Les paroles s’envolent et les aigris restent ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

C’est très bien de parler. Et c’est mieux de très bien parler.

D’abord, ça fait du bien à la langue, la sienne, et aux oreilles, celles des autres.

Ceux que l’on voudrait tenter de convaincre.

Mais entre parler et donner sa parole, la nuance est d’importance.

Tout est dans la nuance, d’ailleurs ; pour la relance, prenez les 50 nuances d’aigris par exemple.

Vous ne voyez pas la relance ? 🙂 C’est à cause de la nuit.

Hé bien, la nuit tous les chats sont aigris, et donner sa langue au chat est donc un sacré pari. Voire même un risque.

Celui de ne pas voir pour le logement l’avenir en rose. Plutôt en gris ?

Langue au chat ? 😉

 

Le ministre a parlé. Si, si.

Bon, en même temps, il n’a rien dit. Si, si. 🙂

Mais, en tout cas, c’est rose ; car l’aigri n’est pas tendance. Officiellement, hein ! 😉

La communication est ainsi un art difficile ; occuper la scène et faire croire que le spectacle change la réalité.

Un vrai boulot d’illusionniste !

L’illusion de l’allusion ?

Résumons nous : dans une interview à un grand quotidien national (dont le nom donne envie de le répéter plusieurs fois 😉 ), Julien Denormandie, ministre du logement en exercice (mais il fait aussi ses devoirs, c’est un garçon sérieux… 🙂 ), professe benoîtement quelques banalités confondantes de vacuité périphérique.

Aborder des thèmes sans forcément en maîtriser la profondeur ou la cohérence.

Un peu comme un enfant de chœur qui manierait l’encensoir en espérant une manifestation divine digne des stratagèmes de nos grands auteurs classiques.

Vous vous rappelez du « Deus ex machina » ?

Ouais, hé bien là, la machine est grippée et Deus n’est pas encore arrivé.

S’il vient un jour ? 🙂

Dis, il a du jus, Juju ?

Vient un moment où les fadaises amusent ou irritent, suivant l’humeur du moment…

Parions ensemble sur « amusent » , histoire de se moquer gentiment ! Entre nous seulement. 😉
Comme d’hab !

Goliath : t’as entendu le ministre du logement ? C’est mon idole ! Il est trop fort ! Il cause, mais il cause…

David : il cause mais tique…

Goliath : quoi, « cause mais tique » ?

David : cosmétique, ce n’est que de la cosmétique, du blabla, du flan, du vent, quoi !

Goliath : non mais, t’es fou de mal parler comme ça ! Il a dit : « La priorité de ce gouvernement est de protéger les emplois » . C’est bien, non ?

David : ahahah, ouais, il a dit… T’as qu’à lire le communiqué de la Fédération Française du Bâtiment ; ils débordent d’enthousiasme chez les constructeurs !

Goliath : ah ? Pour de bon ?

David : mais bien sûr, aussi sûr que 3 et 3 font 2 !

Goliath : mais non, il en manque là !

David : c’est ça, tu vois, t’as compris !

Goliath : et il a même ajouté : « Nous voulons à tout prix éviter un trou d’air à l’automne dans la construction » . Alors, ça te la coupe, là, hein ?

David : pour le coup, il a raison. C’est pas un trou d’air qu’il va avoir ! Mais un trou bien plus consistant que ça, bien réel. L’air, c’est ce qu’il brasse. La réalité, c’est plus concret !

Goliath : non mais là, c’est pas possible, tu ne l’aimes vraiment pas ! C’est du parti pris !

David : mais non, je te promets que je l’aimais bien — par principe – au début. Je pensais qu’il avait peut-être la carrure. Genre Viking bien élevé au beurre de Normandie survitaminé, tu vois ?

Goliath : ah, carrément…

David : ben oui, faut dire qu’après Mézard, c’était pas trop difficile de faire plus physique comme occupation de la scène…

Goliath : tu vois bien, il ya pire !

David : oui, mais dans des temps difficiles, il faut beaucoup mieux que des machines à discours ou à interviews. Il faut de la compétence, de l’initiative, de l’audace, du courage, des c…… (convictions, quoi… 🙂 )

Goliath : bref, il n’y a pas grand chose qui trouve grâce à tes yeux !

David : ben, pour l’instant non, on perd un temps fou et il n’y a rien sur la table. A part des mots pour des maux. A mots couverts, certes.

Goliath : et tu ne crois pas qu’il peut s’améliorer ?

David : le meilleur est peut-être pour la fin. Mais comme la fin est proche pour certains, il faudrait accélérer très très vite et très très fortement. Le temps joue contre l’emploi. Comme certains ministres qui semblent aussi à contre-emploi… dans la distribution des rôles. 🙂

Goliath : regarde, il a des idées quand même ; il a dit « je veux être autant le ministre de la rénovation que de la construction » .

David : ummpfff, ne me fais pas rire, je crains les chatouilles ! Autant ou aussi peu ??? Tu as vu la gamelle que vont se prendre les chiffres de la construction neuve ? Et il veut suivre le même chemin pour la rénovation ? Ca promet comme ambition !

Goliath : mais enfin, il est plein de bonne volonté. Il a dit « Il nous faut soutenir à la fois l’offre et la demande. Cela passe aussi par un soutien à l’accession à la propriété ou la mobilisation des outils de politique fiscale, comme le Denormandie dans l’ancien » . Alors, tu réponds quoi, gros malin ?

David : alors ? Il a dit… Mais qu’a-t-il fait récemment pour contrer les effets de la crise sur ces thèmes pour le temps qui vient ? Rien. Et le Denormandie dans l’ancien est un flop retentissant. Vouloir revitaliser des villes moyennes sans dynamisme démographique ou économique, ça ne peut pas faire des volumes. Faire plaisir aux maires, oui, mais des volumes, non !

Goliath : mais y a pas besoin de relancer tant que ça, ça va venir naturellement. Il a dit « la dynamique avant la crise sanitaire était positive et les signaux étaient au vert » .

David : arrête, tu me fais mal au ventre à force de rire ! Regarde le communiqué de la FPI, ils sont aussi joyeux que la FFB !

Goliath : mais c’est déjà reparti. Ecoute, il a dit « La reprise de l’activité est aujourd’hui clairement au rendez-vous. Les entreprises du bâtiment ont cette envie de reprise et les Français aussi » .

David : ouah, c’est plus de l’air brassé ni du vent, là, c’est au moins la Tramontane ! C’est pour ça qu’il ne fait rien ! Parce que tout va bien !

Goliath : mais il a tout fait pour ! Regarde un peu ces mesures punchy : « la prolongation des décisions inédites que nous avons prises pendant le confinement comme la dématérialisation des actes notariés et des assemblées générales de copropriété » .

David : aïe, mes côtes ! Elles se gondolent toutes seules ! J’économise un voyage à Venise ! Il est merveilleux ton ministre !

Goliath : euh, non c’est le tien !

David : oh, merde, c’est vrai. Mauvaise pioche… Tu imagines un peu la portée de la dématérialisation des actes et des AG de copro sur la reprise et le CA des entreprises ? C’est très exactement zéro ! Il se gargarise ton ministre !

Goliath : euh, non, c’est le tien !

David : oh purée, j’arrive pas à m’y faire !

Goliath : et il est visionnaire en plus. Ecoute : « La numérisation et la simplification de l’instruction des permis de construire doivent être accélérées. J’ai demandé à mon ministère d’accompagner toutes les collectivités locales qui le souhaitent pour qu’elles soient en mesure, dans les faits, d’être prêtes avant » .

David : oui, oui, il a des visions. Et il entend des voix. Sauf que pour les permis de construire, la numérisation (dépôt, instruction) était prévue pour 2021 et ils l’ont repoussée à 2022. Et maintenant il veut le réaccélérer ? Et uniquement avec les mairies volontaires ? Je vais me faire pipi dessus avec tes couillonnades !

Goliath : euh, pas les miennes !

David : oui, je sais, c’est mon ministre ! Dis, tu sais que les maires ne veulent pas de la numérisation pour la plupart ? Ils assimilent ça à de la perte de pouvoir et de maîtrise du processus. Et à quoi sert la numérisation, si on ne règle pas le problème plus lancinant des commissions illégales d’avant-projet et la décision finale arbitraire de l’élu local ? Du pipeau, tout ça, mon Goliath !

Goliath : mais il saura convaincre les maires, le ministre, il est trop fort ! Ecoute encore ça, quand on lui demande si  la crise sanitaire a modifié sa vision de la ville : « ces villes de taille moyenne qui doivent être renforcées pour devenir de nouvelles centralités » . Ca, c’est de l’anticipation, hein ?

David : c’est sûr que c’est violent comme vision. Mais non, triple buse, il utilise le pseudo désir de campagne pour justifier son Denormandie et l’abandon de toute ambition sur le neuf et les zones tendues puisque l’échec y est retentissant ! Détourner son regard … c’est une stratégie simpliste en matière de com et sans effet sur la réalité.

Goliath : t’es vraiment pas accommodant. Pourtant, il essaie d’aider du mieux qu’il peut. Ecoute là aussi : « J’en appelle à la responsabilité des banques pour qu’elles accompagnent les Français dans leurs projets immobiliers » .

David : ça, c’est de la décision ! Ouarf… mais pour une fois le diagnostic est juste. Les banques ont la solidarité restrictive. Faut dire aussi que quand tu leur dis « aider la reprise » elles comprennent qu’il faut les aider à réparer leur bas de laine qui s’effiloche ! La communication, c’est subtil… Parfois.

Goliath : t’es vraiment négatif comme garçon, il est ministre quand même ! Et il a tout plein de gens dans son cabinet qui préparent un plan de relance, il l’a dit !

David : ok, admettons que dans son cabinet il ne prépare pas la même chose que moi dans le mien. Admettons… Mais merde, quoi, il faudrait quand même qu’il en sorte quelque chose ! Digne d’intérêt, je veux dire.

Goliath : alors, le secteur est dans le besoin, le ministre mobilise son cabinet et toi tu pars en chasse ? Pas cool…

David : mais qu’est ce que tu es con, Goliath ! Ca te sert à quoi d’être aussi fort ? En apparence… 😉

Le monde d’après en marche avant ?

C’est tellement difficile de ne pas se fier aux apparences. Surtout véhiculées par les voies naturelles officielles. 😉

Heureusement tout le monde a cru comprendre que le monde d’après devrait être très différent du monde d’avant. Ouf.

Et Oui.

Ou le monde d’apprêt par rapport au monde d’à vent ? 🙂

Mais pourquoi faut-il qu’il y ait toujours autant de malentendus entre émetteur et récepteur ?
L’oral, ô désespoir, ô vrai yes ennemi… 😉

Comment donc échapper à pareille infamie ?

Evitons donc l’hypocrisie, cette maladie si banale et si ancienne que des générations de CRO la sentent à des lieues à la ronde… 🙂

Comme l’arrière grand tonton trisaïeul de tous les enfants de la tribu des CROsmétiques, alias HypCROcrite !

HypCROcrite, le CRO hypocrite
Vous aimez les fleurs? Hum… c’est beau les fleurs… Et ça sent bon !

Monsieur le Ministre, tous les vents ne sont pas forcément favorables, surtout ceux – imaginaires – d’une communication langue de bois tournant le dos aux fondamentaux de la réalité et de la recherche de solutions d’avenir.

Et si la marche avant était une option enfin envisageable ?
Reconstruire au lieu de faire semblant.
Parce que le point mort ne servira collectivement même pas à assurer nos arrières.

Et une illusion de com en rose ne fera que des aigris.

Courage, bougeons ! 🙂

Il est un peu long cet article de blog… Mais, vous êtes toujours là ??? 🙂
Merci !

 

Et bonne semaine à tous les aigris !
Et aux autres. Ne soyons pas mesquins… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *