La mauvaise réputation du permis de construire

Billets d'humeur Laisser un commentaire

decronneurLe délit de sale gueule est-il réservé aux humains ?

Non, non, je n’ai pas dit aux promoteurs ! Aux ZU-MAINS !

Manquerait plus que ça : considérer qu’un promoteur est un humain ordinaire, tiens….

Alors qu’ils sont bien pires ! 😉

La preuve : ils s’intéressent de très près au permis de construire.

Et ça, franchement, c’est pas joli joli.

Parce que le permis de construire, c’est carrément pas fréquentable

Mais on a les amis qu’on peut ! Et la mauvaise réputation qu’on mérite… 🙂

 

De là à considérer que le permis de construire souffre parfois d’un délit de sale gueule, il y a un pas vite franchi.

Et quand on a les orteils toniques, un pas c’est vite fait. 🙂

Même à pas de loup, en mode discrétion maximale…  Comme d’hab, quoi ! 😉

Le permis de construire en conditionnelle ?

C’est quand même vraiment super bizarre un permis de construire.

On vous dit que c’est permis. Et ça, c’est plutôt un bon point.

Et ça s’appelle une autorisation d’urbanisme.

Mais on vous la donne souvent avec remords ou regrets, un peu comme si vous ne la méritiez pas.

Un passe-droit républicain pour bonne conduite, mais sous surveillance, comme un délinquant récidiviste faisant l’objet d’un sursis.

J’ai d’ailleurs souvent l’impression que c’est plutôt, dans l’esprit de certains, une non interdiction de construire plutôt que quelque chose qui relève de la notion de permis.

Un droit républicain en négatif, en quelque sorte.

Une indication quand même : ce fameux sésame après lequel les promoteurs et les architectes courent toute leur vie s’appelle très officiellement un arrêté de permis de construire.

Question : si on l’a arrêté, c’est bien qu’il avait bravé un interdit ou qu’il avait fait une c*nnerie, non ?

Réponse : mais non ! A moins que ?
Toujours est-il que le législateur repentant s’est ensuite dit qu’il fallait rétablir l’équilibre entre les plateaux de la balance.

Il a donc pensé à libérer le suspect.
Parce qu’il n’est pas prouvé que construire soit totalement coupable.
En démocratie au moins.

Donc, on le libère, ce qui fait que quand vous avez un permis de construire c’est que le Maire vous a délivré un arrêté de permis de construire.
C’est comme ça qu’on dit.

Faut dire, construire c’est suspect.
Donc on s’en méfie.
Donc on coffre (enfin, surtout les maçons).
Puis on décoffre. Pour un permis en béton. 😉
Et donc on libère, parce que condamner sans preuve, en démocratie, c’est pas terrible non plus.

Et on aboutit enfin à la délivrance du permis de construire…..

Ahhhhh, la délivrance…. Comme ça fait du bien ! 🙂

Permis de construire : y a-t-il vraiment un loup ?

Un loup, un loup, tout de suite les grands mots.

Le permis de construire est un droit clairement identifié.

Donc, il n’y a absolument aucun doute sur le principe.

Dans la pratique, en revanche, on peut se poser quelques petites questions quand on réfléchit un tant soit peu à certains travers.

Comme ces sujets de doutes, dont nous avions déjà parlé ici.

Ou avoir aussi quelques incertitudes sur le caractère définitif d’une autorisation d’urbanisme arrachée de haute lutte, déjà moquée par là.

Mais sinon, qu’il me soit permis de penser que tout va bien. Ou presque… 🙁

Renoncer à l’idée de liberté de penser sans entraves et avaler de ci de là quelques couleuvres pour obtenir son arrêté de permis de construire, est-ce si grave ?

Et de toute façon, quel est l’arrêté qui ne mérite pas de chaînes ? 😉

Alors, de là à parler de loup…
Non, ce qu’il faut éviter, c’est de faire le CRO inconséquent et de titiller inutilement la bête ! 🙂

decronneur
Attention CRO, ne jamais prendre un loup (même un CRO loup) pour une truffe !!!

Bien sûr, cet article n’est pas précisément de nature scientifique, ni d’une pureté linguistique inattaquable.

Mais j’ai dans un coin du cerveau l’idée que le vocabulaire, le choix des mots, n’est pas toujours innocent ou sans incidences sur le réel.

Arrêté et délivré, c’est quand même une petite histoire de délinquance…
Je comprends mieux la réputation des promoteurs ! 😉
Mais une histoire qui se finit bien !  🙂
(quand on obtient son permis ; mais ça, c’est encore une toute autre histoire…)

 

Et par chez vous, un petit sentiment sur la personnalité profonde du permis de construire ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *