La Valls des ministres du logement ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

cropflerMais c’est quoi ça ?

Encore un changement de ministre du logement ?

C’est plus de la Valls, c’est du Rock & Roll ! Ou du Swing ?

Bon, d’accord…. au moment où j’écris, ce n’est guère plus qu’une rumeur.

Mais quand vous lirez, ce sera bien autre chose : une baudruche dégonflée (la rumeur, hein, pas la ministre, ne me faites pas avoir d’ennuis 😉 ) ou… la triste réalité. Pour elle.

Comme un destin sur le fil du rasoir, hésitant entre science fiction et séance friction. 🙂

 

C’est en lisant quelques lignes comme celles de  cet article du Moniteur que j’ai pris conscience du risque collectif encouru.

Pauvres de nous, nous risquerions d’être privés de ministre du logement !

Affligeante perspective, chagrin insoutenable, insondable perplexité. 🙂

La douleur m’envahit 😉 . Par anticipation et solidarité.

Devenir orphelins, alors que Manu et Sylvia faisaient de leur mieux pour rendre une esquisse de sourire à leurs enfants naturels, à peine débarrassés de la marâtre précédente ?

Ben zut alors ! 🙁

Un petit peu de science fiction adaptée au logement ?

J’adore ce genre de nouvelles. Parce qu’elles n’en sont pas vraiment.

Ce qui laisse libre cours à toutes les interprétations et la bride sur le cou à toutes les ressources de notre imagination féconde (oui, au féminin, quoiqu’au masculin, l’appréciation serait assez souvent justifiée en ce qui me concerne 😉 ).

Finalement, c’est ça le plus intéressant.
Pas que l’information se révèle exacte ou soit déjà enterrée en tant que rumeur, mais l’étendue de l’univers des possibles et des questionnements qu’elle peut soulever.

A la limite de la science fiction.

La cause du ramdam dans la sphère du logement

C’est à se faire pipi de rire dessus.  Le Président des Radicaux de Gauche a menacé de retenir sa respiration jusqu’à ce que Manuel Valls soit plus gentil avec lui.
On se croirait revenus dans une cour de récré.

valls&pinelJ’exagère un peu, mais c’est l’idée du caca nerveux en question (séquence pipi caca en cours).
Et il brandit l’arme atomique : la fâcherie et le retrait de ses ministres du gouvernement. Houlala…..

Pour ceux qui croyaient que Sylvia avait fait une bêtise dans la cour des grands, mauvaise pioche.

Elle n’y est pour rien, la pauvrette ! De toute façon, elle ne peut pas y être pour grand chose. Par définition.

Quand elle est arrivée tout le monde a dit qu’elle n’y connaissait rien (et c’était vrai), ce qui ne l’a pas empêchée de prendre le train en marche…

La conséquence potentielle

De deux choses l’une. Si on fait crédit à des ministres initialement incompétents et interchangeables de réussir, c’est que :

  1. soit on fait semblant de croire qu’ils ont réussi mais que ce n’est en fait pas le cas
  2. soit que les progrès du secteur ne leur sont en fait pas directement imputables

N’oublions jamais qu’autour de chaque ministre il y a un cabinet qui travaille et qu’au-dessus il y a le premier ministre et ses collaborateurs.

Soyons donc logiques : si quelqu’un sans qualification particulière peut arriver à prendre le train en marche sans dommages, il peut donc le quitter sans peine ? (enfin, pour lui on ne sait pas, mais pour les autres ou pour le secteur d’activité, ça paraît évident 😉 ).

De toute façon, ce ne sont pas les passagers d’un train qui modifient sa destination. Même quand ils ont envie de se faire un rail !  🙂

Formons quand même, par solidarité de place, un voeu collectif en faveur de la stabilité de l’exécutif, pour contrer la colère du président du PRG :

Ô Sylvia, résiste au funeste mandarin,
Celui qui prétend te dicter sa loi d’airain.
Montre lui ta fierté, rebelle mandarine,
Et accélère fort pour passer à l’orange
Pressée de rester, fais lui un beau zeste étrange…
L’honneur courroucé d’une ministre sanguine.

De toute façon, toute cette histoire d’agrumes n’est pas l’enjeu principal.
Ca ne sert qu’à nous bourrer le pamplemousse…

Vu que le détournement de train (comme celui de ministre) est quelque chose de très difficile à faire, la logique de l’interchangeabilité des personnes peut continuer de prospérer, sans crainte de perte de matière ou de continuité, contrairement à ce que tente de nous faire parfois croire la petite musique médiatique.

Et de toute façon, pour la musique, vaut mieux être pro.
Et, pour favoriser l’évolution rapide du paysage, choisir un rythme assez tonique. Genre rois du swing ?

Ou Sultans du Swing ? 😉

Les sultans du swing politique
Les Sultans du Swing, c’est connu depuis longtemps avec Mark CROpfler et Dire Straits !   😉

Visez moi un peu le modèle de guitare d’époque….

La conclusion

Mais on s’en fout de la séquence fébrilité !
Les mini drames du monde politique ne nous intéressent pas.

Les postures, les froncements de sourcils, les menaces, les petites manoeuvres n’ont d’intérêt que pour les vieux routiers de la politique. Ceux qui ont un siècle de retard.
Pour l’immensité de la population, la réalité est tout autre.

L’écume des vagues en bord de plage n’effraie que ceux qui ont peur de se mouiller les pieds. Ou (à la rigueur) les orteils… 🙂
Pour ceux qui naviguent déjà en haute mer, le spectacle est ridicule.

On s’occupera des requins plus tard, pour l’instant ça ne sent que la crevette…

 

Allez, je retourne écouter de la musique. Et de la guitare électrique, pas du pipeau !  😉

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *