Quand c’est PLUS, c’est mieux ?

Billets d'humeur, Financement immobilier Laisser un commentaire

Le logement social, c’est vraiment spécial.

Tous ceux qui ne sont pas tombés dedans quand ils étaient petits ont un peu de mal avec tout ça : PLUS, PLA-I, PLS, PSLA etc…

Entre cette histoire de programmation annuelle, les servitudes de mixité sociale, les différentes catégories de logements, les plafonds de ressources, les plafonds de loyer… on en finirait presque par oublier l’âge du capitaine !

Ou la couleur du cheval blanc d’Henri IV…

Bref, c’est tellement complexe que même Œdipe n’y aurait pas retrouvé ses petits.

Ou sa maman ? 😉

 

C’est un peu comme aller dans un musée des civilisations anciennes.

Une sorte de musée des arts premiers du logement. 🙂

Cet art consommé de techniques complexes et ancestrales, vaguement datées et surannées.

Sauf… que tout ceci est toujours d’actualité ! Si, si… 🙁

Un plaisir toujours renouvelé : la rehausse des plafonds

La saison de la rehausse des plafonds annuels est revenue.

Les pouvoirs publics ont publié fin Décembre (arrêté du 28 Décembre 2018les plafonds de ressources applicables aux bénéficiaires du logement social pour 2019.

Et je vaquais donc négligemment ce tantôt (ça aussi, c’est daté comme expression ! 🙂 ) à une petite revue d’effectif des modifications, pour vérifier que rien d’important n’avait vraiment bougé dans le paysage.

Si. Une petite amélioration dans la définition de la taille des ménages, avec la prise en compte du handicap. Ainsi, un ménage de 3 personnes (par exemple) pourra n’être composé que de 2 personnes si l’une d’elles est en situation de handicap (titulaire de la carte « mobilité inclusion » portant la mention « invalidité » prévue au code de l’action sociale et des familles).

Dans ma petite tête de descendant de CRO : « tiens, c’est bien ça ! » .

Puis, petite vérification de l’évolution des plafonds avec un petit coup de tableur : + 1.57 % par rapport à 2018, due à la variation de l’IRL, ok.

Et pour la bonne bouche, petite comparaison du tableau des PLUS avec celui des PLA-I… « ah, le plafond de ressources PLA-I est de 55 % ou 60 % de celui du PLUS suivant la taille des ménages ; pour 2 ou 3 personnes c’est 60 % maxi, tandis que pour toutes les autres tailles c’est 55 %. Marrant, ça. » .

Et c’est là que le drame s’est produit ! Quelque chose de vraiment CRO aberrant !

Là, en K10, touché coulé, ce chiffre incongru ! 55.30 % !!!
Pas 55 ni 60 ; 55.30 % !!!

Horreur malheur, l’erreur a frappé au plafond !!!
(ouf, pas aux murs ! 😉 )

Recalculons : 22 111 / 39 982 = 55.30 %, zut, c’est confirmé.
C’est quoi, ce 0.30 en plus ?

Pour un ménage de 4 personnes en « Autres régions » (pas à Paris, ni en Ile de France, hein, juste en « Autres Régions »), ce fichu tableur indique obstinément 55.30 % !

Ben zut, serait-ce là la volonté du Gouvernement de chambouler en profondeur le modelage des plafonds de ressources dans un sursaut désespéré et quasi romantique de modifier la politique du logement, certes de manière épidermique, mais tellement mémorable ! 😉

Ou bien, plutôt, selon les lois pesantes de la probabilité, une petite boulette administrative de fort mauvais aloi, reflet navrant de l’inutile complexité de notre réglementation et de l’insuffisance des procédures de contrôle de mise en ligne de l’administration ?

55.30 %, j’en suis encore tout retourné ! 😉
Vous me direz que c’est encore comme ça qu’on mesure le chemin parcouru… en se retournant ?

Mais, vers le passé ou vers l’avenir ? 🙂

Pourquoi la loi du complexe doit-elle toujours frapper ?

Là, il y a forcément un moment où vous doutez de la compréhensibilité d’un système si touffu. Si épais que 2 êtres quasi normaux ont du mal à le débroussailler, même pour vous ! 🙂

Candide : Dis, tu pourrais m’expliquer très simplement un petit bout de ces histoires de financement du logement social ?

CROniqueur : D’accord, tu veux savoir quoi ?

C : Mais le max, depuis le début.

CRO : Ahhhhh. Au début, était CRO, dans sa cav…

C : Mais non ! Arrête !!! Pas depuis tes origines, seulement celles du financement actuel du logement social.

CRO : Mince, c’est moins drôle… OK, ça commence par le PLUS.

C : Plus que quoi ?

CRO : PLUS que rien ; PLUS, ça veut dire Prêt Locatif à Usage Social ; il n’y a que les HLM qui peuvent en obtenir, ce sont des prêts à très long terme faits par la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations), le bras armé de l’Etat.

C : Des peaux et consignations ? Ils tuent des ours avec leur bras armé, ils les dépècent et ils consignent les fourrures ?

CRO : Presque… puisque c’est chasse gardée ; il n’y a que eux qui prêtent, que les HLM qui empruntent et c’est pour ça et à cause des plafonds de ressources et de loyers que ça devient du logement social.

C : Tu es sûr que tu as simplifié, là ?

CRO : Heu, oui. Mais le raccourci est trop violent pour toi ?

C : Je m’adapte… Donc, il y a des plafonds pour les ressources de locataires et aussi des plafonds de loyer ?

CRO : Oui, mais tu en as pour tous les goûts, donc aussi pour le PLA-I, le PLS, le PSLA et pour tout ce qui bouge autour !

C : Arghhhh… c’est quoi ces trucs ?

CRO : Il te faut comprendre une chose. Dans le logement social, c’est l’aspect locatif qui est le point de départ et le plus important. On part du principe que les publics les moins fortunés ne peuvent pas – ou difficilement – acheter et qu’ils doivent donc pouvoir louer à bon prix.
Donc, le produit pivot, c’est le PLUS, l’entrée de gamme moins chère c’est le PLA-I et le haut de gamme locatif, c’est le PLS !

C : PLA-I et PLS ?

CRO : Prêt Locatif Aidé d’Intégration et Prêt Locatif Social ; en gros, les plafonds de ressources du PLA-I sont 40 à 45 % inférieurs à ceux du PLUS tandis que ceux du PLS sont 30 % au-dessus. Tout est relatif, n’est-ce pas ? 😉

C : Ah. Et le PSLA ?

CRO : C’est un hybride. Prêt Social Location Accession. De la location-accession ; une manière d’acheter avec un taux de tva réduit, à condition de passer par une phase de location préalable.

C : Un truc un peu tordu, ce PSLA, quoi ?

CRO : Mais oui, comme d’hab ! S’agirait pas de déboussoler le public avec quelque chose de simple à comprendre. Le logement social, c’est une exception et ça se mérite ! Un monopole, il faut bien qu’il y ait des raisons objectives… 🙂

C : C’est pour ça… Je comprends mieux maintenant ! Si on ne comprend pas tout spontanément, c’est volontaire !

CRO : Probablement. Il y a des terres inaccessibles au commun des mortels, mon ami.

C : Bon. Qu’on ait inventé un truc aussi fumeux et complexe à une époque, pourquoi pas… mais maintenant, les experts… ils continuent à fumer la moquette ou quoi ?

CRO : Alors là… on va demander à l’ami CROb ! Il est complètement décomplexé, lui.

L’ami CROb (je vous explique…), c’est une sommité de la lignée des CROs ; attention, hein, pas le microbe, juste l’ami CROb ; un peu de respect pour les ancêtres.

Surtout quand ils ont marqué l’histoire !

Alors, il en pense quoi des plafonds du logement social, l’ami CROb Marley ?

Crob Marley
Tirer des joints sous le plafond ou fumer la moquette sur le plancher ? Coool….

 

Ben voilà, lui, il a vite choisi. Faut arrêter de fumer la moquette, surtout quand on ne maîtrise pas la mise à jour des plafonds.

Car un plafond… c’est quand même le plancher de celui de l’étage du dessus !

C’est cool un début d’année pour une initiation aux délices des logiques sociales du logement, non ?

 

Allez, un petit coup de reggae et…
Hey men, bonne semaine ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *