Qui veut la PUV peut le moins ?

Conseils immobiliers, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Les promesses rendent les fous joyeux. Et n’engagent que ceux qui y croient.

C’est en tout cas ce que véhicule la sagesse populaire à travers ses dictons.

Mais ces dictons valent-ils mieux qu’une fable ?

Car quand on a affaire à des gens affables, les promesses valent mieux que des mots. Ou des paroles en l’air…

Pareil si votre interlocuteur est fabuleux. Et si c’est un homme (ou une femme) de terrain.

Car une promesse de vente ne vaut que par la fiabilité et la détermination de l’acquéreur.

Sinon… Qui peut la PUV peut le moins ? Encore une drôle de fable, ça ! 🙂

 

PUV ? Mais bien sûr ! PUV est un acronyme courant chez les promoteurs.

P.U.V. pour Promesse Unilatérale de Vente.

Le document préféré des prospecteurs fonciers et autres responsables de développement.

Le sésame à travers lequel propriétaire foncier et promoteur vont tenter de se mettre d’accord.

Mais que vaut un bout de papier, aussi formellement bien rédigé soit-il, sans une sincère et lucide volonté d’aboutir ?

En toute transparence ? 🙂

Une promesse ( de vente ) vaut-elle mieux qu’une fable ?

Y a pas moyen. Par quelque bout que l’on veuille la prendre, l’équation est la même.

Promoteur immobilier ordinaire

Avant de fumer le cigare pour fêter ses bénéfices futurs, le promoteur doit assurer son approvisionnement foncier.

Et pour ça, un seul moyen, trouver des vendeurs, et se mettre d’accord avec eux. 🙂

Sur la base d’une belle promesse… à ne pas transformer en fable bien sûr, sinon, on pourrait déraper dans le genre de …

LE CIGARE, IL EST FOURNI
(fable animalière d’été d’oreiller d’Olaf Fontaine, misérable repenti « scribrouillon » de l’été 2017)

L’animal, ayant cherché
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvu
Quand la crise fut venue.
Pas le plus petit monceau
De terrain, ni un morceau.
Il alla crier famine,
Et attendrir sa voisine,
Pensant enfin lui gratter
Un foncier pour exister
Jusqu’aux Fêtes de Noel.
« Je promets un caramel,
Pour les rois, j’aurai du mal,
Mais en Août, c’est du royal » .
Voisine n’est pas vendeuse,
C’est là son moindre défaut
« Que faisiez vous au temps show ? »
« Du cinéma pour ma gueuse,
Nuit et jour à tout moment,
Rêvant de belles promesses
Sans jamais passer en caisse »
« De jolis mots, sans argent
Promesse n’est que fumée,
Et le tabac que du vent.
Le conseil à vous donner ?
Arrêtez vos boniments !
Du terrain, je vous bannis !

…Le cigare, il est fourni ?
Et bien, fumez maintenant ! »

Pfiou, vous savez…
C’est vraiment dur quand on cherche un bout de terrain à bâtir et qu’on n’est pas bien accueilli ! 🙂

Surtout quand on n’est pas sûr d’être cigale ou fourmi ! 😉

Les arguments en faveur de la promesse

Comme c’est un sujet dont on a déjà parlé, vous connaissez déjà (presque) tout des arguments en faveur de ou contre la promesse de vente.

Mais il y a aussi des arguments qui font les deux, le pour et le contre, l’aller et le retour.

Un peu comme l’opposition entre hémisphère Nord et hémisphère Sud.

Des arguments boomerang, quoi.

Comme ceux de notre cousin aCROrigène….

aCROrigène
Ouais, bon, là…. Faut vraiment que je vous fasse une promesse ?

Par exemple :

  • une promesse, ça n’engage pas vraiment l’acheteur ; oui, mais du coup le vendeur n’est pas bloqué non plus.
    Parce qu’un acquéreur avec qui vous avez signé un compromis et qui a rempli toutes les conditions suspensives mais qui ne peut plus acquérir en bout de course, alors que la vente est supposée conclue… c’est vraiment compliqué.
    Et beaucoup de notaires reviennent vers la promesse de vente pour cette raison.

 

  • le compromis donne plus de garanties ; pas vraiment, car la meilleure garantie d’aboutir est la compétence et la volonté de faire de votre partenaire promoteur.
    Car on ne s’engage pas dans un long parcours comme celui du permis de construire « contemporain » pour abandonner si on n’y est pas contraint.
    Et comme on peut prévoir les mêmes conditions suspensives des deux côtés…

Le plus difficile, c’est donc l’aventure humaine, qui reste – pour un vendeur de foncier – celle de choisir en son âme et confiance 😉 le partenaire le plus susceptible de respecter sa parole. 🙂

Et pas forcément celui qui raconte la plus belle fable ou énonce le plus gros chiffre.

Car étant fils de promesse… celui-ci a bien le temps de changer jusqu’à la signature de l’acte ! 😉

 

Aucune promesse de ma part.
Débrouillez vous pour passer une belle semaine ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *