Le chantier du travail à la carte….

Actualités de l'immobilier, Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

crorestoLe travail à la carte, tout le monde connaît le concept.

C’est quand on peut choisir son activité ou la tâche à accomplir.

Mais la carte au travail, c’est juste le contraire et c’est nouveau, au moins sur les chantiers du bâtiment.

Là, c’est la tâche qui vous a choisi et il faut prouver que c’est bien vous qui devez l’exécuter.

Pan ! Entre les deux yeux ! Comme tout contrat qui s’honore ! 😉

C’est ça le principe de la nouvelle carte d’identification professionnelle du BTP.

Pour que les tueurs aient des gages, il faut que les employeurs du bâtiment sachent aussi en donner…. 🙂

 

Le casque, les chaussures de sécurité et… la carte !

Pas celle du jeu des 7 familles ou du tarot.

Pas non plus question de jouer à bataille, ni de tirer les cartes ou au flan, d’ailleurs.

Ni d’acheter un GPS. Dans la construction, la carte, c’est plus moderne. 🙂

Symbole du renouveau de la vie des chantiers qui s’enrichit d’un ingrédient incontournable.

Une carte ! Mais pas n’importe laquelle….

Descendre les escaliers « carte à carte » ?

Il arrive parfois sur certains chantiers que des ouvriers détalent comme des lapins.
Sûrement le fruit d’une certaine incompréhension ? 😉
(d’où l’expression CROmignonne « on y perd son lapin »  ).

Il faut dire qu’avec des métiers aussi physiques, il faut bien vérifier de temps en temps son aptitude au sprint. 🙂

Plus sérieusement, certains intervenants – souvent des sous-sous-sous traitants inconnus de l’architecte et du maître d’ouvrage – peuvent prendre peur quand ils pensent qu’une visite de l’inspection du travail accompagnée de la police ou de la gendarmerie est en cours.

On est si craintif quand on a été timide au point de ne pas se signaler officiellement….. 😉

Et comme personne – à part l’administration – n’avait jusque là les moyens légaux – bien que légitimes – de contraindre les intervenants à se présenter, la vie des chantiers conservait ce caractère incertain, champêtre et bucolique d’une promenade en terrain inconnu.

Mais maintenant, tout a changé – côté discipline – avec la carte : « Carte à vous….. fixe !  » .

Descendre un escalier « Quatre à quatre » va donc être remplacé par « carte à carte ».

Moins rapide, mais plus sûr ! 🙂

Du menu à la carte…

Le décret n° 2016-175 du 22 Février 2016 (paru au JO du 23 Février) est une suite logique de la Loi Macron dans le cadre de la lutte contre le travail illégal et la fraude au détachement (détachement = salariés étrangers détachés en France le temps d’un chantier).

Parce que, être décontracté c’est bien, mais faussement détaché c’est mal ! 🙂

Et surtout, ça peut faire très mal aux tricheurs.

Car ce fameux décret donne le feu vert à la mise en place d’un dispositif enfin obligatoire : la carte d’identification des professionnels du BTP.

Mieux que la carte à puces, la carte à tiques éthique ! Et toc !
Car cette carte va clouer le bec aux margoulins de tout poil qui vont y laisser des plumes.

Imaginez un peu : la carte va comprendre (entre autres informations) le nom, le prénom et la photo du salarié, le nom et le SIREN de la société employeur, un QR code pour aider à l’identification, la date de délivrance de la carte et son numéro…

Pour peu qu’une appli soit prévue, on pourra peut-être vérifier illico en scannant le QR Code si le quidam en face de soi est bien celui qu’il prétend être, trombinoscope à l’appui.
Car le salarié est maintenant tenu de présenter sa carte à première demande du maître d’ouvrage !

Le passage du Moyen Age à celui de Big Brother….

Ou le choix d’un restaurant pour lequel vous devez trancher entre deux formules :

  • la vieille, avec le menu du jour,
  • ou la nouvelle, à la carte !

Vous préfèreriez laquelle, vous ?

CRO, en tout cas, avec sa sagesse populaire innée 😉 , a déjà fait son choix…..

croresto
A la carte ! C’est vraiment le pied, ça !

C’est comme ça avec les gens simples, leur enthousiasme est sans nuances…. 😉

Et à la carte au trésor ?

C’est un peu le risque.

Il n’y a a priori que des avantages à traquer la magouille institutionnalisée, ce que la carte va contribuer à faire, et qui mérite donc l’appui de tous les acteurs responsables de la filière construction.

Mais, l’expérience rendant méfiant,  il faudra juste veiller à ce que les motifs invoqués par l’administration ne soient pas surinterprétés au point de conduire à certains dérapages ou excès de zèle.

Parce que la perspective de casser du maître d’ouvrage ou de faire rentrer beaucoup d’argent dans les caisses de l’état (la carte au trésor ?) peut se révéler un incitatif pernicieux.

De fait, la loi prévoit des sanctions renforcées pour lutter contre la fraude au travail dissimulé ou au détachement de salariés étrangers illicite.

Les maîtres d’ouvrages peuvent ainsi être condamnés solidairement avec les employeurs des salariés en cause (ou avec leur cocontractant)  au paiement des indemnités, rémunérations, impôts, taxes, charges, cotisations sociales, qui seraient dues.

Ce qui peut s’interpréter de deux manières, éventuellement cumulables :

1- un maître d’ouvrage complice de pratiques illégales doit être mis dans le même sac que l’entreprise qui n’est pas en règle. D’accord. Ca peut motiver la maîtrise d’ouvrage sur le chemin de la vertu.

2- c’est si pratique d’impliquer de manière financière systématique un maître d’ouvrage car cela fait un débiteur solvable de plus, au cas où l’entreprise serait défaillante. Heu… quelles que soient les circonstances ?

Le tout sera donc de surveiller que le zèle administratif se fasse à bon escient et que la sanction soit équilibrée en ne frappant que les fraudeurs patentés (parce que pas tentés, hein, faut pas rêver pour tout le monde ! 🙂 ) et pas les maîtres d’ouvrages de bonne foi.

Dans un souci de rentabilité à la logique voisine de la pratique des radars sur certaines de nos routes ? 😉

 

De toute façon, c’est toujours bien d’avoir une carte de plus dans son jeu !
Pas vrai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *