Coup de froid sur l’immobilier neuf ?

Actualités de l'immobilier 9 commentaires

Refroidissement sur les ventes de logements neufsLa canicule ne sera bientôt plus de saison. Mais ça, les spécialistes de l’immobilier neuf l’ont déjà compris depuis quelque temps.
Il faut dire que les nouvelles sont plutôt fraîches sur le front des ventes, et que – si le marché n’est pas encore gelé – il va falloir se méfier d’une éventuelle tempête de neige. Comme dirait ma grand-mère : « qu’importe le flocon pourvu qu’on ait l’averse ! ».

Et, pour en finir avec les proverbes, rappelons nous ensemble que « là où il y a de la neige, y a pas d’plaisir !« .
A méditer…(à une contrepèterie près)

Voilà, voilà…. l’été n’est pas encore terminé et la rentrée pointe son nez.

Cette année, élections nationales obligent, la rentrée des professionnels sera particulièrement studieuse, voire empreinte d’une certaine tension. Car la loi de Finances pour 2013 définira le nouveau cadre d’intervention, non seulement en termes de masses budgétaires mais surtout en termes de nouvelles règles du jeu.

Alors, on va jouer au curling ou à la marelle ?

Parlons un peu des statistiques sur les ventes du neuf

Dans l’actualité récente, l’interview du Président national de la Fédération des Promoteurs Immobiliers par La Vie Immo  donne la température actuelle du marché du neuf.
Il y est question d’un ordre de grandeur de 75 000 ventes en 2012, ce qui représenterait un niveau de ventes analogue à …. celui de l’an 2000.

Il faut dire que les raisons de faire de 2012 une année de bas de cycle ne manquent pas :

  • année électorale majeure (Présidentielle + Législatives)
  • changement de majorité avec un attentisme accru concernant les nouvelles orientations
  • dispositif d’investissement locatif moins intéressant (effet des coups de rabot successifs) et en fin de vie
  • accession à la propriété en panne avec le PTZ+ retouché qui désolvabilise les ménages les moins fortunés
  • prix de l’immobilier neuf en hausse de manière générale et trop chers pour la majorité des acquéreurs potentiels, déclarés ou pas

Pas étonnant dans ces conditions que la performance commerciale du neuf ne soit pas optimale et soit sensiblement en retrait par rapport aux exercices précédents.

Précisons en parallèle qu’en ce qui concerne les logements mis en chantier, on s’achemine tout doucement vers une balise proche des 300 000.
Ce qui met immédiatement en exergue, ou en creux plutôt, la différence croissante avec les objectifs gouvernementaux affichés de 500 000 logements neufs par an.

Quelles perspectives pour la fin 2012 et 2013 ?

2012
Il n’est toutefois pas certain que la fin de l’année soit aussi médiocre que prévu.
Il existe au moins deux facteurs de soutien pour les ventes :

  1. les taux d’intérêt des crédits immobiliers qui ont encore légèrement baissé en Aout et qui sont à des niveaux historiquement bas
  2. la saisonnalité de la loi Scellier couplée à l’incertitude sur son remplaçant

De fait, l’avantage fiscal Scellier n’étant pas proportionnel à la date d’achat, les acquéreurs n’ont pas besoin d’acheter tôt dans la saison, un acte au 31 Décembre produisant les mêmes effets qu’un acte de Janvier de la même année.
Et comme le prochain dispositif sera soit inexistant soit – plus probablement – moins avantageux que le Scellier (on peut toujours espérer le contraire), les investisseurs auront tôt fait de comparer et de décider, dès les premières ébauches « officielles » de la loi de Finances 2013.

2013
La question existentielle sera celle du climat instauré par les nouvelles règles du jeu.

Coup de froid sur les ventes de logements neufs ?
Promoteur 2013 attendant le dégel ?

La relance du marché du neuf dépend bien sûr d’une conjoncture générale, mais aussi (et surtout ?) de la météo gouvernementale.

C’est cette météo, grandement dépendante des prochaines décisions, qui s’appliquera sur la totalité de l’année 2013.

L’avenir nous dira bientôt si nous allons vers un refroidissement durable (dans le genre ère glaciaire préhisto), auquel cas il nous faudra acheter des peaux de bêtes et apprendre à jouer au curling, ou au contraire vers un réchauffement climatique du logement neuf (vive les espadrilles et la marelle !).

Dans tous les cas une modération des prix de revient et des prix de vente paraît un point incontournable et constituera sans doute un objectif direct ou indirect des pouvoirs publics …

Et vous, votre grenouille perso, elle vous dit quoi pour la météo des prochains mois ?

9 réflexions au sujet de « Coup de froid sur l’immobilier neuf ? »

  1. Très bonne analyse de la situation. Même si les taux sont vraiment intéressants, la crise se fait sentir dans le neuf. J’espère que les choses vont rentrer dans l’ordre à plus ou moins court terme.

  2. Ce sera sans doute un ordre nouveau, légèrement (ou plus ?) différent de ce que nous avons connu depuis 2009. Avec au moins un avantage, celui de la découverte !

  3. Si l’immobilier neuf prend un coup de froid, comme le dit l’article, de bonnes affaires peuvent être réalisées dans l’immobilier ancien en ce moment surtout dans les grandes villes, comme Lyon par exemple.

  4. Côté conjoncture, l’ancien n’est pas mieux loti que le neuf avec une chute des ventes significative. Quant aux bonnes affaires, il y en a dans tous les secteurs mais la difficulté c’est de repérer la vraie bonne affaire. Emplacement, prix, état technique du logement … les critères à vérifier sont nombreux.

  5. Bonjour,

    En faisant ma veille je suis tombée sur ce blog et je dois dire qu’il porte un autre regard sur l’immobilier, un brin plus frais dirons-nous 😉
    Continuez !

  6. Effectivement, la baisse des volumes de transactions est valable non seulement pour le neuf mais aussi pour l’ancien. Meme si les taux des credits immobiliers ont connu une baisse historique les prix restent encore tres eleves surtout dans certaines regions.

  7. L’article date déjà du mois d’Août, mais je ne serais pas surpris que les chiffres définitifs de 2012 (quand ils paraitront) soient même plus en retrait que ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *