La rentrée du logement en (petits) chiffres ?

Actualités de l'immobilier Laisser un commentaire

En attendant le contenu du plan de relance pour le logement, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

Et quand on peut peu, c’est qu’on peut pas mieux. 🙂

C’est ce que les chiffres de juillet semblent indiquer en tout cas.

Globalement, le secteur de la construction neuve n’est pas dans une forme folichonne. 🙁

Mais comment pourrait-il en être autrement après un confinement de deux mois.
Pour viser le haut niveau, il faut un entraînement soutenu.

Et plusieurs mois d’oisiveté, ça vous flingue le planning des performances athlétiques estivales  !

Vivement la rentrée ? 🙂

 

Les statistiques sont impitoyables. A cause des commentaires.

Parce que des chiffres nus, tout seuls, dans leur coin, ça ne fait pas de mal ! 🙂

Mais dès que les gens s’en emparent pour leur faire dire ce qui les arrange, là ils deviennent plus bavards.

Et potentiellement désagréables ! 😉

Des petits chiffres en grand nombre ?

Pas d’embellie sur le secteur pour l’instant.
Un article du Figaro fait le point sur les chiffres du mois de juillet pour la construction neuve.

Quel intérêt que les chiffres de juillet ?

Aucun. Sauf qu’ils viennent après ceux de juin et que ce sont les plus récents que l’on ait. 🙂

Strictement aucun intérêt donc, d’autant qu’ils viennent conforter davantage ce que l’on savait déjà : l’offre est en panne sèche.
Vivement la pluie. 🙂

Pour résumer la situation :

  • moins de 400 000 logements autorisés sur 12 mois (394 100 plus précisément)
  • et moins de 375 000 pour les logements commencés (374 700)

On est là en présence de chiffres à la fois rikiki et en régression.
L’humilité est source de remise en cause et de performances futures… 😉

Mais juillet quand même ?

Quoi juillet ? Il a fait beau, c’est déjà ça ! Que voulez vous de plus ?

Connaître l’originalité des chiffres de ce mois ?

OK, mais à vos risques et périls : car il y a quelque chose de très embêtant avec les chiffres de juillet.

Parce que – entre nous – le fait que les chiffres de la construction soient mous du genou depuis quelque temps, on le savait déjà.
Et que la performance immédiate post confinement ne soit pas au rendez-vous, on arrivait aussi à le comprendre. 🙂

Mais juillet venant après juin et juin après la sortie de confinement, on pouvait penser que la machine à produire des permis aurait enfin recommencé à cracher du volume.

Imaginez un peu : les services instructeurs remis au boulot et en pleine forme (pas trop surmenés depuis le début de l’année) et les conseils municipaux tous réinstallés depuis juin => tous les feux étaient au vert pour qu’on nous exhume des tombereaux de permis de construire avec un effet retard de déstockage de ouf !

Ben… comment dire… la France est un grand et beau pays. 🙂

On a donc eu droit à une petite surprise ! Les bookmakers ont raté leur anticipation : pas d’effet rattrapage pour les permis de construire (les logements autorisés).

En comparant juillet 2020 à juillet 2019, petite douche froide : 15 900 logements collectifs au lieu de 24 300 un an plus tôt (soit – 8 400 ou -34.6%). Aïe !

Et le même exercice pour toute la construction neuve : 29 100 contre 38 100 (– 9 000 ou -23.6 %). Pareil, aïe.

Bref, le moins que l’on puisse dire c’est que le redémarrage n’est pas fulgurant du côté des décideurs de l’urbanisme local et opérationnel… dont le soutien moral et médiatique est totalement acquis, bien sûr… entre deux signatures de refus de permis de construire.

C’est tellement bon de se sentir sincèrement désiré ! 🙂

Mais, euh, et on fait quoi alors ?

Super simple : on attend. On le fait tellement bien. 🙂

On attend les statistiques d’août d’ici 1 mois, et on attend aussi le plan de relance (dès cette semaine en principe).

Et on croise les doigts (y compris les doigts de pied, orteils obligent ! 😉 ) pour que les signaux s’améliorent.

Parce que, si les logements commencés d’aujourd’hui (en décroissance) dépendent des permis d’hier, on voit bien que les faiblichons permis d’aujourd’hui ne vont pas nourrir beaucoup de chantiers demain.

Et si on part du principe que le plan de relance doit créer les permis de demain, on est déjà en train de parler (par ellipses certes) des chantiers d’après demain.

Ce qui va créer un joli trou d’air bien évident en 2021 pour les entreprises du bâtiment.

Et pour les statistiques futures.

A moins d’envisager de survitaminer les acteurs du logement neuf pour en faire des gros balèzes ? 😉

Des costauds rapides et increvables ? Des guerriers de l’improbable ?

Mais voilà une tâche sur-mesure pour les technos CROs. 🙂
Leur incroyable maîtrise des exCROsquelettes les désigne à coup sûr pour pareille mission !

exosquelette à la sauce CRO
Allez, chiche ! On passe la surmultipliée ?

Ah oui ! La surmultipliée ! Mais bien sûr ! 🙂

Si on multiplie les chiffres, on améliore mécaniquement les scores !

Il suffisait d’y penser ! Bon, oubliez tout ce qu’on vient de se dire. C’est résolu ! 😉

Jusqu’au mois prochain en tout cas… 🙂
En espérant que les permis de construire soient à nouveau instruits et accordés en grand nombre ?

C’est ça ! Soyons fous ! 😉

 

Et puisque l’espoir fait vivre, espérez le meilleur pour cette rentrée. 🙂
On a déjà eu un échantillon du pire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *