Construire sans tomber dans le panneau ?

Promoteurs et programmes Laisser un commentaire

Ne pas tomber dans le panneau.

Ne pas commettre de boulette dans le montage d’un projet immobilier. Arriver à construire.

C’est une obsession absolue pour tous les promoteurs.

Enfin, en général. Et jusqu’ici.

Car certains tombent maintenant dans le panneau. Volontairement, qui plus est.

Quelle tristesse…

Tomber ainsi dans le lac, c’est un signe.. que l’étang change ? 😉

 

A dire vrai, il semblerait qu’un certain nombre de confrères tente une approche désespérée en matière foncière.

La communication grand public. Ils quittent les sentiers battus pour tenter de se frayer un nouveau chemin à coups de panneaux.

Epiphénomène de rentrée ou stratégie durable ?

Mais de quoi s’agite-t-il ?

Ca bouge. Ca grenouille. Ca tatonne. Ca expérimente. Ca s’affole ?

Bref, il y a un petit signe dont la fréquence inhabituelle a attiré mon attention ces derniers jours.

Des panneaux. Pas no, si, si. 🙂

Des panneaux en bord de routes, en ville comme en proche banlieue, qui indiquent fort aimablement au quidam que, si jamais il était l’heureux détenteur d’une maison ou d’un terrain qui commençait à lui peser, on serait bien content de l’en délester.

Lestement, promptement et probablement moyennant finances. 🙂

On sait se tenir, tout de même ! 😉

Mais qui est ce « on » ?
Comme, quand CRO était tout petit, on lui disait que « on » est un con (vu que ne pas identifier la personne dont on parle revient à ne pas donner suffisamment de précisions à l’interlocuteur, ce qui prive l’argumentation de crédibilité), je m’en voudrais de vous laisser penser qu’il faut forcément être « on » pour se laisser aller à de telles pratiques.
(surtout si elles se généralisent et donnent des résultats ! 🙂 )

En fait, sur moins de dix kilomètres, 3 beaux panneaux (2 promoteurs nationaux et un promoteur local) indiquent l’empathie de ces promoteurs à l’égard des propriétaires fonciers susceptibles d’être tentés par la cession de leur bien.

Depuis le temps que je vous dis que les promoteurs sont des petits êtres sensibles et généreux ! 😉

Mais, au-delà des marques ostensibles d’affection, cette fréquence et cette concomitance de signaux, c’est vraiment un naze art ? 🙂

Site de rencontres : Adopte un chèque !

Si un foncier est un site, et si une transaction foncière est une rencontre entre une offre et une demande, alors oui…

Alors oui, « Adopte un chèque » est le nouveau site de rencontres gratuit, mais payant (?), que viennent d’inventer – sur le principe… – les promoteurs.

Promoteur immobilier ordinaire

Mais, pourquoi tant d’amour ? 🙂

Récapitulons un peu le contexte : un niveau des ventes du neuf qui se tient à peu près, des mises en chantier en recul, des mises en vente en recul, des permis de construire en recul.

En clair, tous les indicateurs du renouvellement de l’offre immobilière neuve sont dans le rouge, et demain les ventes vont immanquablement baisser. 🙁

Mais pas par manque d’acquéreurs. Par manque d’offre.
Car pour vendre, il va falloir remonter les mises en vente, et donc les permis, et donc ?

Les acquisitions foncières ! (enfin… celles qu’il sera possible de transformer en permis de construire !)

Nous entrons dans une période où les heureux possesseurs de permis de construire « comestibles » (foncier signé, permis obtenu et purgé du recours des tiers, VEFA sociale négociée…) devraient tirer leur épingle du jeu sans trop de stress. 🙂

Mais avec le souci des lendemains qui déchantent, car il va bien falloir refaire le plein de foncier.

Et nous y voilà ! Bingo, en plein dans le panneau ! 🙂

Electrons, piège à cons ?

L’ambiance est donc électrique en bord de route, car que ne ferait pas un promoteur pour ne pas s’arrêter sur le bord du chemin ?

Mais l’électricité a bon dos et le facteur principal est, en fait, le peu de motivation rencontré auprès d’une grosse majorité (heureusement, pas tous…) des décideurs locaux (vous savez, ceux qui signent les permis de construire ?) pour délivrer des autorisations d’urbanisme à l’approche des élections municipales de 2020.

Car la production de logements est le fruit d’un processus très lent (18 mois, c’est peu à cette échelle), et personne n’aime faire le pied de grue ! 😉

Héron, héron. Et patapon ?

Du coup, pour avoir une chance de maintenir son niveau de production, il faut multiplier le nombre de dossiers, de faisabilités et de pré études, de rendez-vous…

Et donc tenter de retrouver un approvisionnement foncier abondant, vu que le taux de casse n’a jamais été aussi élevé.

Le droit républicain de construire à l’épreuve de la monarchie électorale ? 🙁

Y a de ça !

Pour en revenir à nos panneaux de séduction foncière en bord de route, espérons qu’il ne s’agit que d’une crise d’acné immobilière, éruption cutanée révélatrice d’hormones de promoteurs en plein doute ?

Ou un trop plein de confiance dans la politique d’offre si prudemment menée dans un ELAN caustique ? 😉

Rien à cirer, quoi ! 🙂

Mais, mais, mais… Il y a quand même quelque chose de rassurant dans tout ça.

La gestion de l’énergie, le sens de la perfection du geste, le goût de la performance, le dépassement de soi ? Non.

L’envie de devenir des champions ? 😉

 

Le Discobole à la mode CRO
Non mais ça va, hein, pourriez pas changer de disque depuis des millénaires ?

A l’image du disCRObole et de son rapport posture / performances, ce qui est vraiment rassurant, c’est que le grand écart entre les discours officiels et la réalité ne change pas.
Les valeurs éternelles ont la cote. Et les statistiques du logement la descente.

Que voulez vous, braves gens, on ne peut pas tout avoir…
Boire ou construire, il faut choisir ! 🙂

 

Hips ! A la vôtre !
Et à la semaine prochaine… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *