Liberté ? Bon sang, mais c’est bien sûr !

Billets d'humeur 1 commentaire

croculafashionEt dire qu’il y en a qui se font du mauvais sang !

Alors que tout est si simple dans la vie.

Une fois qu’on a compris que pratiquement rien ne va comme il devrait….

Bon, du coup, il vaut mieux se la jouer libéré et vaguement détaché des choses de ce monde.

Avec ce zeste d’insouciance britannique qui pourrait faire dire à un promoteur immobilier désabusé que la force est tentée par le côté obscur mais que le vampire contre-attaque ? 😉

De quoi défriser certains, je l’avoue, mais tant que les chauves sourient…. l’espoir est permis ! (de construire ?) 🙂

 

Il y a des jours comme ça, où l’on n’a pas envie d’être sérieux.

Je sais, c’est pitoyable, pathétique, honteux. Mais c’est comme ça.

Pas sérieux du tout même. 🙂

Je me demande quelle mouche me pique.
A moins que je ne me sois fait mordre ? 😉

Vous êtes prévenus…. Aïe (ou ail ?).

La vampirisation de la liberté de construire

A force de devoir courber l’échine et ployer le dos sous le fardeau des réglementations et des abus de position dominante, on finit immanquablement  à quatre pattes Carpathes !

La preuve ? Lisez plutôt ce dialogue (vaguement imaginaire, certes 🙂 ) :

CRO : Pardon Monsieur, je cherche mon chemin dans cette obscurité. A qui ai-je l’honneur ?

CROcula : Appelez moi Vlad de Valachie et ne me confondez avec mon cousin émigré russe en Espagne, Vlad y Vostok, s’il vous plaît. Mon petit nom, c’est CROcula, pour les intimes.

Et vous même ?

CRO : CRocula ? C’est marrant ça, moi c’est CRO tout court.

CROcula : crotte ou cours ? Drôle de choix. Pas étonnant que vous soyez perdu !
Donc vous êtes dans le besoin, ou vous y courrez tout droit ?

CRO : c’est ça, j’ai un souci. Je croyais m’être engagé sur la voie de la liberté, mais je ne rencontre que des chemins de traverse.

CROcula : ça n’est pas grave, si vous savez où traverser. Sur les clous peut-être ?

CRO : Non, ce serait du vice de chercher des clous. Je cherche plutôt un mode d’emploi.

CROcula : et de quoi s’agit-il précisément ?

CRO : voilà. Je suis promoteur immobilier dans mon pays et j’ai l’impression de travailler plus de la moitié de mon temps pour résoudre des complications inutiles. Vous vous rendez compte : 50 pour cent de mon temps !

CROcula : hou, je vois, 50 pur sang, c’est intéressant ce que vous dites…

CRO : alors, je me demandais si vous pourriez m’aider à y voir plus clair, trouver une solution, quoi !

CROcula : ça tombe bien, j’aime bien soulager mes crocs, heu les CROs, dans l’embarras…

CRO : c’est vrai quoi, vous trouvez normal, vous, qu’on nous demande de faire du logement

(CRO est interrompu par CROcula)

CROcula : chez nous on préfère les châteaux ; je peux vous inviter à y prendre l’apéritif d’ailleurs ! Ce soir….

CRO : non, mais le logement, il faut le faire à la fois beau, social, abordable, libre, performant, pas cher, accessible, en quantité mais pas n’importe où, pour les gens mais pas à côté de chez eux, en respectant les règles de la construction et en supportant l’arbitraire du seigneur local.

CROcula : merveilleux, merveilleux, mais c’est exactement comme pour nos châteaux du XVème siècle ! Et vous vous plaignez de vos seigneurs ?

CRO : ben, c’est que chez nous on est en démocratie. Enfin, je crois ? Officiellement, en tout cas !

CROcula : mais c’est quoi, ce concept ? Des mots que rassis ?

CRO : vous avez quand même un sacré accent. Il faudrait peut-être arrêter de rouler les R. Vous êtes sûrs de ne pas être gêné par vos ratiches qui dépassent, là ?
Donc, la démocratie, c’est quand tous les hommes et les femmes ont les mêmes droits et devoirs et doivent respecter des lois faites pour le bien commun. Ensemble.

CROcula : en sang bleu ? Mais vous m’intéressez de plus en plus !

CRO : bon, alors, vous avez une solution ?

CROcula : mais bien sûr, suivez moi au château. On va se payer un pinte de bon sang, en sang bleu. Je vous apprendrai à être plus mordant pour réussir dans vos entreprises !

CRO : à la bonne heure, me voilà tout ragaillardi. Je commençais à me faire du mauvais sang !

liberté de construire en voie de vampirisation
CROcula : « non, non, ne vous faites surtout pas de mauvais sang. Ce n’est bon pour personne. Héhéhé… » .

La morale de l’histoire

Quand la morale est parfois immorale, comment garder le moral ?

Bah, faites comme CRO : si vous êtes mordu (d’immobilier) vous finirez par retrouver le mordant nécessaire. C’est contagieux, il paraît…

Et tant qu’à être vampirisé par les pouvoirs publics, autant avoir la dent dure avec eux de temps en temps…
Héhé….

Vlad des bonnes résolutions, pas vrai ?

 

Allez, bonne semaine et sang rancune ! 😉

Une réflexion sur « Liberté ? Bon sang, mais c’est bien sûr ! »

  1. Vous avez une façon bien particulière d’expliquer les choses, ce qui j’avoue m’aide à mieux les comprendre. Merci pour cette légèreté pour nous initier au sujet qu’est l’immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *