L’affable de la fable ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur 2 commentaires

Il faut toujours se méfier des gentils.

Car ils ne peuvent pas forcément l’être autant qu’ils le prétendent. Ou le souhaitent.

Il faut souvent se méfier des méchants, car la bonté n’est pas leur fonds de commerce.

Il faut fréquemment se méfier des postures, car elles masquent parfois l’imposture.

Une fois qu’on a dit ça, on est bien avancés ! 🙂

Mais alors, un ministre apparemment gentil pourrait-il assumer de méchants arbitrages ?
Ou traquer une pseudo rente ?

C’est comme ça que ça marche dans le logement ???

Mais non, c’est une fable ! 😉

 

Nous vivons une époque formidable.

Il ne faut rien prendre au premier degré mais décoder en permanence.

Et se comporter en conséquence.

Gros niais ou grogner ?

Question de tempérament, bien entendu ! 🙂

Petite séance de décodage appliqué.

L’impression laissée par les comportements récents de la sphère logement ?

Quand on parle entre pros, on a un sentiment mitigé sur la météo du secteur.

Du côté du ministère en charge du logement, manifestement, on ne veut pas casser la machine mais on est sous le joug de Bercy et on n’a pas spécialement les faveurs du pouvoir…

On utilise donc ce qui est gratuit (la consultation) qui permettra peut-être d’avoir quelques bonnes idées qui ne coûteront rien ou pas grand chose.

Au pire, on se donnera bonne conscience en prétendant avoir consulté large (on fera semblant, quoi, comme avant…).

Et on commence à diffuser des messages sur la poursuite du Pinel, mais leur teneur laisse fortement à penser que la très probable prolongation (on évitera au moins les pénalties… 😉 ) ne se fera pas à avantages constants.
Pour préparer les esprits ?

C’est là que les politiques sont de vrais autistes.
On ne peut pas préparer les esprits des investisseurs.
Et les professionnels n’ont pas la main.
Inutile donc de faire dans la psycho de petit niveau.

En revanche, Cécile Duflot a déjà amplement montré ce qui ne marchait pas.
Et le reprofilage du dispositif Pinel a permis aux ventes de décoller.

C’est simple. N’oublions jamais en effet que ce sont les clients qui décident.
Et ils ne font leurs emplettes que s’ils y trouvent leur compte.

Car on ne parle pas là d’un achat de pacotille ; l’immobilier est ce qu’il y a de plus coûteux dans une vie.

Donc, revoir le Pinel ou le PTZ à la baisse, c’est la quasi certitude de flinguer plusieurs milliers (ou dizaines de milliers) de logements selon la vigueur imbécile du coup de rabot envisagé, alors que le PTZ coûte très peu et que le Pinel rapporte largement plus à l’état que ce qu’il dépense….

Une politique de gribouille, des mesures en trompe-l’œil et un impact négatif en termes d’emploi comme pour les comptes de la nation, c’est l’horizon flou actuel des réflexions.

A moins que les quelques semaines qui nous séparent des arbitrages « définitifs » du projet de Loi de Finances ne permettent aux théoriciens hors-sol (politiques comme administration) de se débarrasser des réflexes dogmatiques en retrouvant le goût du réel et une lucidité de bon aloi.

Ce à quoi nous les engageons vivement.

Ce serait… fabuleux ? 😉

Contes et mécomptes du logement

En repensant à cette histoire de consultation initiée par le gouvernement, je me disais qu’on nous racontait sans doute une histoire.

Et comme j’aime bien les histoires, j’ai fouillé mon grenier.
Et en cherchant bien, j’ai retrouvé un vieux carnet CRO poussiéreux contenant plusieurs récits d’époque. 😉

Leur auteur présumé ?
Un certain Olaf Ontaime (avec un prénom comme ça, sûrement un CRO Norvégien ! 😉 )

Leur forme ? Des fables, dont certaines qu’on voudrait vraiment nous faire avaler comme autant de couleuvres.

Bref, des Fables d’Olaf ONTAIME…. en version Les Murs ont des Orteils ! 🙂

Et un premier titre : LA RENTE, LE RABOT ET LA SAIGNEE

(Pour une parfaite compréhension de ce qui suit, l’intendant des logis pourrait être un ministre chargé du logement, les cousins les pros de l’immo et le voisin, un CRO fort ordinaire, quoiqu’ impertinent… 🙂 )

 

L’intendant des logis à la bouche mielleuse

S’enquérait un matin de l’avis du voisin.

Pensez vous, mon ami, qu’à ces lointains cousins,

L’heur d’une consultation paraisse moelleuse ?

Mais que oui, mon bon monsieur, car à tout prendre,

Le sort qui les guette est meilleur que se pendre.

Donner son conseil flatte tant l’amour propre,

Que ces manants inquiets, promus savants d’un jour,

D’un tour de cochon par nature malpropre,

Voudront ignorer jusqu’aux funestes contours.

Que me chantez vous là, mon ami, le rabot ?

Le rabot aussi, et la rente immobilière !

Celle que chante en radio le héraut Castaner !

Ce chant désespéré qui semble si (ra)beau ?

Celui-là même que sciures comme copeaux

Rendent si noble à nos doctes médecins

Qu’ils en usent comme de slips et de drapeaux.

De culottes, vraiment ? Ou d’étendards malsains ?

Je ne sais, Intendant, l’humeur de votre dessein.

Economies culottées aux dépens du bien ?

Le faux raisonnement de Bercy faire sien ?

Tailler dans le vif à la faveur de blanc-seings ?

Oser penser qu’en donnant moins on reçoit plus ?

Ou qu’un air de rien vaille mieux qu’un emprunt russe ?

Et faire l’autruche, avantage fort tactique ?

Tête creuse dans le sable et séant offert,

Au bon vouloir de rencontres ou courants d’air ?

Etrange vue en vérité, cette pratique…

Mais non, mon bon ami, que chantez vous donc là ?

Nos meilleurs chirurgiens à point pour tout soigner,

Sans poudre de Perlimpinpin, ni coup d’éclat.

Et ce fabuleux remède, c’est la saignée !

 

La saignée préhisto
« Aahh, je suis sûr que vous avez moins la pression, là !  » . « Arrrghh…. » .

Bon sang, mais c’est bien sûr !

Et dire qu’on s’inquiétait !

Et quand on n’aura plus du tout la pression, on sera guéri ? 🙂

Mais pourquoi fabuler ?

On est d’accord, je vous dois une explication.

Il y a des moments comme ça, où des évènements se croisent, sans lien évident entre eux.

Cette semaine, c’était Erik Orsenna, qui me parlait en radio de La Fontaine.

Suivi de près du Sieur Castaner, interrogé sur F….. I…. , commettant une fois de plus, en qualité de porte-parole du gouvernement, l’argumentaire simpliste de la « rente immobilière » par opposition à l’épargne mobilière que les pouvoirs publics veulent orienter vers les entreprises.

Vous dire que cela m’a énervé ? Non.

Ca m’horripile. Je ne supporte pas ce genre de propos aussi faux que faux-cul.

Je ne doute pas que « Rente immobilière » soit un élément de langage très facile à valoriser pour disqualifier un secteur d’activité spontanément peu populaire.

Mais quand c’est pour faire croire que les valeurs mobilières, sorties de l’ISF, permettront d’orienter l’épargne vers les entreprises…

Comment vous dire : dans nos métiers de promotion immobilière, nous nous battons tous les jours pour convaincre des gens de nous vendre leur terrain, puis des maires de signer des permis.

Puis c’est l’appel d’offres et le chantier. 12 à 18 mois de chantier avec des ouvriers qui triment par tous les temps et qui méritent bien leur salaire. Et paient des charges sociales. Et participent à générer une activité économique très significative.
Rente ? Ou travail ?

Et quand les acquéreurs et investisseurs – au-delà de l’intérêt fiscal du moment – empruntent sur 20 ou 25 ans pour se constituer un patrimoine ?
Rente ? Ou prise de risque personnelle ?

Et quand je compare aux golden boys et autres métiers de la finance, où les arbitrages en temps réel initiés par des logiciels ont pour objectif principal de donner du rendement sur des bases pour le moins artificielles, je me demande vraiment où le rapport au réel est le plus grand et où la rente se niche (fiscale ? 🙂 ).

Le faux-nez de l’orientation de l’épargne vers les entreprises est finalement un peu court… et masque peut-être d’autres attendus.

Bref, quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage.

Et quand on a une idée fortement en tête, on utilise tous les artefacts pour lui donner corps.
Donc : on fabule….

Et on donne des idées à ceux qu’on énerve le matin dans leur salle de bains.  🙂

Nous aussi, on peut se mettre à fabuler !

 

A part ça, j’espère que la petite fable aura contribué à vous détendre !
Bonne semaine à tous ! 🙂

2 thoughts on “L’affable de la fable ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *