Reprise du logement : accélérateur ou embrayage ?

Actualités de l'immobilier, Promoteurs et programmes 1 commentaire

croppinsLe 1er semestre 2015 a confirmé la tendance du 1er trimestre.

Il y a du mieux sur le front des ventes du logement neuf.

Les professionnels apprécient la petite musique de la reprise.

Mais cette reprise est-elle structurelle, conjoncturelle, solide ou spasmodique ?

Quelle puissance, quelle universalité, quelle inscription dans la durée ?

Le moteur a-t-il du couple et l’embrayage tapine patine-t-il avec grâce ?

Le marché est-il sain de corps et d’esprit ?

 

L’observatoire de la FPI a rendu son verdict.

Le thermomètre des ventes est en hausse.

Oh, pas de quoi mettre le Mercure sur orbite mais la planète de l’immobilier neuf a gagné plusieurs degrés sur l’échelle de Vite Cher (déformation de Richter… ).

L’atmosphère est donc nettement plus chaleureuse : « Celsius que si l’on s’en sert ! » 😉

Les chiffres bruts du 1er semestre 2015

Pour consulter le dossier de presse officiel, c’est simple, c’est ici.

Pour vous en tracer les grandes lignes, avec 57 509 ventes, le 1er semestre 2015 affiche une progression de 19.3 % sur la même période de 2014.
Ce qui constitue au passage le meilleur premier semestre des 5 dernières années.

Donc, c’est beau, et beaucoup de secteurs apprécieraient la même embellie.
Mais attention à l’embellie cérébrale… 🙂

Car, s’il y a donc effectivement une amélioration, et elle est incontestable, y a-t-il pour autant matière, comme certains, à entrer en transe ?

Ben non, car comme aurait pu le dire Sully : « Patinage et Tapinage sont les deux mamelles de la transe ! » . 😉

Mieux comprendre le détail

Le hic, c’est que tout n’est pas homogène.
LE marché n’est pas UN marché mais DES marchés, une somme de marchés.

Comme une fresque antique (ou en toc) dessinée par une multitude de tesselles de mosaïque.
Donc, on se calme ! Et de toute façon, la mosaïque adoucit les moeurs… 🙂

Au-delà du dossier de presse minimaliste, les chiffres détaillés donnent de précieuses indications selon les régions :

  • les ventes globales varient entre + 5% et + 49 % selon les territoires ; aucune région n’est dans le rouge
  • les ventes à investisseurs tirent très nettement l’ensemble : entre + 23 et + 95 % ! C’est le fait principal
  • l’accession à la propriété est beaucoup plus contrastée : sur les 15 observatoires régionaux 4 régressent
  • pour les ventes en bloc (à investisseurs institutionnels : VEFA HLM, Foncières etc…), 9 sont en évolution négative
  • les mises en ventes faiblissent dans 6 des régions observées
  • ce qui réduit l’offre commerciale dans 10 des observatoires
  • et qui crée une tension nouvelle sur les prix de vente dans quelques régions concernées par la baisse de l’offre commerciale disponible ou par un passage récent de zone B1 en zone A…

Et nous voilà revenus au vieil adage de Sully…

Le patinage, celui des résultats contrastés suivant les régions, celui de la difficulté de l’accession à la propriété à sortir du trou, celui de la difficulté à reconstituer une offre commerciale cohérente et si possible meilleur marché que la génération précédente.

Le tapinage, puisque c’est la démarche commerciale active et la retape des investisseurs qui, heureusement mais bien seule, tire le marché.
Vous me direz que c’est logique, puisque le trottoir montre toujours le chemin…. 🙂

Et que Sylvia Pinel ne pouvait pas faire pire que Cécile Duflot !
(pas pour le trottoir, hein, je ne parle que des chiffres !)

Appréhender l’évolution

Ah… Sylvia…. dans mes rêves les plus fous, inspirés des Walt Disney de l’enfance, je la prends pour une magicienne.

Certes décalée. Certes improbable. Et vaguement imprévisible.

Comme une Mary Poppins du logement… qui me susurrerait à l’oreille…

la Mary Poppins du logement
« Coucou, c’est moi Mary CROppins, que puis-je faire pour vous ? »

Et je lui répondrais…

– Hé bien Mary (heu, pardon, Sylvia), si tu voulais vraiment me faire plaisir, il y a deux choses que tu pourrais faire aujourd’hui : booster l’accession à la propriété et consolider l’investissement immobilier.

Parce que mine de rien, un marché tiré uniquement par un dispositif fiscal qui se termine au 31-12-2016 c’est quand même un peu léger et inquiétant.
Surtout quand on regarde le calendrier de 2017 avec des élections présidentielles (et législatives anticipées ?).

Et ça, ça donne furieusement envie :

  1. de consolider le système en le prorogeant tout de suite de 2 ans pour échapper au trou d’air fatal pour l’éco système logement et pour l’emploi
  2. de diversifier en direction des ménages occupants, en mettant au point un dispositif d’accession plus lisible, plus simple et plus efficace.
    Avec 2 niveaux, en plus du secteur libre : une accession sociale à 5.5 % (un peu comme le système des QPV ou du PSLA mais sans période de location…, à adapter bien sûr) et une accession intermédiaire à 10 % pour les ménages des classes moyennes.

Et là, Mary, je te jure qu’avec le souffle d’une vraie reprise, ton parapluie, il va décoller pour de bon !

Mais… bon… Mary CROppins, ça n’existe que dans les esprits des enfants.
Ou pas ? 🙂

 

Et vous, une petite envie de régresser aussi, direction l’enfance ? 😉

Une réflexion sur « Reprise du logement : accélérateur ou embrayage ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *