Ascension sociale : objectif Lune ?

Billets d'humeur Laisser un commentaire

CRO à la cordeL’ascension sociale est l’un des fondamentaux implicites de notre société républicaine.

Liberté, égalité, fraternité ! Et, au milieu de tout ça, des concepts de l’imaginaire collectif, enfants du triptyque tricolore magique, comme la laïcité ou la promesse faite à chacun de se faire une place selon ses mérites personnels.

La difficulté de la période actuelle pour les jeunes générations, c’est qu’il faut de plus en plus de mérite pour de moins en moins de place.

 

Conclusion ? A l’approche de Pâques, l’Ascension – même sociale – devient plus rude !

Hé oui, il ne suffit pas de se mettre un slip en peau de jaguar synthétique et de faire quelques tractions préhistoriques pour réussir une ascension sociale à l’ancienne et améliorer sa condition (sauf si elle est physique !).

Car si décrocher la Lune reste l’ambition de tout un chacun, se faire une petite place au Soleil, ce n’est pas mal non plus.
Reste à traverser la couche de nuages !

Le principe de l’ascension sociale

Le parcours social ascensionnel : quand le statut social des individus se prenait pour une montgolfière, dans les années 50 à 90 du siècle dernier, le vent chaud du progrès sociétal poussait les trajectoires vers le haut.

cro ascension sociale
Quand l’ascenseur social est en panne, s’élever seul demande des efforts !

Dopée par l’expansion démographique, la méritocratie rêvait de prendre le pouvoir.

Il faut dire qu’à l’époque tout le monde prenait les escaliers.

Et qu’il suffisait d’avoir de la volonté et de bons mollets (ou de se muscler les orteils  😉  ) pour parvenir à ses fins.

Des études, du travail, un rôle à assumer et la quasi certitude pour les heureux élus de toucher au septième ciel (ou au 6 ème, vu que le 7 ème est réservé à l’extase, faudrait quand même pas exagérer !  🙂 ).

Cette trajectoire immanquablement ascendante semblait être rentrée dans les moeurs et faire partie des évidences physiques, un peu comme l’inverse de l’attraction terrestre.

Mais dès que les mollets se sont ramollis, l’avènement de la technologie (beaucoup moins fiable que la mécanique humaine) a fini par avoir eu raison de l’idéal d’élévation.

Car un ascenseur social en panne ça pèse sur le moral. Et pas que. Ca tire aussi un peu sur les bras… 😉

Tout ça à cause d’un politique qui a du oublier de renouveler le contrat d’entretien de l’ascenseur !

Ah bon, vous êtes sûrs ? Ils s’y sont mis à plusieurs ? Pas d’chance !

Et celui d’Archimède, alors !

Principe officieux 🙂 : « Tout corps plongé dans le lot (ascenseurs) reçoit une poussée du Bah… vers le Ohhh !!!« 

Et c’est tout à fait ça ! Nous sommes passés du scepticisme à la surprise.

– Tiens on dirait qu’il ne marche plus ? Bah…

– Mais c’est vrai, il ne marche plus ! Ohhh !

Question : et on fait comment pour le réparer ?

Réponse : – Houlala !!!

Ce qui est déjà un bon début puisqu’après le déni, nous avons eu l’effet de surprise suivi de la prise de conscience de la difficulté de la tâche. Ne manque plus que la réponse !

On regardera la semaine prochaine si le PIL (Plan d’Investissement pour le Logement) annoncé le 21 Mars par le Président de la République tombe à point nommé. PIL poil quoi !

 

L’ascenseur social, est-ce que vous l’avez croisé de votre côté ? Et quand pour la dernière fois ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *