Encadrement des loyers : retour gagnant ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

Mais c’est qu’on va finir par y croire ! 😉

L’encadrement des loyers, celui qui s’était fait recadrer par Manu militari, voudrait revenir à la faveur d’un cadrage débordement.

Avec un petit coup de pouce par la grâce d’une décision du Conseil d’Etat…

Enfin, ça, c’est ce que pourrait faire penser une lecture un peu rapide, ou une extrapolation légère, voire abusive, de l’info brute.

Mais pourquoi tant de brutes d’ailleurs ?

Alors que le monde ne demande qu’à devenir amour et subtilité….

Allons, allons, ne perdons pas espoir, puisqu’il fait vivre !

 

Ah la la, braves gens, c’est qu’il est résistant le concept d’encadrement des loyers !

Comme toutes les mauvaises idées (et les mauvaises herbes), sa simplicité le rend facile à diffuser et – a minima – compréhensible par le plus grand nombre.

Ce qui ne veut pas dire qu’il soit pertinent.

Une ineptie – fut-elle officielle et diffusée par mégaphone – est toujours plus stupide qu’un mot d’esprit ou une idée géniale chuchotés à l’oreille.

Même quand cette idée est toute relative… 😉

La seule différence, c’est sa portée médiatique.

Le principe même de l’encadrement des loyers

Porté par l’inénarrable Cécile Duflot et par l’entremise de sa loi ALUR de 2014, l’encadrement des loyers a conceptuellement vu le jour un peu avant, en 2013.

J’en avais d’ailleurs dit tout le bien que j’en pensais à l’époque. 😉

Et mon avis n’a pas changé sur le fond, un cactus pouvant difficilement muter en orchidée en si peu de temps.

Le temps ayant passé (et le chef de gouvernement ayant changé), le nouveau 1er Ministre de l’époque, Manuel Valls (alias Manu militari en langage CRO) a choisi une nouvelle ministre du logement et la mise au garage du dispositif d’encadrement des loyers (hormis les coups partis de Paris et Lille).

Le tout pour éviter de tuer dans l’œuf la reprise espérée des marchés de l’immobilier (et de l’emploi qui va avec).

On en était là avant que le Conseil d’Etat ne fasse parler de lui… 🙂

Mais que dit le Conseil d’Etat sur les loyers ?

Le Conseil d’Etat n’en fait pas tout un tas…

mais, par sa décision, il remet en Cosse (euh, non, elle on en parle un peu plus loin !) le principe de mise en œuvre expérimentale avancé par Manuel Valls.

Du coup, patatras, le garde-fou provisoire imaginé à la hâte pour contrer l’encadrement des loyers sans désavouer frontalement l’ex Sinistre du Logement vient de sauter. Comme une vulgaire digue.

La digue, la digue… 🙂

Mais une décision ne fait pas toute la chanson et le Conseil d’Etat ne dit pas qu’il faut encadrer partout, juste que la restriction expérimentale n’est pas valide puisque ne découlant pas de la loi elle-même.

Chaque territoire retrouve donc la liberté de réfléchir. En principe.

Et l’actuelle ministre, Mme Cosse (toujours, tu m’intéresses), dans un élan aussi spontané qu’idéologiquement désintéressé, d’en remettre une couche pour faciliter l’émergence de nouvelles zones de loyers sous contrôle.

Elle « invite toutes les agglomérations concernées par la loi Alur, comme le prévoit cette dernière, à la saisir en ce sens d’une demande d’agrément de leurs observatoires locaux des loyers. Elle y donnera suite rapidement afin de mettre en œuvre cette mesure de justice sociale et de régulation du marché locatif » .

C’est beau comme une copie de devoir de maths bien rédigée.
Mais complètement fausse.

D’où la question : comment faire comprendre aux esprits formatés que les contraintes tuent l’investissement et que – sur la durée – c’est l’abondance de biens locatifs qui permet la modération des loyers ?

Alors qu’au contraire, la contrainte suscite la perte de confiance, le désengagement, l’absence de travaux d’entretien et de mise aux normes, voire le retrait d’une partie de l’offre locative (logements vacants).

Même un gosse comprendrait ça.
Mais certains « décideurs » ont du oublier l’enfant qui sommeille en eux.

Peut-être qu’avec un peu plus d’amour et de désintéressement partisan, ils pourraient retrouver cette innocence et cette sincérité ?

Cette spontanéité lucide et cette capacité à voir au-delà de l’affichage de l’avantage corporatiste du moment ?

Mais à qui faire appel pour leur donner tout cet amour ?????

A la déesse de l’amour, bien sûr ! Y a pas mieux !!! 🙂

« Ô ACROdite, déesse de l’amour, penche toi avec générosité sur notre peuplade politique ! « 

Aphrodite en mode CRO préhistorique
« Euh, ça va, là, je suis assez généreuse ??? « 

Hum, c’est limite. Un peu CRO généreux cet amour ! 😉

« J’peux plus l’encadrer » : soyons tolérants !

Au-delà des postures, la réalité du contexte de l’instant fait que les gesticulations et autres déclarations de CDD ministériels n’ont aucune importance.

C’est le résultat des prochaines élections, présidentielles et législatives, qui donnera le la.

Si c’est le statu quo qui prévaut, alors chaque métropole devra se déterminer dans son petit coin… et la décision du Conseil d’Etat leur rend leur liberté d’action.

Une remarque « subtile » 😉 en passant : les métropoles qui ne choisiront pas d’encadrer les loyers auront immanquablement la faveur des investisseurs (très mobiles dans leurs décisions et choix de lieux d’achat), car l‘encadrement des loyers est un marqueur psychologique négatif très visible.

Si, en (signe de….) revanche, le nouveau super héros abroge la loi ou certains de ses aspects comme l’encadrement des loyers, on changera de sujet pour l’avenir ! 🙂

Parce qu’entre nous, continuer à parler d’une mauvaise idée, ce serait vraiment dommage….

 

Encore une fois, c’est le temps qui va tous nous rendre plus intelligents, d’ici 2 à 3 mois ! 🙂

 

Et vous, besoin de beaucoup d’amour pour arriver à encadrer l’encadrement ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *