Logement neuf : la vitesse, c’est dépassé ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

On n’a pas eu les jeux olympiques cette année.

« Citius, altius, fortius » ? Vous repasserez !

Pas plus vite, pas plus haut, pas plus fort ; un été au ralenti.

La devise olympique a vu son cours baisser et pourtant nous avons une ministre du logement en quête de rapidité ! Si ! 😉

Ca va être du sport à la rentrée, enfin une bonne nouvelle pour le plan de relance !

Parce qu’on commençait à s’ennuyer ferme dans nos chaumières en pur style cro magnon.

Mais si on change de vitesse, tout sera redynamisé ! 🙂 Ou quasiment…

 

Ah, nous y voilà, la ministre se dévoile ! Elle se met à nu.

En tout bien tout honneur, hein, on ne fait pas dans la grivoiserie quand on est ministre du logement.

On sait se tenir. Aux branches ? Ou aux brindilles ? 🙂

Hop, on accélère la cadence !

Dans une interview du 11 août, notre chère Emma fait les gros yeux aux maires qui ne jouent pas le jeu avec les permis de construire.

Perso, ça ferait flipper tout un clan de CROs, des gros yeux réprobateurs comme ça ! 😉

Elle prend le taureau par les cornes (…) en déclarant notamment « Donc, c’est vraiment très important que les maires, nouvellement élus, ou réélus, donnent un coup de booster pour instruire plus vite les permis de construire » et elle conclut avec  « Mais pour ça il faut que la construction neuve puisse fonctionner, et donc pour ça il faut que les permis de construire soient donnés » .

C’est mignon comme tout… une ministre qui croit (ou fait semblant, ce qui serait encore moins glorieux… 🙁 ) qu’une instruction plus rapide est la solution pour avoir plus de logements.

Alors que, la solution, c’est d’abord que les permis soient acceptés au lieu d’être refusés, comme beaucoup trop souvent et sans aucun contrepouvoir ou recours possible.

Parce qu’un permis qu’on vous refuse au bout du compte, qu’il ait été instruit en 3 ou 6 mois, ça vous fait une belle jambe ! (et ça n’arrange pas l’autre !).

Tandis qu’un permis accepté, tout promoteur sensé signerait pour l’avoir en 4 mois au lieu de 3… 🙂 Du moment que la réponse est oui !

Et, au niveau des délais, tant qu’à y être, faisons semblant d’oublier ensemble tous les délais cachés avec ces magnifiques commissions d’étude ou d’avant-projet, non officielles mais quasi universelles.
Ces instances illégales mais contre lesquelles les pouvoirs publics ne font rien (sauf quelques gros yeux de circonstance médiatique ?) et qui font que les projets se font amputer (en termes d’emprise ou de hauteur) sous couvert qualitatif souvent peu évident ou, même, se voient décerner un avis défavorable signifiant qu’un dépôt de permis se traduirait automatiquement par un refus.

Magnifique traduction démocratique du droit des sols et de la qualité urbaine réunis… 🙁

Le tout avec la bénédiction implicite de l’état qui accepte des PLU en régression et dont les préfets ne font jamais les gros yeux aux maires réticents ou ayant instauré des instances illicites (ils n’ont pas pris de cours de regard mention gros yeux ? 😉 ).

CRO va sans doute devoir s’acheter une mallette maquillage avec Rimmel et faux-cils ?

Histoire d’être crédible… 🙂

Et on ralentit le tempo…

C’est sûr. Avec une telle volonté d’accélérer, on ne peut pas être à fond tout le temps. 🙂

Et « The fabulous plan de relance » dont l’inénarrable et ineffable (de la Fontaine, remember ?) Juju from Normandie nous disait dès la fin avril qu’il travaillait déjà sur un plan de relance de secteur, ce fameux plan de relance, donc, reste toujours à découvrir.

Accessoirement, il reste aussi à le voter (avant fin décembre avec la loi de finances pour 2021).

Conséquemment encore, à le mettre en œuvre (à partir de janvier).

Et enfin, à en voir les premiers effets. Les effets du logis, ce serait sympa ! 🙂

On y est quasiment…  😉 pendant que le secteur économique est en apnée prolongée et que seuls ceux qui ont de très gros poumons en sortiront indemnes.
Ou avec de gros bleus (à l’âme, au minimum) ?

Ah Emma, on aimerait presque t’adjoindre un deuxième prénom de circonstance : Tom.

Emma Tom, ça sonne tellement bien… 😉

C’est marrant la relativité appliquée aux plans d’urgence, pas vrai ?

Préférer ressusciter les morts que soigner les blessés, c’est une méthode ambitieuse… et étonnante ! 🙂

Un plan en gestation ? Ou en gesticulation ?

Voyons, voyons… un peu de calcul mental pour le logement.

Avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre, décembre : 9 mois !

9 mois entre le top départ et l’arrivée !

Neuf mois pour le neuf !

Ah…….. c’est pas vraiment rapide, mais ça explique tout ! C’était fait exprès !
Le projet de plan de relance !

Rien de tel qu’une grossesse bien menée pour que le petit soit en bonne santé.

C’est que ce n’est pas à la portée de tout le monde, ça, hein ! 😉

Y penser, c’est déjà fort, mais être capable de le mettre au monde, c’est carrément inouï !!!
CRO fort, quoi ! 🙂

Grossesse de Monsieur CRO, alias CROssesse
Le syndrome du kangourou, c’est CRO banal ! 😉

En même temps, une gestation assumée, ce n’est pas non plus un gage absolu de réussite…

Mais c’est toujours mieux qu’une énième gesticulation médiatique… ou qu’une grossesse nerveuse ? 🙂

Bon, retour au calme et gardons nos nerfs.
Le plan est en gestation, c’est une sacrée bonne nouvelle en soi, non ? 😉
Pour ceux qui auraient pu en douter !

 

Et pour les autres ?
Bonne semaine aussi ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *