelque chose comme « arrêtez de me raconter des couillonnades, ça me rend nerveux, et quand je suis nerveux je ne réponds plus de mes actes » .
Bref, fallait pas chauffer tonton, ni lui manquer de respect en le prenant pour un neuneu, indépendamment de l’impression laissée par son physique quant à son QI ! 🙂

Le rapport avec le Pacte ? Ben, je ne sais pas moi… 😉

Peut-être que, quand on part en guerre, commencer par un pacte n’est pas le meilleur moyen de la gagner, à moins que toutes les parties prenantes ne soient d’emblée sincères et mobilisées dans le même objectif ?

Sinon, ça va être compliqué, l’impact psychologique ne fait pas tout…
Tiens, je vais demander à mon banquier s’il veut faire un pacte ! 😉

 

Allez, bonne semaine à tous !
(et la bise à votre banquier 😉 , virtuelle bien sûr… )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *