Un nouveau ministre du logement ?

Billets d'humeur 2 commentaires

calimécroAh non alors, c‘est vraiment injuste, trop injuste….

Dire qu’on commençait seulement à s’habituer.
Cécile Duflot par ci, Cécile Duflot par là…

Hum, plutôt Cécile Delahoule, voire Cécile Tsunami à certains égards, car tous les flots ne se valent pas. 😉

Et là, maintenant ???
Nous voilà abandonnés, entre deux eaux, avec le vert à moitié vide…
et, pour le remplir à nouveau, une nouvelle ministre du logement : Sylvia Pinel.

Je sens que le spleen m’envahit.
Et si jamais nous en venions à regretter notre Super Héroïne Ministre du logement ?
(quelle angoisse !  😉 )

 

En politique, difficile de garder une ALUR constante. Entre immobilisme et frénésie, l’équilibre est difficile à trouver. Et à conserver.

Nous voilà donc débarrassés orphelins de Sainte Cécile (priez pour elle, mécréants !).

Nous essaierons collectivement de ne pas laisser transparaître notre désarroi et de faire bonne figure à la nouvelle venue, n’est-ce pas ?
Je peux compter sur vous ?  🙂

Un inventaire à l’après Vert (sans raton laveur)

Il y a en ce moment – sur le sujet du bilan de Cécile Duflot – des formulations journalistiques qui naviguent joyeusement entre euphémisme et langue de bois, du style « Cécile Duflot n’a pas réussi à redresser la courbe de la construction neuve ».

Roooô, quelle bande de faux-culs, et inélégants avec ça !  😉
Mais qui peut lui en vouloir ? Elle n’a jamais vraiment essayé !

Pourquoi ? M’enfin, c’est évident !

Parce qu’elle a confondu STIMULER et SIMULER ! 🙂

Franchement, entre les deux, il n’y a qu’une toute petite lettre d’écart. Et, pour un politique, simuler est souvent une seconde première nature.
Oui, mais voilà ; « une seule lettre vous manque et tout est dépeuplé ! » 😉

Du coup, pour moi, il n’y a que deux façons de traduire sa très modeste performance quantitative avec la classe qui sied (et un soupçon d’esprit gaulois) :

1- « Cécile Duflot, sur la durée de ses fonctions, a brillamment réussi à abattre la barrière des 500.000 logements » (inutile de préciser le nombre de mois qu’il lui aura fallu, quelqu’un lui avait-il dit qu’une année dure 12 mois ? En politique tout va tellement plus vite 🙂 )

ou alors

2- « Le bilan de Cécile Duflot se résume à un échec et à une réussite : elle a échoué dans l’atteinte de l’objectif affiché des 500 000 logements annuels, mais elle a en revanche réussi à enfoncer avec constance et abnégation tous les planchers des chiffres de la construction neuve. Une telle ténacité mérite le respect. »

Pour être honnête, tout n’est cependant pas à jeter.
Parce que défoncer les planchers, c’est pas bien. Mais si elle avait crevé les plafonds, ça aurait aussi fait des dégâts, non ? 😉

En fait, le problème de fond, si la construction s’est écroulée, c’est que l’accessoire et l’idéologie ont pris le pas sur l’essentiel : l’accroissement de l’offre.

L’idéologie qui aura conduit à imposer dans le corps de la loi ALUR ce système d’observatoires des loyers et l’usine à gaz qui en dépend, en partant du principe et de l’objectif unique de baisse des loyers aux forceps quelles qu’en soient les conséquences.

En oubliant, ou en faisant semblant d’oublier en chemin, qu’une telle attitude et de telles contraintes (loyers artificiellement réduits, rééquilibrage outrancier des rapports locatifs au détriment des bailleurs principalement) vont fatalement dissuader quelques bataillons d’investisseurs de s’engager dans la mêlée.
Et que ces dizaines (puis centaines) de milliers de logements viendront à manquer et pèseront à leur tour sur le niveau des loyers à moyen terme.
Et qu’à court terme, le recul de l’activité aura coûté quelques dizaines de milliers d’emplois ou plus.

Mais peu importe, n’est-ce pas, dans la mesure où on peut laisser son nom à des lois et où les conseillers en communication auront vendu au peuple, inconscient des mécanismes immobiliers, la posture de justice et de fermeté saisie par le photographe ?
Ah, le bonheur de ces petits instants arrachés aux pesanteurs du réel… 😉

Clic, souriez, c’est pour la postérité ! 🙂

Côté idéologie, toujours, la GUL… monument d’inutilité et coûteux joujou qui va nécessiter la création de structures étatiques et para étatiques pour rajouter au coût des sinistres un budget de fonctionnement superfétatoire.
Et que les investisseurs avertis court-circuiteront avec enthousiasme (au profit d’assurances privées garantissant de manière plus large l’ensemble des sinistres possibles, ou de cautions)

L’accessoire aura été paradoxalement plus réussi, avec un début de logique de logement intermédiaire et quelques fulgurances / ordonnances découlant de concertations avec les professionnels (traitement des recours de tiers, début de réflexion sur la simplification de normes…), ce qui laisse d’autant plus de regrets sur ce qui aurait pu être accompli.

Et un ministre lucide et ouvert, c’est possible ?

Bon, on n’est pas des gens exigeants. 😉
On n’ira pas jusqu’à demander un extra-lucide.
Mais pas un translucide non plus, hein ?

Un peu d’épaisseur et d’intelligence collective ne feraient pas de mal.

Oublions donc la boule de cristal. On a déjà eu une boule de vert, faut pas exagérer ! 🙂

La question en suspens, pour notre nouvelle Ministre, est celle de la posture intellectuelle (politique, pragmatique, autre ?) qui va guider son action.
Sylvia Pinel se comportera-t-elle aussi en Ministre de la Déconstruction comme sa devancière ou en Ministre du LO-GE-MENT ? Question de choix.

Par exemple, poursuivre la mise en oeuvre intégrale de la loi ALUR, ou raboter / saboter ses excès ?
Car les mesures les plus toxiques ne doivent s’appliquer qu’à partir de 2016.
Un petit moratoire, ça serait bien. Avant une déconstruction législative plus complète ?
(ça plairait à tout le monde ça !)

Le principal – pour éviter de se plaindre comme certaines têtes d’oeuf – serait que l’intérêt collectif y retrouve ses poussins  😉 , avec beaucoup de justesse et de justice…

CaliméCRO
CaliméCRO : « C’est injuste, c’est vraiment CRO injuste » !

Ce qui serait d’ailleurs assez juste aussi serait de continuer la mise en oeuvre de la simplification et de la réduction des coûts de construction ?
(ça, ça me plairait bien aussi !)

Et de revoir sérieusement la politique d’accession à la propriété ?
(ce ne serait pas du luxe non plus)

Et, ultime ambition : renverser complètement la table et tout reprendre de fond en comble ?
Pour plus de cohérence et d’efficacité ?

Hé ho, c’est pas moi qui ai dit que c’était une Ministre du Logement de combat, hein ?!
(mais elle ne peut pas rester dans sa coquille et faire moins que le reste du gouvernement, pas vrai ?  🙂 )

Patience, il ne nous reste plus qu’à attendre les premiers signes explicites.
Ou pas !

 

Allez, un petit mot de compassion pour notre ex ou un pronostic pour la nouvelle locataire (mince, c’est peut-être pour ça qu’ils n’aiment pas l’accession  🙂 ) du Ministère du Logement ?

2 réflexions au sujet de « Un nouveau ministre du logement ? »

  1. Si Sainte Cécile profitait de ses vacances forcées pour réviser sa géographie ? Histoire de réaliser que Fukushima , c’est au Japon, et le Japon dans l’hémisphère Nord ?
    Mais, comme elle a déjà à potasser l’un ou l’autre manuel élémentaire d’économie, ça va faire beaucoup.
    Sans compter un petit bouquin genre  » comment avoir du bon sens » .
    Danger de surchauffe.

  2. @ Marie-Madeleine : ah non alors, pas de surchauffe ! Le réchauffement du climat avec les activités humaines, ça suffit ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *