CROniques immobilières de Pâques

Billets d'humeur 4 commentaires

cropakAmis lecteurs, je tiens tout de suite à vous rassurer.

Non, le titre d’aujourd’hui n’a rien de tendancieux.
En tout cas pas volontairement. On ne se refait pas… 🙂

Ce n’est tout de même pas de ma faute si CRO s’appelle CRO et pas CHRO. Si ?

Et pas davantage si c’est Pâques !

Et puis, c’est tellement sympa, Pâques, avec toutes ces histoires immobilières (et autres) qu’on peut se raconter entre nous 🙂 .

 

Heureusement que Pâques est enfin là.
Parce que l’air du temps n’est pas jusqu’ici à la gaudriole ni même à la franche poilade.

Certains suggèrent même une ambiance plombée et jurent que le climat des affaires est au point mort. Mort ? Vous êtes sûrs ?

Enfin une excellente nouvelle, Joyeuses Pâques !

Pourquoi Pâques est cadeau ?

Parce que (j’aime bien les paquets cadeau et que) Pâques est une fête emballante ! 😉

Ce qu’elle a de particulier ? La résurrection !

Revenons aux sources : fête païenne (retour de la lumière, célébration du Printemps) et religieuse (la résurrection de Jésus pour les chrétiens), Pâques permet donc les espoirs les plus fous à un marché immobilier moribond, ce qui n’exclut toutefois pas la prudence….. 😉

Mais là, on marche sur des oeufs. A moins que … ?

Les oeufs de Pâques dans l'immobilier
Contrairement aux apparences, il ne faut jamais mettre tous ses oeufs dans le même palmier !
(sagesse CROpulaire)

Mais c’est bien sûr ! Marcher sous des oeufs peut aussi se révéler un chemin agréable pour les gourmands ! 😉

Et avec un peu de chance, vu que les cloches sont de sortie, tous les jeux de mots peuvent mener à Pâques.
Même ceux qui empruntent des raccourcis hasardeux :

  • tiens, pour Jésus : mise en bière, Pâques, résurrection => pack de bière (pour fêter ça)
  • pour les jeux vidéo : arcade, homme, glouton => Pac Man
  • pour les dictons : « Noël en cabane, Pâques aux rabanes » (là on ne sait pas trop où ça vous mène 😉 )
  • ou pour l’humeur du moment : ….. => Pas cool

Etre un peu plus décontracté, c’est conseillé un jour de fête ! 🙂

Les motifs immobiliers objectifs de se réjouir

Raconter des bêtises. C’est sûr que ça peut faire sourire.
Mais pour retrouver la vraie banane sur le front économique, il vaudrait mieux se mettre sous la dent quelques pistes de bonnes nouvelles bien concrètes.

Un petit kit de bonne humeur pascale ?

  • Sylvia Krystel Pinel (NDLR : et zut, je me suis emballé trop vite ! 🙁 ) est la nouvelle ministre du logement.
    Et bien qu’elle ait dit à Cécile Tsunami, en bonne camarade, qu’elle allait finaliser la loi ALUR (les textes d’application restant encore nombreux à publier), elle a néanmoins subtilement ajouté lors d’une récente déclaration une notion de dialogue avec les professionnels et d’équilibre entre social et économique (l’emploi, qui commence à devenir une obsession justifiée…).

Et me voilà soudain en train de fantasmer – sans bien sûr la comparer à Mère Térésa ou à Soeur Emmanuelle (flûte, je rechute ! et en plus je confonds 😉 ) – sur un petit geste de commisération (le Pâques tôle ?) de sa part pour les pauvres pros du secteur.
Rêvons un peu ! 🙂

  • L’ordonnance (allo Docteur, c’est grave ?) du 20 Février sur le logement intermédiaire recèle sans doute encore un peu de potentiel caché.
    En effet, si son versant locatif a été globalement exploré, la dimension accession à la propriété n’a pas encore été développée et reste à définir pour compléter le dispositif. Les professionnels s’y emploient et voudront sans doute prochainement faire des propositions en ce sens au ministère.
    Une bonne surprise à découvrir pour les accédants à la propriété et pour les ventes de logement neuf ? Qui sait ? (mon petit doigt peut-être ? 😉 )
  • Les mesures de simplification et de réduction des coûts de construction dont la plupart devraient sortir avant l’été (on en reparlera)

Et, pour faire bonne mesure, quelques appréciation très subjectives, façon méthode Coué ?
(toujours utile pour renforcer les convictions défaillantes)

  • On est tellement bas que les ventes et le moral ne peuvent que remonter
  • Ils (les politiques) sont tellement bas qu’ils ont forcément envie de remonter (dans les sondages d’opinion) ce qui peut les inciter à voir les choses telles qu’elles sont, en enlevant le filtre dogmatique ?

 

Allez, allez, souriez, les beaux jours approchent et c’est une période plus favorable qui s’ouvre ! Conclusion ?

Bienvenue au Pâquistan !  😉
(quoi, la chute ? Qu’est ce qu’elle a la chute ? Vous en avez de bonnes…. essayez d’en trouver une autre plus de circonstance !)

4 réflexions au sujet de « CROniques immobilières de Pâques »

  1. Bonsoir Marc

    Et la mobilisation du foncier public pour la construction de logements, notamment sociaux ou en accession sociale, savez vous où cela en est ?

    Cela fait maintenant deux ans que l’on dit que des terrains de l’Etat seront cédés pour certains gratuitement ou, du moins, avec une forte décote et je n’ai pas l’impression qu’il y ait eu des avancées.

    Il y a même eu une liste de terrains qui était sortie sur le site du ministère du logement mais elle a vite été retirée

    Merci

  2. @ Pieralex : je ne pense pas qu’il faille attendre grand chose de ce côté là. Les volumes seront faibles et étalés dans le temps. Donc rien de vraiment significatif pour l’emploi ou les volumes de construction dans le neuf.

  3. Bonjour Marc,

    Certains professionnels, comme la fédération des promoteurs-constructeurs, ont demandé récemment la restauration du Pass Foncier.

    A votre avis, est-ce quelque chose d’envisageable sur le plan budgétaire.

    D’autres ont demandé un système de bail emphythéotique pour réduire le prix des logements.

    Avez vous des échos.

    Merci

    Cordialement

  4. @ Pieralex : la FPI n’a pas demandé la restauration du Pass Foncier pour une raison simple. Le Pass Foncier est mort pour raisons budgétaires. Pas tellement à cause de la TVA réduite, ni à cause des subventions obligatoires (quoique modestes) des collectivités locales, mais à cause du financement coûteux en ressources du report du paiement de la part du prix correspondant au foncier. Comme les organismes du 1% construction (ce sont eux qui devaient le porter) sont depuis plusieurs années saignés par l’état sur leur collecte et même sur les retours d’emprunt (au point qu’ils ont du emprunter récemment pour donner l’aumône à l’état) ils ne pouvaient plus suivre. LE Pass Foncier était un produit extraordinaire pour l’acquéreur mais complexe dans son montage et coûteux (au moins pour certains intervenants). Donc exit. En revanche, un système plus simple à tva réduite serait effectivement bienvenu, mais Bercy est une forteresse difficile à convaincre…
    Quant au système de bail emphytéotique, mon avis (qui n’engage que moi de manière fort partiale 😉 ) est le suivant. Le ministère du logement vient de créer le BRI (ou BRILO) http://www.lesmursontdesorteils.com/logement-intermediaire-le-chainon-manquant . Ceci n’est qu’une fumisterie de plus malgré tout ce qu’on veut bien m’expliquer. De fait, il existait déjà le bail emphytéotique et ses déclinaisons, le bail à construction et le bail à réhabilitation. Là on crée le BRILO (youpi, un outil de plus dans la boîte pour le choc de simplification 🙂 ) qui n’est qu’un peaufinage de ces outils et qui ne règle strictement rien sur le fond.
    On nous dit que cela va faire baisser le prix. Ah. Questions : qui va supporter le poids du foncier si le client ne paie que le bâti (je simplifie). Dans le Pass Foncier c’était le 1% construction. Là on va demander à quelques aménageurs ou collectivités de le faire ? Pour quels volumes (ridicules) ? Ce ne sera donc qu’un outil de com pour bobos et de nature expérimentale, car sa reproductibilité vient se fracasser sur une réalité. Quand on dit qu’on va économiser 30 %, c’est donc que 30 % du prix vont devoir être portés par quelqu’un. Dans le Pass Foncier le portage était de 20 à 25 ans, là on parle de durée bien plus longues (jusqu’à 99 ans, mais que sera la durée moyenne : 50 ans ?) donc des encours colossaux si on voulait produire en nombre (ce qui ne sera donc pas possible).
    Autre fumisterie : on parle d’accession à durée limitée. Moi je vois plutôt ça comme une location longue durée puisque à la fin l’ensemble immobilier revient à celui qui porte le foncier. Donc, pas possible de transmettre durablement un patrimoine à ses enfants. Ce n’est ni une bonne affaire (autant rester en location) ni un geste social, juste du foutage de gueule (mais là je suis peut-être un peu cru ? 😉 ). De deux choses l’une, si la durée du bail est longue, le financement du portage sera impossible en volumes (je l’ai déjà dit) et si elle est courte, le temps de rembourser l’emprunt principal et il faudra refaire ses cartons ?
    En résumé, je pense que c’est une usine à gaz totalement à côté de la plaque en termes d’efficacité psychologique, financière et sociale. Une bouse… ( ça défoule 🙂 ).
    J’ai essayé d’éviter la langue de bois Pieralex, j’espère que ça vous va ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *