Echo logis ou écologie ?

Actualités de l'immobilier, Billets d'humeur Laisser un commentaire

Encore un changement de ministre de l’écologie.

Ca, c’est un secteur dynamique, qui bouge même au cœur de l’été.

Alors que l’écho logis ou l’écho des logis, hein, il fait quoi en été ?

Il roupille, en espadrilles à l’ombre d’un palmier.

Quand vous dites écologie, vous entendez quoi ?

Homard, coquillages et crustacés. 😉

Et quand c’est écho logis ? Logis logis logis logis logis…

Logis que ? 🙂

 

C’est vraiment bête un écho. Ca se contente de répéter, de reproduire.

Comme un photocopieur. Ou comme les hoquets d’une politique ou d’une réglementation sans fil conducteur ?

Bref, ça n’invente pas grand chose.

Pince mi pince moi sont dans un bateau

Enfin, pas vraiment dans un bateau, plutôt dans une galère !

Faut dire aussi, aimer le homard, c’est prendre le risque de se faire pincer !

Vaut mieux aimer les escargots. Avec leur maison sur le dos.

Et encore, on en trouverait bien quelques uns pour nous baver dessus !

Bref, l’écologie est un métier à risque quand on est ministre.

Alors que le logement… C’est d’un peinard… Rien ne bouge vraiment. 😉

Pourtant, il va bien falloir que le souci écologique s’empare davantage de la construction neuve !

Tout comme il faudrait qu’il se saisisse sérieusement du stock de logements anciens à remettre à niveau.

Ah, mais si l’écologie s’emmêle, on aura peut-être du spectacle alors ?!

Avec un viking, ce n’est sûrement pas improbable.

Une simple question de temps… 🙂

Nouveau monde & Cie

Se faire mener en bateau est un risque. Une réflexion bateau pareillement.

Car il faut toujours préférer l’original à la copie. 🙂

Ou Copernic et Galilée à l’inquisition, les frères Lumière à l’obscurité, et la sagesse des philosophes à l’obscurantisme.

D’autant qu’avec de bons et courageux bateaux et marins, on peut découvrir d’autres horizons prometteurs !

Et quand la joie de la découverte amène à crier « Terre, terre ! », on est forcément moins amer ! 😉

Plaidons donc pour la découverte et contre la répétition des pratiques éculées et ineptes.

Dont tout le monde reconnaît la complexité et l’inefficacité.

Qui ne semblent pourtant jamais remises en cause. 🙁

Forcément… car au-delà d’une politique générale et de sa ligne directrice, on devrait, pour une réelle remise en cause du modèle,  aborder de nouveaux continents remettant en question des acteurs tellement bien en place et au chaud dans leurs habitudes et leurs chasses gardées…

Je crois entendre d’ici la complainte des mollusques et autres invertébrés marins ! 😉

Coquillages et crustacés… tous collés à leur rocher… pour garder leur pré carré… il ne faut donc rien changer…

Ca nous ferait pourtant des vacances de changer de paysage ! 🙂

Pince ou prince, monseigneur ?

Mais pourquoi donc faut-il en arriver à confondre pince-monseigneur et Prince, mon Seigneur ?

Dans le premier cas on fait sauter chaînes et cadenas, dans le deuxième c’est le maintien des mauvaises habitudes ou privilèges enkystés.

Soyons bons princes et disons le tout net : nous en pinçons pour la pince ! 🙂

C’est CRO bien, une jolie pince ! Surtout quand on s’appelle CROmard !

CRO homard ou CROmard
Aaaah… Ca fait du bien de se sentir compris et soutenu !

C’est sûr, il faut parfois savoir fendre l’armure la carapace pour dire ce qu’on pense ! En mode pince-sans-rire ? 🙂

Echo et vieilles lunes ?

Les vieilles lunes résonnent et raisonnent en écho permanent.

Un peu comme l’écho logique plus fort que l’écologique.

De toute façon, quand les politiques de tous bords pensent avant tout en termes d’alliés ou d’ennemis en vue d’élection ou de réélection, comment leur demander de s’intéresser réellement et d’abord aux idées ?

Car celles qui gouvernent – au moins pour le logement – « le vieux monde » sont de vieilles lunes qui servent depuis des décennies d’alibi à l’immobilisme ou à la réformette périphérique.

Mieux qu’aux vieilles lunes, il faudrait s’intéresser à la course du soleil et à une trajectoire renouvelée porteuse de bon sens et de fluidité, faisant la place belle aux besoins et aux situations des gens que l’on prétend vouloir loger plutôt qu’aux institutions qui ne sont – en principe – que des outils logistiques que l’on finit hélas par traiter comme des finalités ou comme des priorités incontournables (car corps constitués avec des potentiels réels ou supposés d’influence électorale).

D’où la question du jour : quand la logistique, le logis tique ?

A vous de réfléchir au sujet. Relève des copies dans une semaine ? 🙂

Sur la plage, entre coquillages et crustacés, vous aurez bien une minute avant la sieste pour cet exercice d’été ?
D’oreiller ? 😉

 

Enfin… Profitez bien du soleil. Et des homards.
Et à la semaine prochaine !
🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *