L’aventure de l’accession à la propriété

Accession à la propriété 12 commentaires

éolienneL’aventure, c’est ce souffle épique (épique et colégram) qui parcourt l’échine de tout candidat au saut dans l’inconnu.

Une chevauchée fantastique qui amène Mr et Mme Tout le monde aux confins de territoires splendidement ignorés jusque là. Avec l’angoisse qui perle et la montée d’adrénaline qui surgit au détour du plan de financement !

Ah, l’accession à la propriété, c’est vraiment une des dernières aventures des temps modernes, un peu comme un roman de Cervantès remis au goût du jour.

Enfin, d’un certain jour…

Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’éolienne de l’accroche visuelle, l’accession à la propriété ça n’est pas que du vent. Bien au contraire, et cela demande à la fois du bon sens et beaucoup de méthode.
Une fois les bases posées, tout devient plus simple et plus facile à réaliser par étapes.

Bienvenue dans l’arène, la corrida peut commencer !

A la croisée des (multiples) chemins

Le parcours de l’accédant en herbe dans le neuf est avant tout un chemin. Et même un cheminement de la pensée, avec en filigrane de nombreuses questions.
A traiter à la manière d’un algorithme ?

Le parcours de l'accédant à la propriété
Des modes à l’abri de l’effet de mode ? Les classiques de l’accession !

On peut ainsi multiplier les clés d’entrée (ville, campagne, accession sociale, parking, transports…) mais les principales tiennent quand même au choix de rester locataire (ou de devenir propriétaire), au type d’habitat que l’on souhaite (en maison ou en appartement), au mode de réalisation et au mode de financement.

  • Appartement ou maison : êtes vous urbain ou campagne ? Privilégiez vous la proximité avec votre lieu de travail, quels sont les projets familiaux et quel est le type d’habitat qui en découle ?
  • Acheter ou faire construire : si vous êtes plutôt appartement, il vous faudra l’acheter en VEFA ou achevé auprès d’un promoteur immobilier. Si vous avez fait le choix de la maison, il est également possible de contacter un promoteur mais vous avez aussi la capacité à réserver un terrain et à y faire construire. Plusieurs méthodes : sélectionner un constructeur de maisons individuelles ou faire directement appel à des entreprises du bâtiment, seul ou avec l’aide d’un architecte
  • Emprunter : pas besoin de vous faire un dessin ? (mince, trop tard ! 🙂 ) C’est hélas un mal nécessaire pour la plupart des pauvres mortels ! Il vous faudra optimiser votre plan de financement et sélectionner un établissement financier pour obtenir ce fameux crédit immobilier.

Je ne saurais trop vous inciter à :

  1. mettre sur le papier les critères qui ont une réelle importance pour vous et ceux qui sont plus secondaires
  2. et à les classer par ordre de priorité.

Car il est très probable qu’au moment de la décision, il faille sacrifier ou renoncer à l’un des souhaits idéaux de départ (situation, surface, orientation, étage, vue, quartier, prix etc…).

Autant le savoir et s’y préparer sereinement pour éviter de se battre contre le vent et ses alliés….  😉

Combattre les moulins à vent ?

L’importance de la méthode, avec la définition de vos priorités et la résolution point par point des difficultés de chaque étape, est essentielle dans la réussite de votre projet immobilier.
Cela évitera de donner l’impression de brasser du vent ou de se battre contre des moulins à vent.

En effet, n’est pas Don Quichotte qui veut.

Car aller se battre contre les moulins à vent et en sortir indemne (ou presque) relève d’une inconscience calculée et assumée. Or tout le monde n’a pas la chevaleresque stature de Don CROchotte de la Mancha (air) ! Ni la même capacité à affronter l’improbable.
Enfin, il me semble….

don CROchotte
Don CROchotte chargeant les moulins (bien) avant. Image d’anticipation !

Bien sûr, il y a un léger anachronisme, mais les familiers de CRO ne lui en voudront pas. Ils sont vraiment farceurs les moulins du 21 ème siècle !


Vous en pensez quoi de la décomposition du parcours de l’accédant en priorités et étapes. Logique ?

12 réflexions au sujet de « L’aventure de l’accession à la propriété »

  1. Quelle plume !
    Voici encore une fois de très bon conseils et illustrés de manière fort sympathique. Mais s’il est facile d’entendre ces conseils encore faut il réussir à se résoudre au compromis…qui plus est pour l’achat d’une vie.
    J’ai moi même perdu un temps précieux en écoutant pas l’avis unanime des pros de l’immobilier qui m’expliquaient qu’avec mon budget il fallait revoir mes exigences à la baisse.

  2. Et comment s’est finie votre histoire ? Par un compromis ou un renoncement ? Ou un succès aux forceps ?

  3. :). Sinon, les étapes lors de l’acquisition d’un bien, on est toujours obligé d’y passer. Parfois, il y a un bien qui sort du lot et qui semble réunir (presque) tous les critères que l’on s’était fixé. Alors il faut aussi savoir réagir vite pour bien se positionner. Dans l’immobilier, une transaction peut se conclure avec des durées très variables !

  4. Bonjour,
    Nous avons signé un contrat préliminaire à un contrat de location accession et pour valider nous avons versé au notaire la somme de 3 000 € correspondant à la moitié des frais de notaire pour l’achat.
    J’ai une interrogation concernant la redevance part achat ; celle-ci n’est que 60 € alors qu’autour de moi les personnes dans le même type de procédure « cotisent » 200 €.
    Comment se fait ce calcul ?
    Concernant l’exonération de taxe foncière, si nous levons l’option d’achat en fin d’année (novembre ou décembre) cela compte déjà comme 1 année d’exonération ?
    Quant à la levée d’option, quel délai semble raisonnable afin que les impôts ne requalifient pas comme achat « pur » ?
    Peut-on ne faire la remise des clés qu’après la levée des réserves ?
    Merci pour toutes vos réponses.
    Cordialement

  5. @ Franceschi : le calcul est fait par le vendeur qui calibre la redevance globale pour qu’elle soit attractive d’une part et permette de proposer une mensualité de prêt décente d’autre part (la banque partenaire doit proposer une mensualité de remboursement de crédit qui ne soit pas supérieure à la redevance).
    Le point de départ de l’exonération est l’achèvement de l’immeuble (en gros : la livraison).
    Pour les impôts, la réponse est délicate, il faudrait le leur demander ! 🙂 Plus sérieusement, il faut sans doute plusieurs mois, mais combien ?
    Quant à la remise des clés, non, c’est le vendeur qui vous convoque à la livraison et la remise des clés a lieu à cette occasion là, puisque par définition c’est au moment de la livraison qu’on fait l’état des lieux et qu’on note les réserves à lever. Qui sont donc levées après la livraison.

  6. Bonjour.
    Je viens vers vous car nous sommes perdus par rapport au remboursement du différentiel de TVA.
    Nous souhaiterions vendre notre bien que nous avons acheté en location accession via le dispositif Plsa. Acte notarié le 2 juillet 2010.
    Nous avons contacté Rennes Métropole et les impôts par rapport au différentiel de tva. On nous a transmis les conditions en cas d’exonération. La naissance d’un enfant en fait partie mais on ne connais pas le délai et personne n’est capable de nous répondre. Nous avons eu un deuxième enfant né en avril 2012 et on voulait savoir si cette naissance pouvait influencer cette exonération ? Merci pour votre retour. Bonne soirée à vous. Sonia

  7. Bonjour Marc,

    Vous avez effectivement une très belle plume ! Ce qui m’a interpellé dans votre article est la notion de « sacrifier ou renoncer à l’un des souhaits idéaux de départ (situation, surface, orientation, étage, vue, quartier, prix etc…). »

    Force d’expérience, nous nous retrouvons souvent confrontés à cette situation. Les futurs propriétaires souhaitent construire la maison dont ils ont toujours rêvé. Mais la réalité est souvent bien différente. Il est donc important de s’y préparer en amont et de faire l’état des lieux des points sur lesquels il serait possible de faire quelques concessions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *