Qui a parlé d’ « Annus horribilis » pour le logement neuf ?

Actualités de l'immobilier, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Je vous jure… non mais, tout de suite, les grands mots !

« Annus horribilis en vue pour le logement neuf » , c’est carrément le titre d’un article très récent d’un grand quotidien français.

Alors, savoir si l’année 2020 sera aussi horrible que cela, c’est difficile à confirmer.

Ce qui est certain, c’est que ce ne sera pas un grand crû. C’est déjà cuit. 🙂

Mais les chiffres suffisent-ils à eux seuls à traduire la réalité sous-jacente d’un secteur d’activité ?

Dans son ensemble, peut-être, mais pour tout le monde ?

On a bien le droit de soigner sa différence, n’est-il pas ? 😉

 

Quand on demande à un CROmoteur immobilier son avis, en ce moment, et si ça va (parce qu’on lui demande parfois son avis, hein, il ne se contente pas de le donner ! 🙂 ), il répond « ça va, ça va » .

Vous l’aurez compris, tout est dans l’interprétation nuancée du « Ca va » .

Ainsi va l’avis… 😉

Vous le préférez au naturel ?

Mais non, on ne parle pas des miettes de thon ! On parle de « l’annus horribilis » .

Car il faut bien se rendre compte que l’état actuel du marché n’est pas uniquement dû à un phénomène naturel.

L’appui volontaire – par l’état – sur le bouton pause de l’économie a largement aggravé le ralentissement déjà observé en tout début d’année.

C’est le truc que le marché a le moins bien digéré. Pas naturel, pas bio du tout.

Raison pour laquelle on peut clamer haut et fort, et pour aussi horribilis qu’il puisse finalement se révéler, que cet annus n’en est pas moins artificiel.

Et c’est bien là le fond du problème. Car, pour se résumer, un annus… artificiel, ce n’est pas seulement horrible, c’est carrément emmerdant.

Au point de rentrer dans les annales ? 😉

Ben oui, si, si, c’est bien de ça dont il est question ! Record en vue…
Quand le marché s’affaisse, on se retrouve automatiquement au fond du trou et c’est toute l’activité qui est sur le c** (17 ème lettre de l’alphabet, phonétiquement 🙂 ).

Et un secteur à la raie – sans vouloir noyer le poisson – c’est comme un chauve pour un coiffeur ; faut vraiment être motivé pour trouver matière à s’exciter…

Bref, à défaut d’être excité, le marché est maintenant tout ramolli. 🙁

L’engrenage est tout simplement diabolique. Sûrement encore un coup de Satan. Mais à vrai dire…

Satan ? Mais non, ça (se) détend ! 😉

Tendu ou détendu, le marché du neuf ?

Mais super détendu, hyper cool, décontracté à donf, on surfe à tout berzingue vers le monde d’après ! 🙂

Pour vous dire le moment de détente vécu, le ministère parle même de changer la logique de zonage des marchés du logement ! Si, promis ! (enfin, il paraît 😉 ).

On abandonnerait ainsi les zones tendues pour les zones tondues.
Plus un poil sur le caillou, plus un logement sous le doudou.
Les pelés succèdent aux appelés. 🙂

Dieu que les nuits vont être tristes si tout le monde devient mou…

En fait, ce ne sont plus guère que les nerfs des acteurs qui restent tendus, car entre :

– la recherche foncière à reprendre,

– les permis de construire à quémander (on ne cherche plus des monteurs d’opérations, juste des mendiants d’opérations),

– les commerciaux à ranimer et les clients à retrouver,

– les chantiers à relancer,

avec ce super état des lieux, on peut vraiment dire que tous les feux sont over (in ingliche in ze text 🙂 )

Ah si, côté bonnes nouvelles relaxantes, on annonce aussi une très jolie détente des statistiques pour 2020 !

Permis de construire, mises en vente, ventes, logements commencés, tout dans le même sens. Et franchement. On se relâche enfin.

Cool, cool, coule. Blub.

Mais faut dire aussi, c’est de la faute à personne : comment parvenir à mettre le turbot quand on préfère la raie ? 😉

Heureusement, le ministère raie fléchit toujours à la relance. 🙂
Ca rassure CRO le peuple ! 😉

Tout le monde au même régime ?

Bah non, il y a autant de différences entre promoteurs qu’entre un poisson rouge et un requin. Le spectre est large.
CRO aime bien les images d’Epinal. 🙂

On a d’ailleurs déjà évoqué ensemble les mutations chromosomiques ou les variations d’ADN de cette population mystérieuse.

Et en termes d’ambitions ou de volumes, les petits poissons rouges d’aquarium n’ont pas le même appétit insatiable que les gros nageurs des profondeurs.

Ceux pour qui la dictature des actionnaires ou de la cote en Bourse, la tyrannie des classements annuels et des parts de marché entre gros, ou l’impérieuse nécessité de cracher du cash au trimestre et de faire remonter des honoraires de chaque filiale ou région à Paris, induit une pression et une crispation potentiellement sans commune mesure avec la décontraction relative de leurs confrères d’eau douce.

Ces petits poissons qui comptent leurs daphnies programme par programme en fond de bocal en mettant la pédale douce pour allonger le temps et rester à l’abri des remous.

Donc à la question : « Alors, ça va, petit poisson rouge ? » , la réponse est « Mais oui ! » (jusqu’ici au moins… 🙂 ) .

A condition d’avoir refait la déco du bocal (home staging ?) et de ne pas s’aventurer dans les eaux plus tumultueuses des océans.

Et de ne pas vouloir manger plus de 3 fois par jour quand la nourriture se fait plus rare…
(quand l’offre et la demande rabougrissent de concert ou quand l’offre rétrécit un peu plus que la demande, c’est juste une histoire de volume des ventes en baisse, pas un déséquilibre complet du marché)

Car comment préjuger de la qualité et du moment de la sortie de crise quand tout le monde n’a pas la même analyse ?

Question de sensibilité ou de sensualité ? 😉

Une question de sensualité consensuelle ?

Les temps seraient donc si durs ? Allons, allons, pas d’apitoiement !
Un CRO a toujours une solution : pour relancer le marché, faut doper la demande ! 🙂
Evident, non ?

C’est quoi ce défaitisme ? Faites des gosses, bon sang !
Mince alors, sinon, ça sert à quoi qu’on fasse des logements ? 🙂

La diminution de la taille moyenne des ménages et la décohabitation (non, pas la déco habitation, le home staging ne fait pas tout… 😉 ) ne peuvent pas suffire à alimenter en volume la machine des besoins résidentiels.

Seule la vitalité amènera la renaissance du secteur.

Question de sensualité, où il ne faut d’ailleurs pas confondre une sensualité de bon aloi avec une sangsue alitée de mauvais goût ! 😉

Beurk, gare au choix des partenaires, il y a déjà bien assez de parasitisme dans les pratiques officielles du logement ! 🙂

Quant à la Renaissance, certains croient que c’est une période révolue de notre histoire, perdue aux confins du 16 ème siècle.

Alors que non, pas du tout ! C’est maintenant et le pays a besoin de vous !

L’areuh naissance, c’est avec les bébés qu’on l’obtiendra ! 😉

Donc, faut faire des gosses pour la relance. Et idolâtrer sans réserve les cigognes.

J’en connais d’ailleurs quelques uns qui pratiquent cet acte païen depuis des éternités. Sans nostalgie ni remords.
Les adorateurs CROmagnonesques du clan des CiCROgnes, originaires de l’Alsace profonde comme chacun croit le savoir et dont le célèbre cri de ralliement « Hopla ! » fertilise à tout coup le contexte… 😉

Cigogne d'opérette, alias CiCROgne
J’vous jure ! Faut vraiment avoir la vocation ! Hopla !!! Hopla !!!

CRO savait bien que prendre la plume permettait de prendre de la hauteur…

Enfin… à condition de ne pas rater le décollage ! 🙂

Et que vive la vitalité ! On ne va quand même pas se laisser démoraliser par un annus artificiel, un plongeon des statistiques et un peu de bêtise naturelle ?

On est tellement au-dessus de tout ça… vu qu’on est super détendus des tondus ! 🙂

 

Alors, et vous, ça va ?
Ca va, ça va… Et même mieux que ça ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *