Logement : quotas sociaux et pétrozonards !

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

De quoi pourrait-on bien parler aujourd’hui ? 🙂

Du zonage et du respect du quota de logements sociaux issu de la loi ALUR !

Ces deux sujets figurent parmi les pistes ou mesures évoquées par le bouillonnement actuel autour du logement.

La Conférence de Consensus – juste terminée – ou la future loi ELAN sont les supports de réflexion qui autorisent l’espoir d’une remise en cause du corpus réglementaire existant.

Dans la même probable logique – assumée ou pas ? – de correctifs ponctuels plutôt que de remise en cause des principes.

Changer de chambre à air ou coller des rustines supplémentaires ?

En tout cas, il faudra bien que la roue tourne… 😉

 

Ah… ça fait du bien de penser qu’on va bientôt prendre un nouvel ELAN.

Il se lève déjà un vent de fraîcheur avec les J.O. d’hiver à la télé. 🙂

Ne manquerait plus qu’un nouveau souffle législatif…

Loi SRU : des quotas décotés ?

Ce serait à se faire pipi de rire si ce monde était sérieux.

Il se prend juste trop au sérieux.

Donc, le ridicule ne tuant pas le politiquement correct, il n’y aura pas de mise à mort d’une mesure inepte.

Un fait : la tendance actuelle de fléchissement de la construction de logements sociaux (un rapport de l’USH publié fin janvier indique 92900 logements sociaux agréés en 2017 contre 100300 en 2016) ne permet pas d’espérer de rattrapage de ce côté là. Au contraire.

D’autant que le volume de production HLM va encore ralentir en 2018 puisque la couleur a été annoncée, conséquence de la razzia sur les APL et de la baisse des capacités d’autofinancement qui va impacter à la fois la production propre et les achats en VEFA des opérateurs HLM.

L’incapacité – dans la vraie vie – à tenir l’objectif de 25 % de logements sociaux ne conduit pourtant pas à remettre en cause la pertinence de l’objectif (c’eût été trop impertinent ?) mais à contourner l’obstacle en usant de subterfuges.

On en a déjà parlé plusieurs fois, mais là on en rajoute une couche en envisageant d’intégrer tout ou partie des logements intermédiaires à ce quota.

Quota qui ne concernait initialement que les logements sociaux…

Une 2 CV à laquelle on greffe un moteur de Ferrari est-elle une 2 CV ou une Ferrari ?

Réponse : c’est une voiture. 🙂

Et là c’est pareil. Un quota reste un quota et 25 % reste 25 %.
Ce qu’il y a dedans ? Et pourquoi ? Secondaire…. 🙁

Question subsidiaire et mal élevée d’un citoyen mal dégrossi : cette incorporation ne concernera-t-elle que les logements intermédiaires « patrimoniaux » (construits ou acquis par des foncières comme les filiales de la Caisse des Dépôts ou d’Action Logement) pour faire plaisir aux institutionnels ?
Ou bien les logements à l’unité seront-ils également concernés ?

Rappelons en effet que la définition du logement intermédiaire, en termes de plafonds de ressources notamment, est la même pour les logements acquis en loi Pinel par les particuliers.

Donc, quelle sera la règle et voudra-t-elle exclure une part de la production de logements intermédiaires et en fonction de quoi ?

L’attente fait partie du plaisir… 😉

Le retour des Pétrozonards ?

Ce monde est injuste… 🙂

Il suffit d’une bonne naissance ou d’un hasard géographique favorable, et vous voilà dotés d’atouts hors du commun.

Parce qu’on a beau critiquer les zonards et vilipender la zone, il existe maintenant des aristocrates de la zone, des nantis de l’anti-zone, des seigneurs de la couche de zones ayant échappé à son trou… 😉

Bref, en dehors de A, Abis ou B1 t’es un zonard des cités, mais à l’intérieur du périmètre sacralisé tu es cité à comparaître au banc d’honneur de la zone tendue.

Avec tous les avantages liés à une situation de rente.

C’est pour ça que tout le monde veut en être.
De la zone.
Tendue.

Et les pouvoirs publics envisagent sérieusement pour 2018 une révision du classement des communes / agglomérations afin de permettre le passage (en théorie objectivement justifié) de certains pensionnaires de B2 en B1.

Mais quid des candidats non déclarés à la dégradation de B1 en B2 si les paramètres retenus le suggèrent ? Les volontaires seront moins nombreux…

D’où la question Darwinienne qui s’impose :

Après les pétrodollars, l’évolution naturelle des ressources planétaires conduirait-elle vers les pétrozonards ? 🙂

Mais non ! Rassurez vous…..

L’évolution a déjà connu les PéCROzonards !!!

Les PéCROzonards
Mais bien sûr qu’on peut trouver du pétrole dans les zones tondues !

Il est vrai qu’en zone tondue on a vite fait de se trouver sur le sable… 😉

Alors qu’en zones tendues, on se sent tout de suite plus détendu !

 

Et si on est détendu, c’est quand même le principal… 🙂
Bonne semaine à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *