PTZ : quand la lance est à la relance…

Accession à la propriété, Actualités de l'immobilier, Financement immobilier 1 commentaire

crompierPar la magie d’un effet de manches qui lui permet de mener 1 set à rien, le président Hollande ranime la flamme du PTZ.

Oui, la flamme, pas la flemme. Ah, euh ?

Il paresse que ce n’est pas la même chose.

Certes, l’indolence du dispositif avait fini de faire ses preuves.

Mais l’épreuve, la vraie, c’était surtout pour le marché de la primo-accession, pratiquement aussi tonique qu’un ressortissant corse de bande dessinée en plein mois d’Août et à l’heure de la sieste.

Pépé Tézède en plein effort. 😉

 

Pour les distraits, il faut rappeler que le PTZ est théoriquement le fer de lance de l’accession à la propriété et de la primo-accession en particulier.

Ne pas confondre cependant fer de lance et fier de la relance.

Ni fer à repasser et fier du passé.

Bref, restons humbles et intéressons nous à l’avenir. 🙂

Un nouveau replâtrage du PTZ ?

A la décharge de Pépé Tézède, son grand âge.

Né au milieu des années 90, ce désuet dispositif affiche ses rides et ses insuffisances dans une suite tragique de modifications erratiques, où les logiques comptables dans le plus pur style des olympiades des métiers de la menuiserie (l’art du rabot pour éviter les chèques en bois du Trésor) l’ont quasiment toujours emporté sur une vision sociétale de la politique du logement ou – a minima – stratégique.

Je ne peux d’ailleurs pas m’empêcher de penser que les derniers développements médiatiques relèvent au moins autant de la recherche de la création d’emplois et de préoccupations de politique intérieure que du simple bien-être des citoyens et de leur trajectoire sociale.

La question qui se pose sera donc à la fois celle de la cohérence, de l’efficacité et de la pérennité des modifications annoncées.
Aïe ? 🙂

Qu’est ce qu’on sait du nouveau PTZ ?

On sait tout d’abord qu’il n’est pas encore officiellement au point puisque le dernier paragraphe de l’article du Moniteur est très explicite.

L’objectif revendiqué est celui d’un élargissement sensible du nombre de ménages éligibles au PTZ.
Ce qui passe par une série de retouches techniques.

Parmi les pistes évoquées :

  • la réouverture plus généreuse au secteur de l’ancien (30 000 communes au lieu de 6 000 ?) notamment en zone rurale (zone C)
  • l’obligation de réaliser des travaux pour les achats dans l’ancien (25 % ?)
  • une quotité maximale de prêt portée à 40 %, contre 26 % jusqu’ici
  • un allongement du différé de remboursement (5 ans ?)
  • une augmentation corrélative de la durée maxi du PTZ (de 25 à 30 ans ?)
  • un relèvement du plafond de ressources des acquéreurs

A ce stade, le voile n’a donc été levé que très partiellement et il faudra vérifier avec la version définitive que les indices n’aient pas été aussi trompeurs que certaines publicités de promoteurs. 😉

Du style « prix à partir de 150 000 € », quand un seul logement est en fait disponible à ce tarif (et en général pas le plus beau 🙁 ) .

Car bien sûr, il n’y aura pas 40 % de quotité pour tous, ni un différé maxi pour tous les niveaux de revenus.

Et comme PTZ ne signifie pas « on fait péter les aides »  ni « Prépare Tes Zygomatiques », il faudra donc prendre le temps d’une analyse plus complète. 🙂

Quelles sont les néos qualités du néo PTZ ?

1- Il ne coûte pas cher. Car il ne s’agit que de rembourser la différence de la bonification entre le coût de la ressource (très faible actuellement) et le niveau zéro des taux d’intérêt. De plus, les PTZ 2016 ne coûteront au budget de l’état qu’en 2017 et ne seront donc annoncés qu’après les prochaines élections présidentielles (CQFD).

2- Il ne demande pas de vision ou de définition d’une politique cohérente et ambitieuse. Voire créative ?

3- Il peut rapporter gros en termes de travaux et de TVA ou de droits d’enregistrement.
Tout comme en satisfaction de ménages nouvellement aptes à passer à l’acte (puisque le critère revendiqué est celui de l’élargissement de leur nombre).

4- Il est donc très opportuniste – eu égard au contexte budgétaire, économique ou social – ce qui suffit à beaucoup pour lui trouver de grandes vertus.

Quels sont les écueils à éviter ?

Ne pas sacrifier l’efficacité à terme et la cohérence aux joies de l’immédiat.

Par exemple, ne pas diminuer sensiblement la quotité des travaux à réaliser dans l’ancien car il faut remettre à niveau tout le stock de passoires thermiques du pays dans la logique de développement durable, en imposant par exemple une exigence performancielle mesurée par une étiquette énergétique ou autre critère objectif.

Par exemple aussi, ne pas pousser les feux sur les prix de l’ancien car leur remontée serait probablement un feu de paille qui poserait à nouveau et très vite les mêmes soucis que ceux qu’a connus le marché sur les deux dernières années.

Autre écueil potentiel, ne pas favoriser l’effet d’aubaine, c’est-à-dire faire bénéficier des ménages de conditions très favorables alors qu’ils n’en auraient pas eu besoin pour acheter. Et garder ces ressources financières pour – a contrario – doper les profils de ceux pour qui le coup de pouce est indispensable.

Ce qui veut dire qu’il faut régler très finement les paramètres en faisant des centaines de simulations pour optimiser le système.

Sinon, c’est qui qui va casquer ???

crompier
Lance à incendie à la relance (extinction de l’incendie de la primo-accession ?)

 

Mais personne bien sûr, car les pompiers sont de sortie !
Sapeur et sans reproches, les chevaliers Bayard du PTZ….

Mais avec quel panache ? 😉

Et pour la suite ?

Ben, on va attendre les propositions du gouvernement.

Puis tout le monde fera des simulations dans son coin.

Le truc qui me paraît le plus évident à ce stade, c’est que cet élargissement du PTZ semble une fin de non recevoir à tous ceux qui plaidaient pour un dispositif de TVA à taux réduit à destination des moins fortunés.
Ce qui aurait coûté plus cher.

A moins que Bercy ne desserre l’étreinte ? (peu probable)

Allez, on reparle de tout ça dans quelque temps quand on aura toutes les billes !

 

Ah, la saga du Prêt à Taux Zéro continue. A vos commentaires !

Une réflexion sur « PTZ : quand la lance est à la relance… »

  1. J’ai adoré votre style d’écriture dans cet article qui est bien illustré par des drôles d’images. Pour ce qui est du contenu de l’article, il est complet et met en avant les nouveautés concernant le prêt à taux zéro, c’est un article que je recommande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *