PLU & Cie : avancer en reculant ?

Actualités de l'immobilier Laisser un commentaire

C’est probablement une nouvelle version de « Retour vers le futur » .

Ou plutôt  l’inverse : projection vers le passé !

C’est ça qui est bien avec les documents d’urbanisme (les PLU et tout ça).

Ils vous obligent à rajeunir quand ils prennent un coup de vieux ! 🙂

Le truc idéal pour arrêter les crèmes anti-rides et la chirurgie esthétique…

Se tremper dans un bouillon de PLUiH faisandé, ça vous change la vie.

Et l’avis aussi, mais ça… on ne va pas s’arrêter à de si petits détails ! 😉

 

Ahlala, braves gens, on ne paye pas cher mais on rigole. Jaune. 🙁

On savait que trouver des terrains, c’était difficile.

On savait aussi qu’obtenir des permis, c’était coton.

On savait encore que les consolider, c’était pas gagné.

Hé bé, maintenant, on ne sait plus. L’inconnu a du charme ! 😉

Et ne manque pas de piquant…

Le respect de la règle en urbanisme

C’est comme dans tous les sports. On agit et on juge en fonction de la règle.

Pour les permis de construire, c’est pareil.
Il y a un document de référence (le PLU : plan local d’urbanisme) qui définit des zonages et des règles auxquels les architectes se plient pour établir la demande de PC et que les instructeurs appliquent (on parle bien de principe général, hein… c’est comme les arbitres en foot ou en rugby, par exemple… 🙂 ) pour dire si le politique doit accepter ou refuser de signer le permis.

Simple.

Dans les grandes agglos, le PLU est souvent remplacé par un document recouvrant une somme de communes, le PLU intercommunal, qui peut également faire office de PLH (Programme Local de l’Habitat : le truc qui dit ce qu’il semble opportun de faire en matière de politique du logement à l’échelon local).
Auquel cas, on va souvent l’appeler Plan local d’urbanisme intercommunal habitat, ou PLUiH en abrégé.

Magnifique !

Et donc, quand une agglo approuve un PLUiH, tous les PLU des communes couvertes par le PLUiH tombent en désuétude, la maison de retraite des PLU, quoi ! 🙂

De mauvaises langues disent alors parfois que les PLUs sont morts.

Mais heureusement que non, mieux vaut une maison de retraite qu’un univers de zombies… 😉

PLUiH et menu ?

Haché menu ? Mais oui, c’est bien ça ! 🙂

Quand un PLUiH se fait dégommer par la justice (si, si, ça peut arriver, quand il est jugé illégal) et même plusieurs années après son entrée en vigueur (vigueur qu’il perd donc illico), que se passe-t-il ?

On flotte dans le vide de l’espace intersidéral ?
On va voir Mme Irma pour sonder l’avenir ? 😉
On tire à pile ou fast pour connaître rapidement la réponse ?

Mais non ! On fonce vers le passé ! On fait confiance aux petits vieux ! 🙂

Bref, quand le PLUiH disparaît, on en revient aux documents antérieurement valides, à savoir ces bons vieux PLU communaux qui reprennent instantanément du service.

Heureusement qu’ils n’étaient pas morts, hein, juste embaumés (pour rester en odeur de sainteté ?).

Les PLU en EHPAD, ça vous épate (en sauce bolognaise, bien sûr), hein ?
(l’EHPAD, l’EHPAD, oui mais des Panzani ! 🙂 désolé, oui, c’est lamentable, mea maxima culpa, mais j’en avais CRO envie !)

Qui peut le PLU peut le moins ?

Mais oui, et c’est bien ça le risque !

(note du CRO : ah oui, que je vous dise quand même, que si CRO aborde ce sujet, c’est qu’il est d’actualité et qu’une des principales agglos de France, dans le Sud, va très probablement connaître ce triste sort d’un PLUiH annulé bientôt)

Donc, au lieu d’avoir un PLUiH hyper moderne 4.0, vous vous retrouvez avec une somme de pépés et mémés PLU, boiteux, avec leurs béquilles, leurs imperfections et leurs incohérences qui vont à nouveau faire la pluie (mais pas la PLUi ! 😉 ) et le gros (mais pas beau) temps…

Et ça, localement, c’est pas top du tout pour le secteur de la construction et pour les acteurs de la filière.

Car la mécanique du système va sans doute pousser à freiner les permis accordés (déjà que c’était aussi florissant qu’un champ de tulipes dans le désert de Gobi…) par la magie du double effet kiss cool, également appelé effet ciseau chez les coiffeurs de moines tibétains ! 🙂

Pourquoi ? Voyons un peu ça, quelques indices, pas forcément exhaustifs :

    • tous les permis en cours d’instruction ne pourront être signés que s’ils sont strictement conformes aux règles intégrales du PLU antérieur (ce qui va éliminer beaucoup de prétendants ou obliger à modifier de nombreux projets décalés dans le temps)
    • les permis qui seront déposés dans les prochaines semaines (et mois ?) devront donc aussi être conformes aux règles des anciens PLU pour être admissibles, mais si – qualitativement ou opportunément –  la collectivité concernée n’en veut pas car elle jugera le contenu de permis régressif, elle se débrouillera pour les refuser ou pour dissuader les porteurs de projets de les déposer.
    • la prospection foncière : sur quelle base faire des offres ? Les anciens PLU ? Ou prendre le pari d’un nouveau PLUiH à venir dans l’année qui vient par exemple ? Et on fait quoi entretemps ?

Voilà quelques unes des questions qui vont se poser très vite et qui ne vont pas faire bondir (essayez un peu de sauter avec un fauteuil roulant…) le niveau des autorisations d’urbanisme.

C’est trop bien l’imprévu. Comme quand vous rencontrez un nain connu inconnu. Le frisson de la découverte. 🙂

Ou le frisson de l’horreur ? Imaginez un peu que les vieux PLU soient bien morts ?

Et qu’on veuille les ressusciter ??? La horde des PLU zombies. En marche.

Appelés à l’aide. En mode CRO bizarre…

Fear the walking d’aide ? 😉

Un CRO en mode zombie
Un PLU en marche vers l’avenir… mais en marche arrière, ça a vraiment de la gueule !

Remarquez, entre petits vieux et zombies, la bonne nouvelle c’est que l’horizon est vraiment dégagé. 😉

Que les valides lèvent le doigt ! Mais pas trop vite…

Deuxième bonne nouvelle pour le secteur du neuf dans ce type de configuration locale : au moins les stocks ne pèsent pas trop lourd ! 🙂

Mais zut alors, de quoi se plaint on ? Deux bonnes nouvelles dans un seul article !

Y a vraiment de quoi avoir la banane, non ? 🙂
A condition de ne pas marcher sur la peau…

Déjà que le PLUiH y aura laissé la sienne. Une pensée émue pour lui et quelques secondes de silence, svp. 😉

 

Et en ce qui vous concerne, évitez le PLUiH, le soleil est de retour…
Bonne semaine à tous ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *