Location : honoraires ou honos rares ?

Actualités de l'immobilier 2 commentaires

crockybalboaC’est magnifique les vacances !

Enfin, surtout pour ceux qui ne sont pas partis…
Les autres ont tout raté 🙁 (sauf leurs vacances ?)

Ces merveilleux textes immobiliers, en direct live, sexy à souhait, qui nous ont extirpés de la torpeur de l’été…

Avec une pensée particulière pour ce 1er Août historique, pour ses deux décrets et son arrêté, tous vaillamment parus au Journal Officiel du 6 Août.

Ah, la luxuriance de la prose officielle. Quel contraste avec le désert budgétaire !

 

L’immense déception que voilà. Désillusion, quand tu nous tiens…
(et si seulement tu voulais bien nous lâcher 😉 )

Malgré une certaine expérience, je fais encore semblant de croire que les lois doivent régler plus de problèmes qu’elles n’en créent.

Une certaine philosophie simpliste, lointainement inspirée de la théorie du choc de simplification que nous sommes supposés avoir ressenti ces derniers mois.

Mais à cette ALUR là, on n’est pas près d’avoir tout simplifié.

Honoraires de location : la pureté du geste

C’est si beau, la simplification, que c’en devient émouvant.
J’entends déjà le souffle puissant et respectueux de la nation  😉 :

« Je rends ici un hommage vibrant et solennel à tous les agents immobiliers de France qui, dans leur immense bonté et dans un élan sans précédent, ont spontanément consenti à faire un geste sur leurs honoraires.

A tous ces combattants de l’ombre, ces descendants de CRO, ces poilus de 14 (2014  🙂  et pardon aux dames pour les poils) encore tapis dans leur tranchée à guetter le prochain éclat.

Merci pour ce geste de la main, comme une obole que l’on donne du bout des doigts à la sortie de la messe.

Un doigt donneur au moment de la quête, je n’en attendais pas moins de vous !

La patrie reconnaissante à tous les braves tombés au champ donneur ! »

C’est tellement sympa de donner autant (je m’interroge : sans doute le code donneur des agents immobiliers ???) que j’imagine très bien ce style de remerciement de la part de notre ancienne Sinistre du Logement, sinistre car elle a laissé le secteur sinistré bien sûr, comme les champs de bataille de 14 mais avec un siècle de décalage. Le décalage honoraire sans doute ?

Idéologie contre économie.

100 ans de retard dans la posture idéologique, ça ne vous tire pas une petite larme ?
Huuummm, mais faire la une des magazines c’est si bon…

Tiens, j’ai retrouvé pour elle un petit slogan déjà entendu quelque part…
« Le poids des maux. Le choc des faux taux. » 😉

Le plafonnement des honoraires

Le contenu du décret lui-même est moins drôle : Décret n° 2014-890 du 1er Août 2014

Force doit de toute façon rester à la loi !

CROcky Balboa
CROcky Balboa : « J’emplafonne le premier qui manque de respect aux plafonds ! »

Le décret concerne ainsi quatre prestations classiquement associées à la location :

  • l’organisation des visites locatives,
  • la constitution du dossier locataire,
  • la rédaction du bail,
  • et l’établissement de l’état des lieux d’entrée.

Le décret est en lui-même facile à lire et à comprendre.
Il prévoit pour les 3 premières prestations, comme l’explique l’article de PAP paru le même jour que le décret,  3 niveaux d’honoraires TTC différents correspondant aux 3 zones définies :

  1. la zone A bis (voir notre récent article) : 12 euros par m² habitable
  2.  la zone correspondant aux villes soumises à la taxe sur les logements vacants (sauf les villes de la zone Abis) : 10 euros par m² habitable
  3.  le reste du territoire : 8 euros par m² habitable

Concernant l’état des lieux, un seul tarif est valable partout : 3 euros par mètre carré habitable (en plus des 8, 10 ou 12 euros, soit 11, 13 ou 15 euros selon l’endroit).

Du coup, le calcul est assez simple, une petite multiplication à la portée de chacun, dont le premier mérite sera peut-être finalement d’harmoniser les tarifs et d’aplanir les réactions d’humeur entre candidats locataires et professionnels ? A voir.

La location en version meublée dans les remous de la loi ALUR

Voyez vous, je ne l’avais pas noté tout seul mais Optireal a attiré mon attention sur  un article de Direct Gestion assez fouillé.
Ô joie, ô bonheur, celui-ci m’a appris que la loi ALUR – indépendamment du plafonnement des honoraires de location – mettait également le bazar dans la location en meublé.

Vous vous rendez compte, on n’a même pas réussi à sauver les meubles !
Heureusement qu’on a encore droit au loyer. Enfin, jusqu’ici…. 🙂

Sur le fond, je laisse les spécialistes du secteur découvrir le détail du contexte législatif propre à la location meublée et l’apport de ce qui est fort affablement décrit dans l’article comme « un important toilettage« ….

Ca nous évitera peut-être un texte de loi sur les toilettes ? 😉

 

Allez, soyons sérieux (mais pas trop longtemps, svp), c’est bientôt la rentrée après tout !

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Location : honoraires ou honos rares ? »

  1. Je crois que nous sommes tous un peu au bout du rouleau et qu’on ne supporte plus cet archaïsme qu’est l’administration Française et les pseudo chefs que sont ces politiques. Ils veulent tout régir, mais ne savent même pas diriger leur service, être efficace, faire des économies et nous obligent à tenir leur système à bout de bras. Je ne les supporte plus…
    Une fois dis, on va l’appliquer cette mesure mais à mon avis ce sera la seule. Elle va aboutir à un alourdissement des frais de gestion de ces studios car prendre 200€ ht pour 16h de travail en moyenne pour faire une location…c’est pas rentable…donc le propriétaire paiera plus pendant un temps puis vendra.. et il y aura moins d’offres de studios à louer. C’est le sens de l’histoire, prenons en acte. Ce n’est pas trop grave sauf pour les propriétaires de studios et les étudiants qui refuseront la co-location…mais cela ils s’en foutent enfin …s’ils l’ont envisagé.
    EN tous cas merci et bravo pour tes billets qui se multiplient, je suppose que tu as le temps d’écrire en ce moment…A+
    Stéphane

  2. @ Stéphane : le problème de la sphère étatique et politique au sens large (je mets tout le monde dans le même sac pour simplifier) c’est qu’elle est extrêmement éloignée des réalités de terrain, économiques ou psychologiques. En fait nous ne sommes pas gouvernés par tel ou tel, mais par des valeurs comme idéologie, conservatisme, manque d’imagination etc… Comme si on pouvait changer la tendance lourde et le cours des évènements en se contentant de tisanes et de bonnes paroles. En étant optimiste, on peut toujours espérer qu’il y en ait qui en soient conscients et qui se réveillent ?
    Pour mon emploi du temps, je reste à un article par semaine sur le blog, et les journées font toujours 24 h ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *