La peau (cata)lytique du logement ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

Mince, alors ! On n’arrête pas de nous parler de Jupiter.

Mais c’est Midas qui s’y colle !

Si, si, vous savez, les pros du pot ! Catalytique…

OK, on passe donc d’un dieu à un roi, c’est moins glamour.
Même avec du sang bleu. 😉

Et – en matière de transformation logement – on glisse de cataclysmique à catalytique.

Mais des pros du pot aux pros de la peau, y a pas loin !

Car faire la peau au logement sans être pris la main dans le pot, c’est délicat…. 😉

 

Question transformation sociétale, on a compris le message.

Tout le monde a appris un jour – au détour d’un cours de chimie depuis longtemps oublié 🙂 – qu’un catalyseur était destiné à accélérer une transformation chimique sans apparaître dans le bilan réactionnel.

Efficace mais neutre, quoi ! Idéal pour la politique du logement !

Ni vu ni connu, j’t’embrouille… 🙂

Bon sang, c’est trop fort ! Moi aussi j’en veux de la catalyse !

Transformation maîtrisée ou navigation à vue ?

Entre pragmatisme et bricolage, la frontière est parfois mince.

D’autant que le pragmatisme est théoriquement opposé au dogmatisme.

Là, on mélange tout. Chimie et physique.

Sorte de réaction en chaîne(s) pour maillons faibles présumés ?

Donc, on mélange :

  • Un dogmatisme ou une orthodoxie budgétaire consistant à rechercher des économies tous azimuts. Midas aime l’or, c’est bien connu. Et l’argent aussi.
    C’est donc – et de très très loin – l’axe fondateur de l’action gouvernementale. Tout le reste n’est que moyens ou prétextes à son service.
  • Dans cet esprit, la volonté d’enlever à ce secteur de l’économie – le logement –  jugé nuisible (puisqu’il coûte cher et qu’il recèle des wagons de rentiers) toute béquille budgétaire à terme le plus rapproché possible.
  • Des éléments de langage choisis et martelés pour donner consistance et crédibilité à des approches simplistes (rente, IFI, argent vers les entreprises…).
  • Une précaution minimale de sauvegarde des éléments de ce Meccano qui créent malgré tout de la valeur et donc de l’activité et de l’emploi (Pinel, PTZ, au nom du principe de réalité).
  • Une capacité d’adaptation de la trajectoire et des mesures à la marge, en fonction des réactions ou des effets secondaires qui n’auraient pas été anticipés.
  • Et on touille !

Et avec un peu de pot, on espère un effet catalytique !
Après dissipation des fumées médiatiques ? 😉

Sacré Midas. CQFD… 🙂

J’irai revoir Denormandie…

Le secrétaire d’Etat à la cohésion des territoires s’est fait rentrer dans l’Etat le tas… au congrès des HLM.

Pour une fois qu’un politique ne disait pas « P’tet ben qu’oui, p’tet ben qu’non«  , c’est pas de pot !
(n’est pas Midas qui veut… 😉 )

Le mérite de son intervention – courageuse au plan personnel au demeurant – c’est que tout le monde a maintenant compris à travers sa réponse de non Normand que l’Etat ne veut pas ou plus servir de vache à lait à l’immobilier (argument à 2 balles car l’immobilier rapporte plus qu’il ne coûte, mais quand on ne veut regarder que les dépenses… il est tentant de vouloir les diminuer et de raconter pour les foules ignorantes une autre version de l’histoire).
Même quand il s’agit de l’immobilier social ou supposé tel.

C’est peut-être pour ça qu’on en dit pis que pendre ? 🙂

Bref, le secrétaire d’Etat – pris entre mamelles et gamelle – fait maintenant dans la pédagogie et explique ses positions point par point.

Mais chacun de ces points n’est jamais qu’un détail (plus ou moins important) dont on ne sait toujours pas dans quel tout il s’inscrit.

Pas de vision globale ni de projet affirmé, ce qui revient à dire que soit il n’y en a pas, soit il est en l’état et pour l’instant inavouable.

Sinon, avec la maîtrise sémantique qui caractérise les nouvelles générations de communicants politiques, il y a longtemps qu’on aurait eu droit à la description du projet et à ses déclinaisons en actions et en sous-objectifs, etc…
Tandis que là, on prend mesure technique par mesure technique, au fil de l’eau, et on adapte ou modifie en tant que de besoin.

Ceci ne veut pas dire que tout soit négatif, loin de là.
Mais il y a un manque de cohérence et d’ambition qualitative.

Et, bien sûr, on nous vend ces modifications comme une souplesse d’adaptation au réel (ce qui n’est pas totalement faux et c’est encore une chance) alors que c’est le geste premier qui était une erreur.
En ce sens, par exemple, l’aller-retour sur les 5 euros d’APL ou l’assouplissement en faveur d’une période de transition sur le PTZ en zones B2 et C annoncé cette semaine par le Président.

Mais pourquoi donc y a-t-il toujours des bandes de Schtroumpfs CROmiques ?
Qui nous prennent pour des bleus ?

Schtroumpf grognon en mode CRO
Je sens que je vais plutôt me transformer en Schtroumpf CROgnon, moi….

Heureusement pour nous, il paraît qu’une Loi Logement verra le jour en Février 2018. Sans rire.

Ah, mais une vraie loi, avec une vision, complète, lucide, innovante, courageuse et cohérente ?

Meuh oui…. 🙂 La vache, on en frémit déjà !

HLM ou Hasch, elle aime ?

Faut arrêter un peu avec la fumette…

Tout le monde est paumé.
Avec toute cette herbe, on finit par brouter.

Alors, on les aime ou pas les HLM ?

Dans la mesure où « qui aime bien, châtie bien  » , il semblerait qu’on les adore au niveau de la sphère Etatique !

Et quand l’Etat tique, c’est une sangsue… 😉

A la hauteur du porte-feuille en tout cas.

Ce qui n’emporte hélas rien sur la modification de la manière de créer et de gérer l’offre de logements locatifs en faveur des publics les moins fortunés…

Nous en reparlerons très bientôt !

Entre nous bien sûr, mais au fond… 🙂

C’est curieux la chimie, mais la physique c’est étonnant aussi, car…

 

On sait très bien que l’argent est un excellent conducteur électrique.
Mais quand le seul fil conducteur est l’argent, ne tend-on pas à s’isoler ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *