Mais que fait donc le Père Noël ???

Billets d'humeur Laisser un commentaire

ppcroelL’époque est particulière.

Bien sûr, on n’y voit pas très clair. Normal entre le brouillard et la nuit qui tombe tôt.

De toute façon, comme disent les myopes : »plus on est dans le flou, plus on rit !« . Ce qui est en soi un puissant motif de réjouissance.

Et comme, heureusement, les jours rallongent (si, si, depuis le 21 Décembre 🙂 )  on y verra bientôt nettement plus clair.

Et on deviendra collectivement plus intelligents puisque l’avenir nous instruit !

J’aurais peut-être mieux fait de commander une boule de cristal au Père Noël…

 

Remarquez, certains d’entre vous ont peut-être déjà les boules ou trouvent que ça sent fort le sapin. C’est l’époque qui veut ça.

Accrochez les boules au sapin, vous ferez d’une pierre deux coups. Et comme c’est Noël, on va se mettre en configuration festive. Pour ne rien vous cacher, je me suis demandé si je pouvais vous faire un petit cadeau.
Fort modeste et déjanté. Zut, c’est la fête, non ?

Alors, j’ai eu l’idée d’un petit conte de Noël pour les (grands) enfants que vous êtes. Il met en scène Confucius dans sa dernière ligne droite et traite du logement neuf et de la bulle immobilière.

Une vraie oeuvre d’imagination 😉 ! On y va ? Accrochez vous…

 

« Vers la fin de sa vie, empli de doutes et perturbé dans ses pensées par l’alcool, les flatulences, les plaisirs de la chair et une ouïe très incertaine, le (de moins en moins) sage Confucius  commettait encore quelques pensées et sentences d’une déroutante fulgurance.

Son aide de vie Mao Saitou nous rapporte quelques extraits de leur dernière conversation :

– Ô esprit suprême, que pensez vous de l’immobilier neuf à la portée des bourses populaires ?

L’immobilier abordable ? Mais je suis pour, mon jeune ami. Parler directement au bon dieu pour payer son appartement moins cher sans vider sa bourse, en évitant trop de ces laquais qui quémandent notre argent….

– Ô tuteur des neurones défaillants, comment alors éviter que tous ces laquais quêtent ?

Hein ? C’est la kékette ? Alors là… elle est raide celle là, mon jeune ami ! Tiens, j’en ai une autre ! « Tant va la verge au con qu’à la fin tout converge »…

(note du rapporteur : la traduction officielle, établie par les CRS – comités de réécriture des souvenirs – est la suivante : « à force de donner des coups de bâton aux imbéciles, tout finit par rentrer dans l’ordre », contestée cependant par une version qui circule sous le manteau – voire légèrement plus bas – version plus pimentée que nous nous abstiendrons de commenter par pudeur de Noël 🙂 )

– Ô Ô Ô. Ô lala, c’est beau ça !

Quand le mandarin passe de l’orange au rouge, le verre est dans le fruit,  « Hips ! » « Prout ! »

– Ô maître des vents de l’esprit, vous devriez moins boire, quelle senteur fétide…

– Certes, certes, mon jeune ami : Vent du cul, vent qui pue, c’est moi le maître d’évent !

– Mais cette odeur, Maître, c’est à couper au couteau !

Normal mon jeune ami, l’évent taille, l’éventail… pour éviter l’évent pire !

– Ô Maître, je suis tout interloqué. Je crains que vous n’ayez plus tout votre entendement…

Je n’entends plus très bien en effet mon jeune ami, j’ai le tympan en quenouille et l’alcool qui me brouille l’écoute (*)… et avec l’écoute brouillée, difficile de rester lucide !
En plus, pour garder mon niveau, j’ai besoin de la bulle.

– La bulle ? Quelle bulle, comme le pape ?

La bulle, mon ami, la bulle ! Difficile de la coincer et de la lâcher en même temps. Dans mon cas, j’aurais bien besoin d’en lâcher quelques unes. D’ailleurs, ne dit on pas souvent que c’est con s’il y a bulle ?

– Alors là, maître, c’est sûr, et ça vaut mieux qu’un long discours ! Mais pour le lâcher de bulles, j’aimerais autant que vous attendiez mon départ….

– Ah, ah, vous me sous-estimez mon jeune ami, je suis également capable d’avoir un évent d’ange, au goût raisin bien entendu. Et sans fermentation, si vous daignez me lâcher la grappe !

– Maître, je suis perdu, j’ai perdu le fil. Mais quel est le rapport avec le logement ???

– Le logement ? Ah oui, le logement !!! Le rapport, c’est le promoteur immobilier : la seule profession qui jongle avec une bulle (immobilière) sans arriver à la faire péter ! Si c’est pas de l’art, ça ?

(*) entre pèteries et contrepèteries, il est parfois au maître d’évent difficile de choisir… »

 

Voilà, c’est dépaysant un conte de Noël…
Un voyage en Asie aller-retour express à travers les âges… 😉

Mais il y a d’autres cadeaux. Heureusement pour vous. Grâce au Père Noël.
Pépé Noël pour les intimes.

Tout le monde en attend des miracles, mais faut pas charrier. C’est déjà beau ce qu’il fait.

Un vieux monsieur super organisé qui arrive à distribuer des cadeaux à tout le monde en un temps record. Et qui bulle lui aussi 364 jours par an. Même pas 35 h de boulot. Par an !

Heureusement qu’il a les lutins qui s’activent dans l’atelier, Pépé Noël…. Un peu comme chez Foxconn ou dans les usines de l’Asie post Confucius.
Mais c’est curieux, leur devise n’est pas la même que la nôtre : « Plus on a de sous, plus on riz ».
Le cours des devises n’est pas universel…

Allez Pépé, à la tienne !

Et c’est pas facile tous les jours, notez. Il a même fallu que PP modifie son bonnet façon préhisto avec des tâches noires.

Pas question d’être confondu avec des bonnets rouges.
Des rennes oui, mais pas des bretons, et pas des chapeaux ronds non plus.

Non mais. Vive la tradition !

ppcroel

Ah, et si vous cherchez une décoration de circonstance pour votre sapin, notre Pépé Noël de l’an dernier n’était pas si mal. Un peu va nu-pied mais sympa quand même.

 

Bonne fête de Noël à tous ! A la semaine prochaine….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *