Quand l’idéologique s’oppose à la logique des idéaux

Billets d'humeur 2 commentaires

indecrottableCa y est ! Je les entends déjà !

On ne dit pas « idéologique » mais « idéologie » !!!

On ne dit pas. On ne dit pas. Et si j’ai envie de le dire, hein ?

Dire que l’idéologie suit une logique perverse et illogique.
Une idéo-logique de mauvais aloi, quoi.

Au moins pour ceux qui s’intéressent vraiment au sujet du logement et à tous les sujets du beau pays de France.

Manants des Provinces et de la Capitale, rebellez vous avec moi ! 🙂

On ne dit pas…   Pffff, mais bien sûr qu’on le dit !
(manquerait plus qu’on se taise !)  😉

 

La castration intellectuelle de la pensée unique ou régressive, tendance idéologique, a une fâcheuse tendance à m’exciter négativement les neurones.
Du coup, il faut trouver un moyen pacifique de les refroidir.

On va donc se mettre ensemble en mode léger voire dérisoire pour protester gentiment.
Mais fermement 🙂

Je vous montre le principe. Vous verrez, ça peut défouler… 😉
Et je vous engage à pratiquer !

Vous voyez bien qu’on le dit !

On ne dit pas : comment favoriser le parcours résidentiel de la classe moyenne vers l’accession à la propriété ?
Mais on dit : comment trouver un moyen classe d’assigner l’accédant à résidence ?

On ne dit pas : le bail réel immobilier est le nec plus ultra de la dissociation du bâti et du foncier pour une accession à la propriété temporaire sophistiquée et bon marché
Mais on dit : c’est quoi cette foutue usine à gaz qui te transforme encore en locataire à la sortie ?

On ne dit pas : les certificateurs et autres vendeurs de labels font les yeux doux aux autorités et aux maîtres d’ouvrage
Mais on dit : le label de Cadix a des yeux de velours

On ne dit pas : avec le logement social, le logement intermédiaire et le logement libre, on tient l’ABC du logement neuf
Mais on dit : courage, plus que 23 lettres à découvrir !

On ne dit pas : avec l’encadrement d’ALUR, on va régler vite fait les problèmes de loyer et d’accès au marché locatif
Mais on dit : c’est sûr, le marché locatif va se faire encadrer. A toute allure.

On ne dit pas : le PTZ+, c’est tellement bien qu’on n’y change rien
Mais on dit : le PTZ+, c’est tellement rien… qu’il faudrait le changer en bien.

On ne dit pas : le PSLA est l’aboutissement de logiques convergentes en matière de sécurisation avec une phase locative d’épargne obligatoire et des garanties de rachat et de relogement
Mais on dit : le PSLA, c’est aussi un risque de financement non sécurisé à cause d’une phase d’épargne obligatoire et non déterminante

On ne dit pas : en immobilier, c’est celui qui dit qui est
Mais on dit : en immobilier, la parole est d’argent mais silence on dort…

Idéologie ou liberté de parole ?
Plus on est de fous, plus on dit !!!

On ne dit pas : Bercy commande et le budget low cost du logement obéit
Mais on dit : Bercy a commandé l’holocauste du budget du logement

On ne dit pas : tu en penses quoi de la politique du logement ?
Mais on dit : Ah bon ? Y a une politique du logement ?

On ne dit pas : les statistiques de production du logement neuf ont touché leur plus bas depuis près de 30 ans en 2013
Mais on dit : on va finir par avoir la peau de tous les spéculateurs du logement

On ne dit pas : il est strictement interdit de cumuler les avantages du PLS avec ceux du dispositif fiscal Duflot
Mais on dit : faut pas déconner avec les avantages, sinon l’investissement locatif pourrait marcher !

On ne dit pas : l’inconvénient avec le logement neuf c’est qu’il faut en faire beaucoup tous les ans
Mais on dit : Eurêka ! Et si on en faisait 500 000 ? Tous les deux ans !

On ne dit pas : les clauses anti-spéculatives permettent de s’assurer que les bénéficiaires de dispositifs d’accession sous conditions de ressources ne s’enrichissent pas de manière injuste ou éhontée.
Mais on dit : c’est très bien de ne pas s’enrichir sur la durée, surtout quand on est pauvre, histoire de ne pas oublier ses origines !

On ne dit pas : l’aide à la pierre, c’est surtout pour minimiser le besoin en aides à la personne
Mais on dit : si on n’aide personne, c’est surtout la pierre qui sera dans le besoin

On ne dit pas : foutus promoteurs, ils commencent à nous casser les pieds à ne pas vouloir se laisser tondre pour le financement du logement social !
Mais on dit : il serait souhaitable que les acteurs locaux du logement neuf signent une charte pour la mise en oeuvre des objectifs logement du PLH…

On ne dit pas : GUL = garantie universelle des loyers
Mais on dit : GUL = grande utopie locative

Et, surtout, on ne dit plus : Etat providence…
Mais on dit :  et ta soeur !
(désolé pour les dames, j’ai cédé à la facilité 🙂 mais je plaide coupable )

 

Voilà : à vous de vous dépendre la langue ! Alors, on dit quoi ????
(les commentaires sont là pour exercer votre créativité  😉 )

2 réflexions au sujet de « Quand l’idéologique s’oppose à la logique des idéaux »

  1. En pleine forme! j’attends avec impatience votre production sur les vendeurs de labels et de certifications.

  2. @ Pierre : heu, si c’est pour dire que je dois me transformer en Luis Mariano, là faut pas rêver !!! 😉
    On a eu assez de pluie comme ça, place aux beaux jours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *