PTZ : un petit coup de vieux ?

Actualités de l'immobilier, Financement immobilier 2 commentaires

spermacroComment faire du neuf avec du vieux ?
C’est le principe de toute nouvelle année.

Sans que la réponse universelle ne soit connue, sinon les maisons de retraites seraient vides ! 😉

C’est pareil pour le PTZ version 2015 : un récidiviste qui ne peut pas s’empêcher « à nouveau » de regarder vers l’ancien.

Alors que nous rêverions de renaissance, de régénération, de nouveaux bébés immobiliers…

Allez Pépé TZ, dis nous ce qui a changé !

 

On n’y comprend plus rien ma brave dame !
Il y a quelques années le PTZ (alias PTZ plus) était accessible au neuf comme à l’ancien.
Puis son champ d’intervention a été réduit au seul secteur du neuf.

Et maintenant, retour en grâce de l’ancien.
Le syndrome des anciens combattants appliqué au financement de l’immobilier ?

A moins qu’une autre raison ?….

Une question de logique floue

Comme le disait La Fontaine après avoir bu un coup de trop dans « Le loup et la gnole » : « la raison du plus foireux est toujours la meilleure » .

Il n’est donc pas toujours évident de saisir au premier coup de neurone les circonvolutions réglementaires ( à terre 😉 ).

Comme souvent, en fait, le fil directeur est perverti par des considérants d’ordre financier ou politique.

La disparition du PTZ des écrans radar de l’ancien s’appuyait sur l’idée qu’il était assez peu utile dans l’ancien, avec un certain effet inflationniste. Et comme en plus il coûtait cher au budget de l’état et n’était pas vertueux sous l’angle du développement durable….

Son retour dans l’ancien, apparemment incohérent, répond à d’autres critères pas forcément affichés d’ailleurs :

§  redynamiser des secteurs désertés par l’investissement privé (cf le fameux zonage ABC) puissamment orienté vers les zones « tendues »

§  faire plaisir à un certain nombre d’élus de ces territoires (agglomérations de moins de 10 000 habitants hors zones tendues) qui se plaignent de la disparition de ressources économiques

§  pousser à la réalisation de travaux pour aller dans le sens de l’étiquette énergétique (développement durable) et déclencher des travaux en conséquence (et donc un peu de PIB)

§  avec un impact assez faible sur le budget du ministère du logement (coût estimé de 995 millions en 2015 contre 840 en 2014)

Au total, rien d’exceptionnel ni de fondamentalement illogique dans ce qui relève plus d’un replâtrage d’opportunisme que d’une orientation stratégique nouvelle.

Quelles nouveautés pour le PTZ 2015 ?

C’est ce qu’on disait :

§ la possibilité d’accéder au PTZ sous conditions de travaux et de localisation (liste des communes PTZ ancien)

§ augmentation de la dotation de l’état de 840 à 995 millions

Mais aussi :

§  prorogation du dispositif PTZ jusqu’au 31 Décembre 2017 ( 3 ans de plus donc)

§  suppression de la condition de performance énergétique dans le neuf (la RT 2012 étant en place)

§  modification sournoise du calcul du revenu plancher PTZ pour l’acquéreur, avec une division du prix de vente par 9 maintenant (contre 10 avant)

Cette dernière disposition est – à mon humble avis – un moyen détourné d’exclure certains revenus de l’accès au PTZ.

Il faut rappeler au passage que pour le PTZ, le niveau des ressources des ménages pris en compte est la plus élevée de deux valeurs :

1- le revenu fiscal de référence de l’année N-2

2- le montant de l’opération divisé par 9 (contre 10 avant)

En clair, si votre revenu de référence était de 25 000 euros, le fait d’acheter un bien de 250 000 euros ne faisait pas monter votre niveau de ressources (250 000 / 10 = 25 000).

Maintenant, 250 000 / 9 = 27 778, soit une augmentation arbitraire et artificielle de votre revenu de plus de 11 %.

Pour résumer, vous n’êtes pas plus riches mais on considère que si.

Où va-t-on si les pauvres ont des goûts de riches !!! 🙁
Dès la naissance ? Inscrits dans les gênes ? Depuis des générations ?

spermacro
Tous avec moi, les spermaCROzoïdes ! Sus au PTZ !

Foutre ! Nous prendrait on pour des bébés ?
(apparemment, même moins que ça 😉 )

L’argumentation officielle est que diviser par 9 va orienter davantage les acquisitions vers des prix de ventes unitaires moins élevés. On peut le voir comme ça…

Mais on peut aussi penser que ce système va exclure des ménages – qui vont passer au-delà du seuil – car ils ne voudront pas renoncer au logement qui leur convient le mieux (bien que plus cher). Et ils renonceront alors au PTZ. C’est y pas beau ? 🙂

Dans les deux cas, l’état économise.
A quand la division par 8 après la preuve l’épreuve par 9 ? 😉

Les travaux du PTZ ancien : d’Hercule ?

Bof.
Selon l’arrêté du 30 Décembre, les travaux doivent représenter un minimum de 25 % du montant de l’opération et doivent être réalisés dans le délai de 3 ans à compter de la date d’émission de l’offre de prêt.
Le plus surprenant est la nature de ces travaux, littéralement :

Ces travaux d’amélioration s’entendent de tous travaux ayant pour objet la création de surfaces habitables nouvelles ou de surfaces annexes, la modernisation, l’assainissement ou l’aménagement des surfaces habitables ou des surfaces annexes ainsi que les travaux destinés à réaliser des économies d’énergie.

En clair, aucune exigence qualitative et même les extensions neuves sont éligibles

Bref, c’est de l’ancien mais on n’est pas contre un peu / beaucoup de sang neuf !

 

Ah, je sens que 2015 va être sympa ! On a plein de choses à se raconter…

2 réflexions au sujet de « PTZ : un petit coup de vieux ? »

  1. Bonjour,

    Je souhaite acheter en PSLA et je peux bénéficier d’un PTZ+ et d’un prêt action logement. Une banque vient de m’affirmer que le prêt action logement est considérer comme de l’apport personnel et risque de diminuer la somme du PTZ+. C’est la première banque qui me parle de cela alors que j’en ai prospecter 7 en tout.
    Je ne trouve l’information nulle part. Voudriez-vous m’aider s’il vous plaît ?

  2. @ Jade : ce que vous dit le banquier découle de la règle de calcul du montant du PTZ.
    Lisez par exemple cette page : http://www.logementdirect.fr/web/fr/105-pret-a-taux-zero-plus-ptz-acheter-sa-residence-principale-en-accession-a-la-propriete.php
    Le montant du PTZ ne peut pas dépasser le montant des autres prêts ; donc quand votre banquier vous dit que le 1% est assimilé à de l’apport, cela veut dire que le montant des prêts autres que PTZ diminue. Et donc, éventuellement, le montant du PTZ.
    Je dis éventuellement car ce n’est pas le seul critère, vous comprendrez mieux en lisant la page que je vous ai indiquée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *