L’art du camouflage des logements neufs

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

cromoufleAh…… quelle résurrection !

Après la génération X, la Y et la Z, voilà la génération spontanée !

Pas une génération de mouflets « web native », non, non, une génération spontanée !

Le genre qui dit bonjour sans qu’on le lui demande et qui crée des logements neufs sans en avoir l’air.

Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir.

Nos statisticiens d’état font des logements sans le vouloir.

Heu… Sur ordre ? 🙂

 

 

Je suis béat d’admiration.
B.A. est d’ailleurs le mot juste, car c’est vraiment une bonne action de remonter le moral des troupes comme ça !

Pour les gens qui ont l’esprit mal tourné, on arrive quand même à douter de la réalité des chiffres.

On se serait trompé jusque là ? Et maintenant on serait bon ?

Avec les mêmes professeurs Tournesol à la calculette avant et après ?
S’ils sont intelligents et compétents, c’est quoi le truc ? Ils tapent avec des moufles ?

Ca y est, je sens que j’ai envie de dire des bêtises.
Faut dire aussi, c’est pas moi qui ai commencé ! 😉

Une nouvelle méthode d’estimation pour le nombre de logements

J’avoue humblement que je n’ai pas tout compris. Une fois de plus.
Je commence à en avoir plein le Q.I….

Si j’en crois cet article, avant on comptait, maintenant on estime.

Et ça, c’est déjà un exploit intellectuel très estimable… 😉

Donc, si compter était faux, c’est qu’on s’en laissait conter sans compter.
Et qu’on aurait sans doute pu chercher à améliorer la collecte pour avoir une meilleure qualité du décompte.
Du genre les bons décomptes qui font les bons amis.

Et on serait tous restés copains.

Alors que là… on nous parle d’un modèle statistique fiable…. qui va redresser les chiffres en fonction du marc de café, de la bave des crapauds, du taux de testostérone du statisticien, du moral des ménages, des taux d’intérêt et des stocks d’invendus des promoteurs entre autres.

Quand je vois comment la collecte des données auprès des promoteurs fonctionne et les écarts existant entre celles des observatoires du logement de plusieurs régions et les données publiques de la même aire géographique, je ne peux pas m’empêcher d’avoir un doute.

Au moins, le fait de compter avait un avantage, c’est qu’on travaillait sur du réel, à erreur constante, ce qui permettait de considérer (en supposant que la collecte soit imparfaite, ce qui n’est pas sûr) que l’appréciation des variations et des tendances tenait du réel.

Tandis que là, on aura toujours une bonne raison de modifier des paramètres pour justifier qu’il faut ajuster le modèle et on ne saura plus quelle est la bonne mesure.
Celle qui sépare le fantasme de la réalité.

En termes de confiance et de fiabilité en tout cas.

Prendre des gants ou enfiler des moufles ?

C’est la seule et unique question.
Si, si, faites moi confiance, j’ai mis au point un système statistique qui corrige le déficit de confiance ! 🙂

Je pars du principe que pour modifier la méthode ils auraient pu prendre des gants, y aller délicatement. Tandis que là c’est gonflé !

Manquent pas d’air…
Remarquez, avoir l’air et les gants… ça aurait tout de suite fait plus smart !

Mais les Français sont des gorets. Dissimuler des logements, vous imaginez ?
C’est gonflé aussi !

L’art du camouflage porté à son paroxysme !

cromoufle
Une bonne paire de moufles ….. ce n’est pas toujours adapté !!!

Et pour l’état, c’est une provocation.
L’art du cas mouflage, un véritable cas mouflé !

En fait, ce qui perturbe sûrement l’état, c’est qu’en période de basses eaux économiques et de peu de confiance collective, l’écart entre les permis obtenus et les logements mis en chantier s’accroit très sensiblement (et logiquement, sauf pour les psycho rigides des constantes mathématiques).

Et la tentation est grande de remettre en cause le thermomètre.
En changeant de modèle ou en graduant en Fahrenheit ?

Faut dire aussi à la décharge des statisticiens, que prendre la température avec des moufles, ce n’est pas très pratique.
Pour les adultes comme pour les mouflets.
Il faudrait au moins inventer des moufles antidérapantes.

Comme pour notre nouveau système ? Chic alors !

Mais il subsiste un doute dans mon esprit (embrumé et moqueur aujourd’hui, j’en conviens 🙂 ).
Je suppute (en un seul mot, hein) qu’on va bientôt me suggérer que le chef d’état avait acheté une jolie paire de moufles quand il a calculé l’objectif de 500 000 logements !
(gradué en Fahrenheit ?) 😉

Ce qui règlerait tout de suite le problème de la performance !

 

C’est si beau la vérité des données ! Plutôt collecteurs ou redresseurs, les amis ?

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *